| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Nouveau Défi !!!!!! [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



« 1 (2) 3 4 5 »


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 21154
Hors Ligne
Comme le sujet m'inspirait et que j'étais en congé, je vous livre un autre texte, plus léger cette fois.

Une femme ordinaire

Le soleil filtre à travers le store vénitien et me réchauffe les mollets. Je m’étire comme un chat dans le lit défait et me dirige d’un pas traînant vers la salle de bain. Douche tiède pour me réveiller avant de me laver les dents au-dessus d’un lavabo qui se languit d’un miroir. Je suis prête à partir. En refermant la porte de mon appartement situé au deuxième étage d’un immeuble des années septante, je salue ma voisine de palier qui nettoie son paillasson en poils de coco qui arbore un joyeux « Welcome ». Elle continue son œuvre d’un air inquiet en se mettant à psalmodier : « J’ai encore oublié mon rendez-vous chez le psy ! ».

Dans la rue, je hèle trois taxis, sans succès comme d’habitude. Je me dirige donc vers la station de métro et saute au-dessus des composteurs automatiques en un coup de rein souple. Dans la rame, je m’assieds sur l’un des derniers sièges libres. Quelques minutes plus tard, je vois le contrôleur se pointer au bout du couloir. Je détourne le regard à son passage et je souris lorsqu’il s’éloigne.

À la sortie de la bouche de métro, je longe d’immenses vitrines de magasins de mode. Je me laisse aller mes rêveries en admirant les magnifiques tenues aux couleurs chatoyantes et aux prix exorbitants et me dis en soupirant : « Un jour peut-être … ».

Je continue mon chemin jusqu’à un immense bâtiment dans lequel je m’engouffre. À droite de la porte, une plaque discrète annonce « C. I. A. ». L’ascenseur m’amène au trente-huitième étage. Là, je pénètre dans une salle de réunion où sont assis quatre hommes. Je lance un « Bonjour à tous ! » enjoué avant de m’asseoir en faisant pivoter ma chaise pour faire face à tout ce beau monde. En bout de table, mon patron annonce :

« Nous voilà au complet. Cécile, nous avons une mission taillée sur mesure pour vous. »

Un jeune homme aux cheveux blonds coupés court, et que je vois pour la première fois, regarde dans ma direction, bouche bée, avant de demander en bégayant :

« Vous … vous êtes la … femme invisible ?
- Et oui, mon chéri ! Et là, je suis toute nue … tu imagines ? ».

Posté le : 13/04/2014 20:03
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1093
Niveau : 29; EXP : 5
HP : 140 / 701
MP : 364 / 11744
Hors Ligne
Pour une poignée de croissants


Ce dimanche matin, j’émerge difficilement après une nuit de débauche dont je ne me rappelle même pas la fin. Mon estomac gargouille ; il me faut le contenter et je décide tout de go de descendre sur le boulevard Voltaire acheter des viennoiseries dont mon boulanger habituel a fait sa spécialité. L’ascenseur est en panne et je demande à mes jambes de me porter jusqu’en bas de ces quatre étages. Je suis enfin dans la rue ; le soleil est déjà haut et les nuages dansent, annonçant une averse parsemée de coups de vent. Je marche tranquillement sur le pavé parisien, sans nul mal de crâne malgré la lumière qui éblouit mes yeux. J’arrive à la boulangerie qui est déjà bondée ; je patiente dans la queue pendant que les vendeuses servent les nombreux clients et écoutent les mémés raconter leur samedi. Je ne comprends rien à ce qu’elles disent mais cela ne m’intéresse pas de toutes façons. Enfin mon tour arrive ; je demande deux croissants et une baguette de pain. La jeune femme derrière son comptoir ne semble pas m’entendre alors je réitère ma commande. Elle m’ignore encore et s’occupe d’une dame forte placée juste dans mon dos. Cette impolitesse me sidère et je commence à m’énerver. Personne ne remarque ce manège et je ne peux compter que sur moi-même pour rétablir la justice. J’élève la voix, disant d’une voix audible que j’étais là avant cette cliente et que je suis un habitué et que de telles choses ne se font pas dans un pays civilisé. Le résultat n’atteint pas la hauteur de mes espérances et je reste invisible aux yeux de la grosse blonde censée servir la clientèle de ce commerce de quartier. Je baisse les bras car rien ne sert d’insister en face de ces abruties qui ne m’ont jamais aimé. Pour elles, je suis le pigeon de service, le célibataire endurci arrivé récemment dans ce petit village gaulois où même les touristes japonais évitent de circuler.

