| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Le pont de Malterre - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Le pont de Malterre
Publié par Loriane le 08-05-2012 10:00:00 ( 665 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes confirmés





Le pont de Malterre

Tends ta main petit frère
Tes pieds fermes sur la pierre
Tu vacilles d'avant en arrière
Accroche bien mes doigts et serre.

A coté,
Sous le saule abritée
Maman fait chanter
Dans ses mains serrées
De grandes herbes coupées.

De roche en roche millénaire
Nous traversons la rivière
En saut sur l'eau froide et claire
Entre l'ombre et la lumière.

A coté,
Sur l'herbe couchée
Maman s'est étirée,
Dans le trèfle violet
Et les reines des près.

Dans les prés sonne une bélière
L'eau est vive sous les fougères,
Sur le gué sautons l'allure fière
Car l'humble flot semble cratère.

A coté,
Sur la prairie parfumée
Maman baille sa volupté
Dans le foin étalé
Et la menthe écrasée.

Les araignées d'eau si légères
Dans le lent tourbillon glaciaire
Glissent sur l'onde pure mystère
Alignées tels les grains d'un rosaire.

A côté,
Son chapeau sur le nez
Maman les paupières fermées
De sauterelles entourée,
A rejoint Morphée.

Les hauts peupliers pour lisière
Limpide, pure comme le verre
Roule en chantant l'eau sourcière.
Sur son lit que la rive enserre.

A coté,
Sur sa couverture allongée
Maman vient de rêver
Elle s'est retournée
Son souffle est léger.

Nénuphars, truites, ou vipères
Glissent ondulent dans leurs repaires
Ombres furtives messagères
Gris tremblotants, troubles oculaires.

A coté,
Le temps a passé
Maman est réveillée
Elle s'accoude et rêve
A demie allongée.

Sur la berge les salicaires
Sont le refuge des éphémères
La libellule gracile sert
De bijou aux saponaires.

A côté,
Le soleil à brûlé
Maman va se protéger,
Elle veut bronzer
De la crème sur le nez.

Caché dans l'armoise grégaire
Notre nudité est entière
Dans les prêles surnuméraires
L'arbre à papillon, la gravière

A coté,
L'ombre s'est allongée
Maman s'est levée.
Le soleil est orangé
Elle va tout replier.

Les pyramides de foin obèrent
Coupent, les rayons de lumière.
L'ombre du soir plonge sur terre,
Nous ramène à l'heure des prières.

A coté
Les silhouettes sont bleutées
Maman a appelé
Elle a frissonné
Le grand sac est fermé

Au loin le tertre et son Belvédère,
Remontons vers notre tanière.
Nos pieds lourds de jeux, de chimères,
Suivent le chemin vers la chaumière.

A côté,
La fraicheur gagne les grands près
Maman est pressée
Elle avance sans parler
Le brouillard s'est levé.

Nos pas dans les ornières,
Dans l'ombre soudain sévère,
Cailloux de la terre truffière,
Roulent sur la sente bergère.

A côté
Plus haut l'air est réchauffé
Maman chante pour marcher
Nous avançons sur la montée
Griffés par les genévriers

Ton écharpe en Lavallière,
Viens, donne ta main petit frère.
Une branche pour rapière
Nous quittons le pont de Malterre

Lydia Maleville

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Bacchus
Posté le: 08-05-2012 10:48  Mis à jour: 08-05-2012 10:48
Modérateur
Inscrit le: 03-05-2012
De: Corse
Contributions: 1186
 Re: Le pont de Malterre
Toi aussi, tu te sens plus inspirée par les souvenirs pastels du passé que par les tons gris de demain. C' est vrai que nous nous sentons riches de nos souvenirs , mais il est difficile de les partager avec les nouvelles générations qui n' ont pas connu les langueurs de la campagne et la juste mesure du temps qui s' écoule.
A bientôt, de plume en plume !
Loriane
Posté le: 08-05-2012 16:12  Mis à jour: 08-05-2012 16:12
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 8938
 Re: Le pont de Malterre
Oui la nostalgie nous menace. mais je trouve les plus jeunes très intéressés par cet univers si différent et pourtant si proche.
Un temps plus lent, plus dense pourtant et si souvent harmonieux.
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
17 Personne(s) en ligne (8 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 17

Plus ...