| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> défi du 27 décembre 2014 [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





défi du 27 décembre 2014
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 23657
Hors Ligne
Bonjour à tous et à toutes,

J'espère que Noël s'est bien déroulé et que vous avez profité de bons instants en famille.

C'est maintenant nouvel an qui se profile à l'horizon. C'est parfois le moment de faire le bilan de l'année écoulée et même de se prendre de bonnes résolutions pour celle qui nous attend. Je vous laisse donc partir sur l'un de ces sujets ou les deux si vous préférez...

A vos plumes mes amis.

Bises

Couscous

Posté le : 27/12/2014 08:06
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: défi du 27 décembre 2014
Semi pro
Inscrit:
16/04/2014 23:11
De France, enfin, je crois
Messages: 135
Niveau : 10; EXP : 66
HP : 0 / 241
MP : 45 / 4544
Hors Ligne
Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas eu le temps d'écrire, de me concentrer, et de répondre à un petit défi, heureusement les vacances sont passées par là. J'ai donc choisi de faire un petit bilan de l'année écoulée, pas la mienne, enfin un peu, mais une sorte de bilan un peu détourné et où j'ai un peu triché. Enfin, tricher, je ne sais pas, j'ai fait un bilan en tout cas.

(re)Naissance


« Non pas aujourd’hui, merci ». Mes yeux jetèrent un dernier regard à la vitrine illuminée, chocolats et confiseries étalées sous le néon blanchâtre, puis remontèrent sur son tablier bleuâtre, ses épaules délicates, sa nuque tendue, son menton saillant, sa bouche rougeoyante, un sourire sembla s’y esquisser, entre les écailles de rouge à lèvres, ses dents firent deux incises sur les rainures de sa lèvre inférieure et, malgré l’éclairage blafard, dégueulasse, je me sentis l’aimer, je sentis mon cœur déchirer ma poitrine, la faire éclater, des morceaux sanglants retombèrent sur la moquette rouge, une pluie de chair ; mon foie sous la machine à pop-corn, les reins par-ci, un poumon par-là et le reste au ventilateur.
« Au lieu du pop-corn, je voulais plutôt prendre, enfin, vous demander si… voulez-vous, peut-être, je ne sais pas, je voulais vous… Enfin, je vous trouve très… et puis vous… et je… ça vous dirait… qu’on aille… boire… un… verre ? Ou une pizza, ou un restaurant, un concert, un film même peut-être, je ne sais pas, je… Demain ou après-demain, ou quand vous voulez, même ce soir, je… ». Elle hocha la tête et deux mèches brunâtres embrumèrent son regard bleuté ; demain soir, ça sera parfait, murmura-t-elle d’une voix enrouée.

Errance


Une fine bruine caressait mon visage, ma peau satinée éblouie par la lividité des néons, couleurs écarlates brisées sur le terne macadam. La rue semblait avoir été délavée, les tons criards arrachés, les teintes éclatantes sarclées, tout n’était que mines grisâtres et tracés de fusain, horizon métallique, gommé et estompé. Les voitures fusaient sur l’asphalte inondé, un orchestre éraillé ; les roues glissaient dans les flaques, l’eau jaillissait à mes pieds, les rus par centaines se faufilaient entre les impuretés du goudron, dansaient au fil des stries et des entailles, disparaissaient au gré des flaques, ou au détour d’un carrefour.
Je renfonçais mon bonnet, mes cheveux se plaquèrent sur ma nuque, des gouttes perlèrent dans la courbure de mon dos, entre mes omoplates, un frisson. N’aurais peut-être pas dû se contenter d’un débardeur troué, une petite veste n’aurait pas fait de mal. Les éclaboussures devinrent un crachin estival et un torrent dévala mes joues, rivière sans rive sur ma poitrine, le Danube sur mes allumettes. Mon corps chétif s’abrita sous la devanture d’un fleuriste et chercha dans les poches de son jean troué un reste de tabac à rouler. Ma langue glissa sur le papier et la lanière de mon épaule, je laissais tomber ma dernière clope et rattrapait mon saxophone ; le tabac gisait dans une flaque et de son œil brunâtre se moquait.
Les cloches d’une église résonnèrent sur l’acier, neuf coups, peut-être dix, la circulation avait couvert les tintements et je n’avais pu percevoir les derniers échos. Passage sur scène à onze heures, fallait peut-être que je me dépêche. Ai toujours aimé errer, traîner, me languir et me balader, me prélasser et musarder entre les ruelles vides, vides de gens, pleines de bruits, de couleurs et de senteurs, une ville animée, une foule endormie, dissimulée dans l’obscurité.

