| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Quand la colère des cieux - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Quand la colère des cieux
Publié par modepoete le 09-08-2018 16:55:10 ( 6 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l



Quand la colère des cieux


Ma demeure ornée de mille tableaux
Aux nappes brodées de dentelles soignées
M’accueillait l’esprit révolutionnaire hanté
Petit dernier cajolé comme un jouvenceau

Les ans m’ont gardé comme une peste
Dans le noir profond d’une triste cave
L’oubli a tanné ma pensée et seule ma bave
A traversé le soupirail d’un geste leste

Dans les mornes ambassades, prisons libres
Ils voulaient m’enfermer dans leurs mots
Politiques rustres usant de leurs terribles maux
Je ne voulais rien échanger qui ne me fusse vivre

Vivre de mes libertés loin d’un refuge vicié
Où l’on s’agenouille pour une prière empirique
Vers ces monstres de la démocratie despotique
J’irai brûler un cierge apaisant au temple la laicité

Je sortirai un jour vieux de mes catacombes
Pour retrouver un modeste logis à ma mesure
En écoutant les authentiques sagesses pures
Celles de la rue d’où s’envolent les colombes

Je les entends roucouler les cantiques de la paix
Ils me reconnaissent le blé au fond de ma main
L’abondance de mes mots ne les effraie pas ; O pain!
D’un quotidien sage je reviendrai au matin les rassurer

Que ne volent-ils pas, à ces pauvres oubliés
Que n’affaiblissent-ils pas, ces travailleurs exploités
Que n’abrutissent-ils pas, ce monde stressé
Dans ma demeure je suffoque de ce temps vicié
L’avenir en chemin pourra-t-il nous aider
Quand le colère des cieux trop usée
,Par nos égarements viendra nous brûler
ƒC


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
24 Personne(s) en ligne (5 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 24

Plus ...