| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Défi du 21/11/2015 [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Défi du 21/11/2015
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 20472
Hors Ligne
Bonjour les amis,

Il arrive que des êtres se trouvent au mauvais endroit au mauvais moment, comme Calogero nous l'a chanté :

https://www.youtube.com/watch?v=W0xjW-e4KEg

Après les événements tragiques, j'ai envie de prendre le contre-pied et préférer la chance qui sauve aussi des vies. Certains films s'en sont inspiré, je pense à la série des "Destination finale". Ainsi, je vous propose de nous livrer un texte sur cette chance qui croise la route de certains. Il y en a qui ne montent pas dans cet avion qui se crashe, qui ratent ce train qui va dérailler ou qui sortent de l'autoroute avant un carambolage.

En attendant de découvrir vos oeuvres, je vous embrasse tous et vous souhaite un beau weekend. Je m'en vais préparer l'anniversaire de mon grand garçon de 17 ans.

Couscous

Posté le : 21/11/2015 10:03
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 21/11/2015
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 20472
Hors Ligne
Bon chien !

Nous sommes vendredi, 17 heures. Camille sort du bureau en effectuant quelques contorsions pour soulager son dos endolori par les heures qu’elle vient de passer, assise devant son écran d’ordinateur. Un coup d’œil à sa montre lui rappelle qu’il ne faut pas traîner si elle veut parvenir à la gare à temps et rentrer enfin chez elle pour le week-end.

Au petit trot, elle rejoint le quai numéro deux. Tous les bancs ont été pris d’assaut, plus de place assise pour se poser dans l’attente du train. Camille s’adosse au distributeur de boissons à la couleur dominante rouge, prônant une marque de soda connue mondialement.

Une dame âgée d’une soixantaine d’années monte péniblement les marches menant du souterrain au quai. Elle tient en laisse un chien blanc et noir, d’une race impossible à déterminer. En effet, l’animal possède la taille d’un Yorkshire, les poils d’un caniche et la queue d’un teckel. Sa propriétaire semble faire la même constatation que Camille. Espérant que le statut que lui confère son âge avancé lui permette de se voir offrir une place de la part d’un cadet, elle s’approche lentement des bancs. Mais la journée semble avoir été pénible pour tous et personne ne se lève. Les uns lisent la gazette, d’autres tapotent sur leur GSM ou encore tentent de grappiller quelques minutes de sommeil.

Des phares commencent à se profiler à l’horizon et apportent ainsi l’espoir aux voyageurs d’un retour dans leurs pénates. Camille se redresse et fouille son sac à la recherche de son ticket lorsqu’elle entend crier : « Kiki, reviens ici ! ».

Elle voit passer en trombe à ses pieds le chien hybride qui se dirige à l’opposé du quai. La dame court, ou du moins en donne l’illusion, derrière son cher animal. Après un court instant d’hésitation, et voyant que personne n’a décidé de prêter main forte à la vieille dame, Camille se met à poursuivre le fuyard. Pendant qu’elle met toute l’énergie qui lui reste dans la course, elle entend derrière elle « Kiki, reviens ici ! Vilain chien, tu n’auras pas à manger ce soir. ».

Kiki parvient à la fin du quai, où une bordure assez haute l’empêche de continuer sa fuite. Camille le rejoint et attrape promptement la laisse en cuir rouge. Pendant qu’elle reprend son souffle, elle jette un œil inquiet en direction du train qui ne cesse de klaxonner. Son arrivée en gare semble anormalement rapide et des étincelles jaillissent des roues. Ensuite, tout s’accélère. La locomotive dévie de sa trajectoire, traverse le quai numéro deux, fendant la foule hurlante, pour terminer sa course en défonçant le mur gris de la gare dans un fracas épouvantable avant de s’immobiliser.

Camille s’avance vers la petite dame qui n’était pas encore parvenue à la rejoindre. Avec stupeur, elles observent toutes deux ce spectacle de fin du monde. Un aboiement les sort de leur catatonie. La jeune femme regarde l’animal qui halète et remue la queue joyeusement. Elle tend la laisse à sa propriétaire en disant : « C’est un bon chien. Ne le privez pas de repas ce soir ! ».

