| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Voyage aprés la longue attente.....Défi du 10 octobre) - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Voyage aprés la longue attente.....Défi du 10 octobre)
Publié par Titi le 15-10-2015 20:20:00 ( 857 lectures ) Articles du même auteur



12 heures à Roissy Charles de Gaulle.
Notre départ est fixé à 12 heures mais la fébrilité qui nous habite nous a fait prendre un peu d’avance, nous sommes à l’aéroport depuis 8 heures !!!: pas question de rater le départ, il y a si longtemps que l’on attend ce jour !!

A l’instant de prendre place dans le Boeing 707, me revient en mémoire le jour ou le facteur, nous a déposé le courrier qui nous annonçait la bonne nouvelle ; ’’ Si j’en juge d’après le timbre de l’enveloppe, je pense que c’est la lettre que vous attendez depuis tellement de temps !!’’.

Je n’aurai jamais songé avoir un jour, autant d’affection pour mon facteur, au demeurant fort sympathique, mais à la lecture de ce courrier j’avais eu l’envie de le serrer dans mes bras et l’embrasser !!

Depuis des mois et des mois nous attendions cette missive, et lors de cette attente le découragement a bien souvent succédé à l’espoir, trop souvent déçu.
C’est hélas, le lot de tous ceux qui aspirent à cette ambition ou, comme à l’armée, les contre ordres succèdent aux ordres !!

Le commandant de bord nous souhaite la bienvenue: ’’ Bonjour, je suis le commandant Dubois et suis heureux de vous accueillir à bord, notre vol sera d’une durée d’environ 12 heures pour une distance de 8000 km, les conditions de vol sont parfaites et nous arriverons sur l’aéroport de……………..’’, mais je ne l’écoute déjà plus !!

Si le comandant Dubois est heureux, son bonheur n’est rien à coté de celui qui est notre, après toutes ces années de doutes et de galères pour enfin toucher au but: les démarches, les agréments à obtenir, les enquêtes diverses pour s’assurer du bien fondé des intentions des postulants à ce bonheur unique. Et puis, à ce parcours du combattant, succède l’attente, cette terrible attente avec ses informations qui se contredisent vous faisant passer de la joie la plus intense à la déprime la plus profonde, sans même comprendre les raisons de ces atermoiements.

Plus de deux ans de larmes d’espoir et de désespoir, d’envie de tout arrêter puis d’envie furieuse de se battre contre ces règlements appliqués sans aucune humanité, sans tenir compte de la détresse qui vous taraude jusqu’ a haïr ces instances et tous ces technocrates qui ne raisonnent que le biais d’une réglementation d’où les mots cœur et amour sont à jamais exclus !!

Alors que je me remémore ces pénibles années d’attente, l’angoisse et le doute de nouveau m’envahissent, doublés d’une certaine inquiétude: ai-je le droit moral d’une telle action, est ce la bonne solution pour nous tous, vais-je être à la hauteur de cet engagement ?

Mais il est déjà trop tard pour se poser ces nobles et magnanimes questions, l’avion vient de se poser, et la boule qui s’est invitée sur mon estomac rend ma respiration un peu plus difficile, comme si l’air venait subitement de se raréfier.

Yves, mon époux m’invite à descendre, mais si, d’habitude, à la descente de l’avion je me précipite à l’extérieur pour profiter au plus tôt du nouvel environnement, ce jour je prends tout mon temps pour rassembler mes effets, laissant passer tous les passagers, pour enfin me décider à descendre.

Le car pour rejoindre l’aérogare et récupérer nos bagages, le taxi pour aller à l’hôtel, toutes ces démarches se passent en plein brouillard, je suis Yves mon mari, sans même rien voir autour de moi, comme un automate, incapable de chiffrer l’espace temps passé entre l’aéroport et l’hôtel.

Le lendemain matin, heureusement j’avais repris mes esprits, et nous attendions fébrilement dans le hall de l’hôtel ou nous nous avions rendez vous, quand elle est arrivée !!! accompagnée d’une dame de l’association qui lui a dit, en nous voyant :’’ta maman est là’’.

Maïna, petite fille aux yeux marron et cheveux bouclés en venant timidement vers nous est alors tombé en accrochant le tapis du hall de l’hôtel et s’est mise à pleurer.
La dame de l’association a voulu l’aider, mais elle l’a rejeté et s’est tournée vers moi, j’ai alors soufflé sur son genou meurtri, elle était guéri, et s'est blottie dans mes bras: elle était désormais ma petite fille !!!

Le plus beau voyage de ma vie est à tout jamais celui qui m’a conduit vers Maîna, MA petite fille adoptée un jour de septembre 2015, du coté d’Haîti !!


Histoire contée pour mes amis Sylvie et Yves, et tous les parents en attente d’un tel bonheur.

‘’Qui a beaucoup d’argent et pas d’enfant n’est pas riche,
qui a beaucoup d’enfants et pas d’argent, n’est pas pauvre’’


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Istenozot
Posté le: 16-10-2015 23:49  Mis à jour: 16-10-2015 23:49
Plume d'Or
Inscrit le: 18-02-2015
De: Dijon
Contributions: 2303
 Re: Voyage aprés la longue attente.....Défi du 10 octobre)
Cher Serge,

Ton texte me fait penser à un proverbe persan : "Qui n'a pas d'enfant, n'a pas de lumière dans les yeux. "
Ton texte est plein de tendresse.

J'avoue volontiers que si je n'avais pas eu d'enfant, j'eusse traversé ma vie avec une grande détresse.

Je te souhaite un magnifique week end.

Amitiés de Dijon.

Jacques
couscous
Posté le: 17-10-2015 20:02  Mis à jour: 17-10-2015 20:02
Modérateur
Inscrit le: 21-03-2013
De: Belgique
Contributions: 3218
 Re: Voyage aprés la longue attente.....Défi du 10 octobre)
Titi,

C'est juste magnifique et tous les parents qui adoptent s'y reconnaîtront.

Merci.

Couscous
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
28 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 28

Plus ...