| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> les yeux d'argent chapitre 8 - Nouvelles - Textes
Nouvelles : les yeux d'argent chapitre 8
Publié par tenshi le 25-02-2016 15:00:00 ( 433 lectures ) Articles du même auteur



nous nous aretâme pour camper le soir venus,tout ce passais sans accro,mais en plein milieu de la nuit je me retrouva a nouveau
a white castle cela ne m'était plus arriver depuis que j'était passer dans se monde,elle était la debout au milieu de tout
ce blanc comme d'habitude,ses yeux d'azur brillaient encore plus que d'habitude
"je suis contente tu est venu,tu te raproche de moi"
puis elle disparut et moi je me reveilla mais cette fois je n'avais pas la sensation désagréable que j'avais a chaque fois
je me sentait au contraire reposé et serein Lyte et kamisa dormais paisiblement,cela fessait longtemps que je n'avais pas
passer un moment au calme,les étoiles brillaient et illuminait la plaine d'une douce lueur,je m'assis a l'ecart et me posa
pour contempler ce ciel,d'un cote ce calme m'inquiétait mais de l'autre il m'appaisait,soudain j'entendis un bruit dans les
buisson je met mit donc debout et me diriga doucement vers le buisson qui eméttait se bruit en arivant vers ce buisson ce
que je vis me surpris,il s'agissait de Lyte et Kamisa qui était caché la
"-vous m'avez suivie ? demandais je
-oui avoua Lyte nous nous somme réveille et nous t'avons vu partir nous avons donc décidez de te suivre
-je me suis inquiété j'ai crus que tu voulais partir sans nous lacha Kamisa
-ne t'inquiéte pas Kamisa je ne partirais pas sans vous car même si je suis arivé seul et il n'y a pas longtemps,je sens
que je peux vous faire confiance dit je en souriant je ne sais pas pourquoi je le sent c'est tout et j'éspére ne pas me
tromper
-ne t'inquiéte pas,tu a sauvé mon frére,a pris sa défense alors que tu ne le connaissait meme pas et en plus ton aigle
ou plutot celui de ton ami ma parler de toi il a dit que tu etait digne de confiance"
nous souriames et remballérent alors nos affaire et partimes en direction du prochain temple car je m'était fixé un but
arrét Kitchiro et Tokagé mais je savais bienn que seul c'était impossible,il me valait de l'aide et des connaisances
mais je n'avais pas le temps;la providence a mit Lyte et Kamisa sur ma route et ma montrer leurs force enfoui maintenant
je dois me montré digne d'eux et je dois aussi retrouver mes deux autre artefact
"fais nous sortir s'il te plait" ces mots nous firent sursauter,ils s'agissaient des jumeaux,je dégainat donc fubukai
me concentra et le lacha dans une lumiére de rouge glacial et de bleue brulant
"-ah sa fait du bien d'être dehors dirent t'il en coeur
-que voulez vous dit je
-t'indiqué la route car comme tu te doute nous ressemtons la précense des deux autres lames nous somme liée avec Tsubao
et Fireiko lames représentant réspéctivement une eau ronger par le poison et un vent flamboyent survolent le désert
-qu'elle déscription poétique mais peux idéaliste dit Lyte
-je me moque qu'elle soit idéaliste,poétique ou même fausse ce sont mes lames,mes artefact et je dois les trouver pour les affronters et
repartir dans mon monde
-dans ton monde ? tu compte partir dit Kamisa qui semblait étonnée
-oui j'ai laisser ou plutot je dois trouver une personne trés importante a mes yeux qui est réste dans mon monde
-je comprend dit-il deçu
-je suis désolé
-ne t'excuse pas dit Lyte c'est normal"
sousain une musique retentit "qu'est que c'est dit je" mais tous me regardérent sans rien dire j'était le seul a entendre
cette musique qui l'était étrangement familiére sans que je sus dire en quoi soudain la musique se tut
"-sa va ? interrogérent les jumeaux
-oui,oui sa va
-de quoi parlait tu a l'instant me demanda Lyte
-de rien laisse,bon ou est le prochaine artefact vous deux
-pas loin,tu vois cette foret la bas en son sein ce trouve un temple Tsubao n'en est pas loin c'est tous ce qu'on sais
-bien on connait donc notre prochaine déstination"
et nous partimes en direction de cette foret tandis que les jumeaux regagnairent leurs foureaux.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Istenozot
Posté le: 25-02-2016 16:24  Mis à jour: 27-02-2016 21:00
Plume d'Or
Inscrit le: 18-02-2015
De: Dijon
Contributions: 2055
 Re: les yeux d'argent chapitre 8
Bonjour Tenshi,

Quel dommage que vos textes soient trufés de fautes d'orthographe et qu'une ponctuation vivante en soit absente.
Les dialogues intéressants de vos textes successifs gagneraient en vivacité, en émotions et en intensité.

Pour ma part je suis un lecteur qui aime découvrir l'âme d'un auteur dans l'âme de son texte, à travers le rythme des mots et la musique de la ponctuation.

Je vous inviterais volontiers à bien relire vos textes. Je vous avouerais volontiers que l'on a de la peine à finir la lecture de vos textes.
Et sincèrement, je vous le redis : c'est dommage!

Je vous souhaite bon courage dans la suite de vos écrits. Et s'il vous plait, prenez en compte mon modeste conseil.

Bien à vous.

Jacques
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
44 Personne(s) en ligne (13 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 44

Plus ...