Posté le : 22/11/2015 09:19
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 21/11/2015
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 1974
Niveau : 36; EXP : 78
HP : 178 / 894
MP : 658 / 11973
Hors Ligne
Chère Delphine,

Nom d'un chien, le pire a été évité. Quelle chance!
Heureusement qu'il nétait pas le premier chien coiffé (expression du XVIème siècle qui veut dire le premier venu).
Cette dame a eu vraiment du chien face à la situation catastrophique que tu proposes.

Pardonne mon arrivée dans ton texte comme un chien dans un jeu de quilles. J'y viens sans une humeur de chien mais avec toujours le même plaisir de te lire et d'admirer ton imagination.

J'espère que l'anniversaire de ton fils s'est bien déroulé. Nul doute que sa chère maman l'a bien entouré.
Je te souhaite un très bon dimanche en espérant qu'il ne fait pas chez toi un temps de chien!

Bises.
Amitiés de Dijon.

Jacques

Posté le : 22/11/2015 10:40
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 21/11/2015
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 1974
Niveau : 36; EXP : 78
HP : 178 / 894
MP : 658 / 11973
Hors Ligne
Chère Delphine,
Chères Loréennes, chers Loréens,

Nom d'un chien, me voici, me voilà avec ma réponse de cabot, décidé à te démontrer que la malchance est une chance.
Le plus fort, c'est que j'en suis intimement persuadé. Oserais-je dire, sans vanité, que j'en suis un bel exemple :

Il était une fois un homme cartésien,
Qui de la nécessité était paroissien.
Il ne croyait absolument pas à la chance,
Mais était le digne affidé de la malchance.
En une journée venaient à lui tous les maux.
Ainsi, s’asseyant doucement sur une chaise
Celle-ci finit par se casser en morceaux.
Il n’y a qu’à lui qu’arrive cette fadaise !
Le même jour, il peut manquer le dernier train
Qui l’oblige à se déplacer le lendemain,
Qui lui réserve une autre perfide malice,
L’éloignant de toute émotion consolatrice.
Devant mes malheurs, je mérite un meilleur sort,
Se disait-il, espérant un grand réconfort.
L’adversité n’en avait pas fini avec lui,
Elle voulait encore lui ourdir quelques ennuis.
Pourquoi t’acharnes tu si vivement sur moi,
Se disait-il intérieurement, pris d’émois ?
Tu me subis vraiment plus que tu ne me vis,
Lui répondit-elle, en de tendres chuchotis.
Mais d’autres désagréments l’attendaient encore
Qui, autour de lui, de grands malheurs, firent éclore.
Et puis un jour, ses sens furent mis en éveil
Par des coïncidences devenus soleils.
Alors qu’il venait de connaître une déveine
Dans une réunion où il arrivait à peine,
Il croise le regard d’une femme ébaubie
Qui cherchait, pour sortir du lieu, un alibi.

Il était une fois une femme pratique,
Ayant des croyances sans être dogmatique.
Elles lui étaient vraiment nécessaires pour vivre
Et très utiles pour tout ce qui allait s’en suivre.
Sa destinée était pour elle un vrai fardeau,
Sur lequel elle voulait tant tirer le rideau.
Une adversité pouvait nuire à ses actions,
La conduisant souvent à des abnégations.
Pour elle aussi, sévissait la fourbe malice
Qui lui faisait perdre, des actions, le bénéfice.
Ainsi, pour beaucoup de projets menées par elle,
En raison de l’absence d’êtres essentiels,
La malchance sévissait à nouveau, bien cruelle.
Ses actions s’arrêtaient faute de combattants,
Qui rendaient son avenir bien compromettant.
Je n’ai pas de chance, se disait-elle, crument,
Il me faut stimuler le hasard sûrement.
L’adversité taquine, à ses vives croyances,
Le lui confirma vivement, sans tempérance.
Convaincue par la force des coïncidences
Qui donnent du sens à toute la conscience,
La femme vient à la réunion conférence
Dont l’ordre du jour n’avait pas sa préférence.
Et lorsqu’elle veut la quitter, arguant un alibi,
Elle admire un bel homme dans ses beaux habits.