Je remonte le boulevard à la recherche d’une petite supérette qui saurait me fournir les friandises sucrées que mon organisme demande pour se reconstituer. J’en trouve une rapidement et j’entre en ces lieux ; les rayons sont plutôt bien achalandés avec des produits frais et d’apparente qualité. Une musique orientale agrémente le magasin et calme mon humeur devenue massacrante par la conduite stupide d’une boulangère obèse. Je choisis des gaufres liégeoises, en souvenir de mon amie belge, Delphine, qui m’a fait connaître ce délice la dernière fois que je l’ai vue au Salon du Livre à Bruxelles. J’ajoute à mes emplettes un pack de soda d’une marque inconnue sauf de ce boutiquier. Je me dirige vers la caisse tenue par un homme d’age mûr et cette fois je suis seul. Je pose mes articles sur le comptoir de sa caisse et demande au brave commerçant le montant de la note. A ma plus grande stupeur, il ne me répond pas et continue de lire son journal. Je répète ma phrase dans un français moins complexe, car je suis conscient que mon langage châtié n’est pas toujours compris du commun des mortels. Le caissier n’entend pas le son de ma voix mâle alors je lui livre une version un petit peu plus flûtée, que j’agrémente de quelques noms d’oiseaux dans le souci légitime d’attirer toute son attention. Au fur et à mesure que son silence persiste, je durcis ma posture et je donne un concerto pour insultes et jurons. Rien n’y fait, l’impolitesse demeure la constante dans cette situation ubuesque où je ne suis plus rien. Mon mauvais caractère risque de déclencher une colère que je ne veux pas vivre en ce premier jour de printemps. J’opte donc pour une retraite pacifique.

Je me remets en quête de cette nourriture dont mon corps a besoin pour évacuer les restes chimiques de ma soirée précédente. J’essaie quand même de ne pas penser à cet univers de malotrus qui a ce matin remplacé mon voisinage habituel. Pourtant, malgré les injonctions de mon cerveau à mes membres supérieurs, je sens mes mains trembler dans un délire frénétique. Il me faut trouver un banc au plus vite où calmer mes esprits. Je scrute l’horizon d’un regard concentré.

Ma vision devient floue ; le trottoir passe de rectiligne à elliptique tandis que les passants s’estompent et laissent place à des porte-manteaux. J’assiste désormais à un défilé de mode, entre vestes zazoues, pantalons en cuir et chapeaux de cow-boys. Il n’y a plus de rue mais un champ de tulipes. Les bâtiments haussmanniens sont remplacés par des dunes multicolores au sommet desquelles trônent de grands moulins à vents. Je lève la tête pour contempler le ciel et constate simplement que le soleil est devenu vert au milieu de beaux nuages bleus. Une légère brise commence à souffler, parfumée de violette et parsemée de fleurs. On se croirait dans une publicité pour une marque d’eau de toilette japonaise. Il ne manque plus qu’une musique céleste et je pourrais me croire Alice au pays des merveilles. Je me surprends à rire, à déployer mes dents comme les touches d’un piano dont le malheureux concertiste aurait perdu le contrôle. Des voix résonnent à mes oreilles dans une mélopée qui ne me rappelle rien de connu, du moins dans mes souvenirs.

Le temps se gâte soudain ; je reçois des trombes d’eau sur la tête et des claques sur les joues. Je me dis que la météo ne s’annonçait pas aussi brutale ce matin quand je me suis levé. Je ris de plus en plus, de manière hystérique. Des cloches sonnent dans mon crâne et des lumières brillantes aveuglent mes yeux tandis que je sens mon corps léviter en position horizontale. Je me trouve à présent sur un tapis volant, entouré de génies habillés de bleu qui me disent des mots doux dans un vocable magique. Mon bras me pique un peu ; je vois le dard d’une guêpe translucide qui me transperce une veine et envahit mon corps d’un liquide venimeux. J’entre dans une caravane sans chameau, une sorte de rectangle coloré de blanc et de rouge et le carillon dans ma tête se déchaîne à présent. Je tente de m’échapper, criant de toutes mes forces à qui veut bien l’entendre que plus jamais je ne ferais de scandale quand je commanderais mes croissants. Les génies bleus m’entendent enfin et l’un d’eux me sourit. Une main me caresse le front, une autre me drape dans une toile mystérieuse tandis que des vapeurs rougeâtres obscurcissent ma vue. La caravane m’emporte, au son de multiples trompettes, vers une autre dimension où les génies sont des femmes voilées d’un masque blanc. J’entends une dernière fois une voix douce me dire que tout va bien. J’aurais donc mes croissants.

