| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> « Cendres d’amour » - Poèmes - Textes
Poèmes : « Cendres d’amour »
Publié par Johan le 24-05-2018 12:00:53 ( 45 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes



« Cendres d’amour »

Votre cœur est froid, et votre existence glacée,
Depuis que n'y brule plus la flamme d’amour.
Ce feu fut éteint par les larmes de vos regrets,
Découlant du trop et mal aimé de chaque jour.

Emportés comme vous l'étiez à vivre une passion,
Vous n'aviez pas perçu l'alerte du premier frisson.
A prendre sans donner, ce feu devint que cendres,
Plus assez chaudes, pour qu'il en puisse reprendre.

Que pouvez-vous espérer de ces braises hélas inanimées ?
Si ce n'est qu'un tendre et léger souffle vienne les raviver.
Alors peut-être verrez-vous apparaître une volute de fumée,
Indiquant que votre cœur est, de nouveau, prêt à être réchauffé.

Aujourd'hui vous connaissez le danger d’un amour emporté,
Qui ne s’est nourri qu'en brulant l'essence de vous-même,
Ne laissant derrière lui, en vous, que vos pantelantes pensées,
Qui vous ont refroidies d'abord votre cœur, puis glacé votre Âme.

Alors Dame, ne laissez prendre place en votre cœur blessé
Autre que l’espérance d’y abriter si beau, si grand bonheur,
Que toutes vos froides tristesses d’amour seront oubliées sur l’heure

Johan (JR.).

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
20 Personne(s) en ligne (5 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 20

Plus ...