| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Parlons météo. - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Parlons météo.
Publié par Bacchus le 08-10-2014 16:27:29 ( 727 lectures ) Articles du même auteur



Non. Promis -juré : ce n'est pas pour vous faire râler que je vais vous parler d'un beau temps qui commence à se faire lancinant et pesant.
Parce que moi, venu de ma Normandie profonde, même si cela fait bien longtemps que j'en suis parti, je suis toujours resté nostalgique d'un ciel gris, aux nuages lourds, d'un petit crachin qui ne commence à énerver qu'au bout de deux semaines, et d'un fugace rayon de soleil, le soir , lorsqu'il laisse une traînée rougeâtre sur le gris sombre de la mer.
Le soleil, j'aime bien aussi. Pour moi, il va de paire avec la trogne couleur vinasse , partant en lambeaux de peau desséchée du touriste qui n'a que quinze jours pour utiliser ses crèmes solaires. Le soleil a l'odeur du sandwich au saucisson, accompagné de l'odeur ' sui generis ' de son propriétaire, du porc en liberté trop nourri de petits Lu et qui snobera les glands et les châtaignes dans quelques temps, en attendant les vacances de pâques.
Le soleil, c'est le plaisir de l'éviter pour se mettre à l'ombre, c'est le luxe de sauter de sa voiture climatisée pour s'engouffrer dans un supermarché réfrigéré, celui de compter, en faisant semblant d'être inquiet, le nombre de jours sans pluie qui viennent de s'écouler.
Ici, on aime bien parler météo; nous avons ça de commun avec les britanniques. Mais faudrait tout de même un peu de variations dans les prévisions !
Tenez : aujourd'hui 8 octobre. Quoi de plus romantique qu'une balade dans les sous-bois, traînant mollement des pieds dans les amas de feuilles mordorées, rougeâtres et craquantes, sous quelques rayons tièdes d'un soleil devenu timide et amicale.
Mais là, je rêve !
Ce matin, 09h30, sur la route de l'aéroport de campo del'oro. en bord de mer, autant de voiture stationnées qu'au plus fort du mois d’août. De ma bagnole où la climatisation marchait à fond, à cause des 30° extérieur, je pouvais apercevoir le sommet d'une forêt de parasols multicolores , quelques voiles et quelques gus en train de voler.
Et je me suis posé, gravement, la question : " Mais qui c'est qui bosse, pendant ce mois d'octobre ? "
Alors, en rentrant chez moi, j'ai fait semblant de croire que tout était dans l'ordre des choses. Mais cela engendre quelques anomalies qu'un visiteur non averti trouverait étranges:
Pourquoi ma grosse robe de chambre se trouve t'elle sur le dossier de ma chaise, alors que je me promène en slip dans la maison ?
Pourquoi, près de mon bureau, le ventilateur trône t'il près d'un radiateur ?
Pourquoi mon épouse m'apporte t'elle une verveine chaude, alors que je viens de placer une bouteille de coca glacée près de ma chaise ?
Optimisme ? Pessimisme ? C'est cela qui est troublant : ne pas pouvoir se décider. Bon sang ! qu'il pleuve un bon coup afin qu'on puisse se mettre à parler du beau temps de l'année prochaine ! Que je puise faire un pot au feu sans avoir à aller le déguster sous le cerisier ! que je n'ai plus, par solidarité familiale, à mentir lorsqu'on me demande, au téléphone, le temps qu'il fait chez moi ! Que je puisse, de nouveau , dire sous la pluie, nue tête, que moi je m'en fiche, j'ai l'habitude, je suis Normand !
Mais surtout, surtout, que je n'ai plus à affronter, de ma terrasse, le spectacle de mon épouse qui, tous les soirs à la même heure, descend avec un seau d'eau afin d'arroser le rosier de ma mère . Dame...Je l'ai ramené de Normandie. C'est qu'il lui faut de l'eau, à ce rosier là !

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Donaldo75
Posté le: 09-10-2014 02:38  Mis à jour: 09-10-2014 02:38
Plume d'Or
Inscrit le: 14-03-2014
De: Paris
Contributions: 1106
 Re: Parlons météo.
Tu nous narguerais pas, toi, avec ton soleil permanent ?
Et puis, on ne parle pas que de météo par chez moi. On cause aussi de foot !
Eh oui, à Paris, on a le PSG pour alimenter notre spleen. On est des romantiques.
tchano
Posté le: 09-10-2014 20:38  Mis à jour: 09-10-2014 20:38
Plume d'Or
Inscrit le: 18-01-2012
De:
Contributions: 297
 Re: Parlons météo.
Ah le fameux dilème du matin: chemise ou pull?
celui de midi : pastis ou wisky? et le soir : ma femme ou ma maîtresse? je plaisante il n'y a pas plus sérieux et fidèle que moi.
Bacchus si tu as des relations Haut placés je te prie d'intercéder pour moi, fais retenir le soleil du côté de Sagone entre le 25 et le 30 octobre. merci pour ça et plour la lecture que tu proposes.
couscous
Posté le: 10-10-2014 06:47  Mis à jour: 10-10-2014 06:47
Modérateur
Inscrit le: 21-03-2013
De: Belgique
Contributions: 3218
 Re: Parlons météo.
Bacchus,

Si le temps maussade et la pluie te manquent, je te propose quelques petites vacances en Belgique.
Ne t'en fais pas, je t'en envoie par courrier expresse.

Bises humides de Couscous
arielleffe
Posté le: 11-10-2014 08:57  Mis à jour: 11-10-2014 08:57
Plume d'Or
Inscrit le: 06-08-2013
De: Le Havre
Contributions: 805
 Re: Parlons météo.
Bacchus, je te propose un échange de maisons ! Ce matin le ciel est bleu, mais les rosiers gardent encore sur leurs branches et sur leurs fleurs, les perles de pluie qu'une grosse averse a déposé il y a une heure. Il doit faire un petit 8 degrés ce matin, et nos pulls restent à portée de main toute l'année !
Abu-issa
Posté le: 11-10-2014 09:02  Mis à jour: 11-10-2014 09:02
Régulier
Inscrit le: 24-05-2014
De: Maroc
Contributions: 63
 Re: Parlons météo.
très belle plume ,
Le soleil, c'est le plaisir de l'éviter pour se mettre à l'ombre:
excellent ,merci du partage
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
36 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 36

Plus ...