Posté le : 13/04/2014 20:04
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1093
Niveau : 29; EXP : 5
HP : 140 / 701
MP : 364 / 11744
Hors Ligne
Ahahah, le coup de la femme invisible qui travaille à la C.I.A.
Impayable !
Bravo, Couscous, je reconnais bien là ton légendaire humour.
Donald.

Posté le : 13/04/2014 20:07
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 0 / 726
MP : 395 / 16111
Hors Ligne
Depuis quelques temps, ma magique baguette ne m'amusait plus autant qu'avant.
C'est vrai, quoi. Je pensais bien lui avoir demandé tout ce qui m'a été possible d'imaginer, même de l'imagination, mais, en fin de compte, on se blase de tout. A un point que si j'avais pu la décoller de mes doigts, je crois bien que je l'aurais enterré quelque part en lui demandant, en ultime service, de me faire oublier l'endroit. Mais ça, je ne peux pas..
Alors je la gardais, en tâchant de m'en servir le moins possible. Mais ça non plus, c'est pas possible.
Cette satanée baguette anticipait maintenant sur le moindre souci pouvant m'arriver. Que j'aimerais avoir, de temps en temps, un petit enquiquinement, bien à moi ! Je m'en délecterais, je le ferais durer en faisant semblant de ne pas trouver de solution.
Un aspect très ennuyeux de ma façon de vivre, c'est que je suis bien trop connu. Dans la rue, suffisait que je marche sur un trottoir, et tout le monde se sentait à l'aise sur le trottoir d'en face. Ce qui, un jour, me fit pousser un gros soupir :
- " Ah, si j'étais invisible, on pourrait m'oublier un peu, ça me reposerait ."
Aussitôt après , bizarrement, des gens marchèrent vers moi sans se mettre à courir vers le trottoir d'en face.; et en passant devant une vitrine, je m' aperçus que, si je voyais bien le reflet de la rue, je ne me trouvais plus dans le décor !
Bon sang ! mais c'est....Bien sur ! pour une fois, ma baguette à réagi d'une façon qui me convenait. Mais comment n'avais-je pas eu l'idée plus tôt...

Dès ce jour, je goûtais un repos, une détente d'esprit que je n'avais jamais, je crois bien, connu auparavant.
Je continuais à me servir , comme d' habitude, dans tous les magasins, lorsque j'avais besoin de quelque chose, mais je n'avais plus à transformer les vendeurs en saucisson d’Arles pour les faire taire.
Au bout de quelques temps, n'ayant plus à me préoccuper de la réaction des gens, je m'aperçus qu'ils prenaient une place encombrante dans mon existence. Les voir se démener sans cesse pour leurs futilités quotidiennes m'incommodait.
Je réalisais qu'en définitif, rien ne m'obligeait à supporter leur vue et l'idée me vint qu'il me serait plaisant, justement, de ne plus les voir.
Ce que ma baguette comprit très bien et pffuitt.....Les rues se vidèrent de toute animation. Comme le bruit continuait encore à me déranger..Oui. Vous avez bien compris.. Plus de bruit
Je pouvais enfin savourer le calme.

Fort de la découverte de cette facette de mes pouvoirs, je finis un jour par en avoir assez de toutes ces rues, ces maisons, ces véhicules qui circulaient sans conducteurs visibles et sans bruits, certes, mais qui nuisaient à un total repos de ma vue
Je ne tardais pas à me retrouvé seul, dans une nature sans limite, sans animaux nuisibles et, rapidement, sans animaux du tout.
Non, je ne m'ennuyais pas ... J'avais sans arrêt quelque chose à faire disparaître, à un point que, trouvant que le coup par coup était monotone, n'y allant pas avec le dos de la cuillère, je fis disparaître les forêts, dont les chutes de feuilles m'irritais, les océans , les déserts, les banquises qui, de toutes façons, ne pouvaient plus se permettre de dériver, les nuages qui n'avaient vraiment plus rien à voir dans le décor; Tout.

