| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Le chevalier et la fée - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Le chevalier et la fée
Publié par Istenozot le 13-04-2017 09:50:09 ( 31 lectures ) Articles du même auteur



Cette fable est ma réponse au défi de la semaine que nous a proposé notre Delphine Oréenne :

http://www.loree-des-reves.com/module ... hp?topic_id=4811&forum=21

Il était une fois un tendre chevalier
Qui, avec la vie, n’était pas réconcilié.
Il l’aurait volontiers quitté avec regret
En abandonnant ses bonheurs et ses secrets.
Mais tant de désirs de vouloir aller ailleurs
Coloraient son âme de toutes les couleurs.
Il espérait tant de jardins imaginaires
Bigarrés, chamarrés d’êtres extraordinaires.

C’est alors qu’une fée aux ailes colorées
Se présenta à lui pour en être adoré,
Sur un écran fantastique, en sa maisonnée.
A vous mon tendre ami, je veux m’abandonner,
Avoir des joutes verbales derrière ce voilage,
Lui confie la fée en des termes tant volages.
Je veux de vifs échanges lui dit l’écuyer,
Me confier à vous et oser, sans ennuyer.
Je vois que vous désirez une liberté
Qui vous conduit sur le chemin de la fierté.
Et vous êtes désinhibé, lui dit la fée.
Laissons venir ainsi la douceur étoffée
Par les images que le rideau nous dessine,
Lui livre le paladin que l’amour fascine.
Au sein des fumées, je me sens plus attirant,
Sans être pressé, je suis votre soupirant !
Oh ma dame, auprès de vous je suis en attente,
Et mon espérance fébrile est toute fervente !
Dans la magie, nous sommes dans la séduction.
La patience rédemptrice est notre instruction.

Nenni lui répond la dame aux mille clochettes,
Il faut libérer l’espérance de ses dettes
En nous ouvrant le chemin de la récompense
Dont il ne faut accepter aucune dispense.
Mais quel est-il tonitrue le preux chevalier ?
A ne se promettre rien, on attend donc rien,
Et le bonheur est bien là, répond le vaurien.
Nenni, murmure avec aménité la fée,
Le désir de se voir en sera étoffé
Et s’il ne fleurit pas, l’oubli s’installera.
Pour qu’entre nous s’épanouissent des hourras,
De belles rencontres, il nous faudra entrevoir
Elles seront vécues sans aucun sens du devoir.
Je t’offrirai la sève de mon bel esprit,
Nos partages donneront lieu à des écrits.
Les beaux moments entre nous seront des prairies
Au sein desquelles nous irons à la frairie,
Lui lance la fée, à la grâce abandonnée.
Je comprends, dit l’écuyer caparaçonné :
Contre l’absence, il faut mener une vraie ligue
Il faut donc vouloir les rencontres avec brigue.

Jacques Hosotte

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
19 Personne(s) en ligne (8 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 19

Plus ...