| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Qu'il est doux de ne rien faire, ou l'oisiveté consentie - Poèmes - Textes
Poèmes : Qu'il est doux de ne rien faire, ou l'oisiveté consentie
Publié par Titi le 01-11-2013 12:40:00 ( 581 lectures ) Articles du même auteur



Quand mon être est sensible aux prémices du temps
Qui doucement se hâte, en préservant l’instant
J’aime à me reposer, ne rien faire et rêver
Entendre la rivière rouler sur les galets
Contempler la campagne, ou les champs de blés mûrs
Bercés par le vent doux, se balancent à l’azur
J’observer la fourmi, affaneur incessant
Qui besogne sans cesse, et vole en passant
Un grain d’orge à l’épi, prévoyante avisée
Elle hait cette cigale au chant de désœuvrée
La mésange, en son bec un lombric appétant,
Rejoint ses oisillons qui piaillent bruyamment
L’abeille solitaire hésite, et puis se pose
Sur l’épiaire sauvage aux tendres teintes roses
Là, pour passer le temps, je m’étends sur
la mousse
Le soir tend à venir et la clarté s’émousse
Les nuages cotonneux font un ciel ombré
gris
Evadé d’un tableau de François Daubigny
Le bruit de l’onde proche, me semble somnifère
Je sommeille et m’endors sur cette fraiche terre
Puis m’exhibe à Morphée, ce jeune homme aux pavots
Qui sait d’un cauchemar, faire un songe fort beau

01/11/2013

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Bacchus
Posté le: 01-11-2013 13:28  Mis à jour: 01-11-2013 13:28
Modérateur
Inscrit le: 03-05-2012
De: Corse
Contributions: 1186
 Re: Qu'il doux de ne rien faire, ou l'oisiveté...
Disons-le autrement : tu vas buller à la campagne. Si tu avais eu le courage de soulever un peu la tête, tu aurais pu m'apercevoir, pas trop loin.
Poème bucolique dénotant une intense observation avant l'assoupissement.
Tu as remarqué ? quand on fiche la paix aux abeilles, elles nous laissent tranquilles.Elles ne m'ont plus piqué depuis que je me contente de les regarder. On devrait essayer la combine ailleurs...
Titi
Posté le: 01-11-2013 13:46  Mis à jour: 02-11-2013 19:32
Administrateur
Inscrit le: 30-05-2013
De:
Contributions: 1396
 Re: Qu'il doux de ne rien faire, ou l'oisiveté...
Il m'avait semblé t'apercevoir, mais réveiller un Corse quand il est dort, est aussi risqué que te réveiller un fonctionnaire pendant son ouvrage.............,les conséquences peuvent être inattendues et définitives!!!
Loriane
Posté le: 04-11-2013 18:28  Mis à jour: 04-11-2013 18:31
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 8965
 Re: Qu'il est doux de ne rien faire, ou l'oisiv...
Le bonheur est dans le pré ...
Citation :
Evadé d’un tableau de François Daubigny
Le bruit de l’onde proche, me semble somnifère
Je sommeille et m’endors sur cette fraîche terre
Puis m’exhibe à Morphée, ce jeune homme aux pavots
Qui sait d’un cauchemar, faire un songe fort beau


J'agree à 100%, ton poème me fait rêver et me fait " un songe fort beau"
La Fontaine est un sale type, les cigales ne méritent pas cette fichue réputation de" ramières", elles ont bien raison.
Merci pour le grand plaisir.

Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite.
Le bonheur est dans le pré, cours-y vite. Il va filer.
Si tu veux le rattraper, cours-y vite, cours-y vite.
Si tu veux le rattraper, cours-y vite. Il va filer.
Dans l'ache et le serpolet, cours-y vite, cours-y vite,
dans l'ache et le serpolet, cours-y vite. Il va filer.
Sur les cornes du bélier, cours-y vite, cours-y vite,
sur les cornes du bélier, cours-y vite. Il va filer.
Sur le flot du sourcelet, cours-y vite, cours-y vite,
sur le flot du sourcelet, cours-y vite. Il va filer.
De pommier en cerisier, cours-y vite, cours-y vite,
de pommier en cerisier, cours-y vite. Il va filer.
Saute par-dessus la haie, cours-y vite, cours-y vite,
saute par-dessus la haie, cours-y vite. Il a filé!
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
21 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 1
Invité(s): 20

tagazou, Plus ...