Le jour où je me retrouvais debout devant un immense espace de terrain plat, à perte de vue, je me posai encore une question;
- " Mais quelle est l'utilité de me tenir bêtement debout sur de la poussière , et de me fatiguer les jambes ! "
Sitôt dit, sitôt fait . Je me retrouvais flottant dans un espace infini, entouré de milliards d'étoiles. Je me fis d'ailleurs la promesse de ne jamais les faire disparaître, jamais.
Et je me fis la réflexion que, dorénavant, j'étais l'égal des dieux !
Et, depuis, je parcours des milliers d'années-lumière, chaque jour. Mais...Je dois vous faire un aveu..
" QU'EST-CE QUE JE M' EM.....DE ! !


Mais bien sur que c'était un méchant cauchemar dont je suis sorti , en sueur !
Allons , soyez logiques : pour enquiquiner mes contemporains, je n'ai jamais eu besoin de baguette magique !




Posté le : 13/04/2014 20:27
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 21154
Hors Ligne
Totalement délirant Donald et j'aime cela.
Le pauvre ! Il aurait dû venir en Belgique, on y sert tout le monde.
Merci pour le petit clin d'oeil ne passant. Tout est bien qui finit bien. Il semble que sa soirée ait été un peu trop chargée mais il est entre de bonnes mains. Du moins je l'espère. Il te rejoint à l'asile bientôt ?

Merci Donald

Au plaisir

Couscous

Posté le : 14/04/2014 07:11
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 21154
Hors Ligne
Bacchus, c'est un véritable cauchemar ! Bon, je t'accorde que j'aimerais aussi faire disparaître certains de mes contemporains mais tout et tout le monde !!

Tu peux continuer à nous enquiquiner tranquillement, on ne se lassera jamais de toi et des tes délires littéraires !

Merci

Couscous

Posté le : 14/04/2014 07:43
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 11350
Hors Ligne
Ne t'inquiète pas Donald, c'est le delirium tremens, arrête la bibine !
Étais-tu tout nu comme l'héroïne de Couscous ? Ça aggraverait ton cas pour les femmes en blanc.

Couscous, tu rêves de travailler pour la CIA, je m'en doutais ! Arrête de te promener nue dans les rues de Mouscron, je voulais te faire une confidence : tu n'es pas invisible...


Posté le : 14/04/2014 08:22
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 11350
Hors Ligne
Bacchus j'adore ton texte, cette baguette magique a décidément beaucoup de pouvoirs, ça doit s'expliquer en psychanalyse, mais... je m'égare

Tu vas vraiment au bout de ton raisonnement, bravo !

Posté le : 14/04/2014 08:28
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Plume d'Argent
Inscrit:
02/03/2014 16:08
Messages: 423
Niveau : 19; EXP : 11
HP : 0 / 452
MP : 141 / 7626
Hors Ligne
Le courant d'air




Bien le bonjour !
Pour moi, pas pour vous
Non !
Ne m'invitez pas chez vous
Au grand air, je passe mon chemin
Mais dans votre maison
Je peux devenir, assassin
Oui, je sais !
Les gens me réclament
Les jours de grandes chaleur
M'évitant, quand vient le mauvais temps
Et oui ! Allez comprendre
On m'aime bien un peu
Mais je peux devenir tellement cruel
Pour nos vieux...

L'on dit aussi de moi
Il ne se pose pas souvent
Il ne reste pas longtemps...
Pourtant, je sais être bon
Les animaux me recherchent
Les oiseaux, m'apprécient
Certaines machines, aussi...

Voilà, c'est moi ! L'invisible
Mais, ne vous y fiez pas
Je suis bien là
Autour de vous
Pour me voir...?
Ouvrez- moi !!!






Maurice,


Posté le : 14/04/2014 12:39
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Plume d'Argent
Inscrit:
02/03/2014 16:08
Messages: 423
Niveau : 19; EXP : 11
HP : 0 / 452
MP : 141 / 7626
Hors Ligne
Bonjour , bravo et très bien dis, Donaldo75
Brrrrrrrr, cela peut donner froid dans le dos
Super lecture

Posté le : 14/04/2014 12:51
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
« 1 (2) 3 4 5 »




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
38 Personne(s) en ligne (21 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 38

Plus ...