Cupidon décide de blâmer la malchance,
Développant entre les deux êtres l’attirance.
Le coup de foudre a pris possession de leur vie,
Faisant fleurir l’amour unique avec envie.
Pour l’un, il n’y a plus que l’autre qui compte.
Les émotions entre eux deviennent promptes.
Des tourbillons d’amour volent entre ces deux âmes;
Qu’ils soient ensemble ou pas, leur amour est un sésame.

De cette frêle fable que faut-il retenir
Pour, de l’emprise de la malchance, s’abstenir.
Passons notre temps à échouer des actions,
S’offriront alors les bonnes dispositions
Qui feront de l’adversité la belle chance,
Fontaine vive de bonheurs en abondance.
Oubliez que la chance vous vient du hasard,
Et que vienne en vous sa fortune, sans retard.

Et je pourrais ajouter : il n'est jamais trop tard.
Parole d'Iste.

Amitiés.

Jacques

Posté le : 22/11/2015 20:31
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 21/11/2015
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 20472
Hors Ligne
En voilà une magnifique histoire d'amour. Mr et Mme Catastrophe se croisent et le coup de foudre conjure le mauvais sort. Tout le monde sait que moins par moins donne plus. Et là, c'est du plus plus !
Il ne faut pas se morfondre et toujours voir le bon côté des choses. La chance finit toujours par sourire même aux plus malheureux.

Une belle morale qui nous le remonte... le moral !

J'aboie pour te féliciter ! Et Kiki te lèche la joue...

Merci

Bises

Couscous

Posté le : 23/11/2015 19:58
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 21/11/2015 La chance Miracle, destin...
Plume d'Argent
Inscrit:
02/03/2014 16:08
Messages: 423
Niveau : 19; EXP : 11
HP : 0 / 452
MP : 141 / 7340
Hors Ligne
La chance

Miracle, destin..


Que se passe t il
Maman, j'ai peur
Papa, viens me chercher
A l'aide, au secours
Amis, venez me prêter main forte

Mais que c'est t il passé
J'aurai dû être piégé
Dans le malheur, une souffrance
L'horreur, l'espace d'un instant
Je me suis vu partir, mourir

Quel est donc, ce miracle
Cette main secourable, cette bonne étoile
D'où vient cet ange protecteur
Je ne sais toujours pas comment, pourquoi...
Mais je suis vivant

Je la cherche encore, parfois
Cette chance
Une des veines, de nos destins
Dans le doute...
Merci, toi là haut, merci inconnus...

Quel bol, ce pot ! Merci la carte chance...



maurizioB




















Posté le : 25/11/2015 12:00
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 21/11/2015
Plume d'Argent
Inscrit:
02/03/2014 16:08
Messages: 423
Niveau : 19; EXP : 11
HP : 0 / 452
MP : 141 / 7340
Hors Ligne
Bien le bonjour couscous,

Voilà ce défi m'a plu, je m'y suis vu...

Un très bon anniversaire à ton grand fiston
Smmmmaaaaaacks à tous

Amicalement,

maurizio

Posté le : 25/11/2015 12:03
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 21/11/2015
Plume d'Argent
Inscrit:
02/03/2014 16:08
Messages: 423
Niveau : 19; EXP : 11
HP : 0 / 452
MP : 141 / 7340
Hors Ligne
Braaavos , belle petite anecdote

Smmaaack!!!

maurizio

Posté le : 25/11/2015 12:06
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 21/11/2015
Plume d'Argent
Inscrit:
02/03/2014 16:08
Messages: 423
Niveau : 19; EXP : 11
HP : 0 / 452
MP : 141 / 7340
Hors Ligne
Bien le bonjour Jacques,

Braaavos , quelle belle croisée de deux chemins

Peut être que hasard et volonté, vont très bien ensemble pour Mme la chance...

Très belle romance,

Amicalement

maurizio

Posté le : 25/11/2015 12:15
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 21/11/2015 La chance Miracle, destin...
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 20472
Hors Ligne
Maurizio revient dans nos défis et ce n'est pas pour me déplaire.

Mais oui, la chance peut être au rendez-vous même au dernier moment. Il ne faut pas avoir peur de lui prendre la main.

Merci pour mon grand. 17 ans déjà !!!

Bises

Couscous

Posté le : 26/11/2015 18:01
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
51 Personne(s) en ligne (27 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 51

Plus ...