Mort


« Deux Chesterfield… non trois, et des chewing-gums à la framboise s’il vous plait. ». Je balançais mes pièces sous la grille et l’épicier y fit passer ma commande. Le papier rougeâtre se déchira, un morceau de gomme s’enfonça entre mes lèvres, sauvagement mastiqué, et de la salive acidulée, sucre chimique et parfum acrylique, glissa le long de ma gorge, embauma mes entrailles de ses effluves factices. Aucun goût pour sûr, juste la couleur, un truc psychologique, une connerie plus fade encore que le trottoir, une merde pleine de benzène et de kérosène, pétrochimie sur mon estomac enjoué. Accroc depuis trop longtemps à cette amère fadeur. La cigarette comme remède, poison pour guérir l’addict que je suis, toxique sur toxique. Me condamne à coup de poisons artificiels.

(re)Naissance

...
...
...

Posté le : 27/12/2014 21:54
_________________
Le soleil n'est qu'une étoile du matin.
H.D Thoreau
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: défi du 27 décembre 2014
Guest_
Bonsoir Couscous,

Voici donc ma réponse à ce défi.
En ces temps de Noël, j'avais envie d'un peu de féérie. Un premier départ m'avait entraîné dans la direction de mon tapis et j'ai fini par attérir sur la lampe d'Aladin. Est-il réussi, je n'en sais rien. Je me suis beaucoup amusé. Ces défis, c'est vraiment une riche idée qui m'enchante.

Je l'ai intitulé : Jacques et la lampe d'Aladin.

Que m’arrive-t-il ce matin, je suis éveillé et j’ai la sensation de sommeiller. Je pense, je suis lucide et je me crois dans un rêve. J’ai la sensation d’être dans un état proche de l’hypnose. Je vois la lampe d’Aladin devant mes yeux, mais elle n’est pas faite d’or, ni d’argent, ni couverte de diamants. Elle semble être faite dans un matériau inconnu à mes yeux qui ressemblerait bien à du zinc cuivré, encore qu’il me faille en douter. Sa forme est comparable à la lampe d’Aladin de mon enfance, stimulant mon imaginaire et m’interpellant sur mes trois vœux, mais là s’arrête la comparaison.

Alors que je me vois chevaucher dans les temps déjà anciens de mon enfance tel un Don Quichotte, elle se met à me parler. Oui, je vous l’assure ! Elle me parle :

- « Jacques, c’est bien moi, je reviens te voir après tant et tant d’années.
- Bonjour lampe de mon enfance et de mes rêves, que me veux-tu dans ces temps si cartésiens où le matérialisme et l’hédonisme ont remplacé la magie et l’espérance?
- J’ai décidé de sortir de ma retraite et de me comporter en génie post moderne.
- Que veux tu dire par là ? Les théories, vois-tu, d’une théorie à une autre... Elles ont toutes faites la preuve de leur inexactitude, confrontées au quotidien des femmes et des hommes. Davantage encore si elles étaient teintées d’un dogmatisme orgueilleux.
- Je te donne raison… C’est la raison pour laquelle je te propose un imaginaire du temps présent, de cultiver et d’enrichir ton temps présent et de rechercher ton bien être dans les résolutions et l’espérance.
- Tu m’intrigues, tu m’inquiètes Génie. Es tu sûr que tout aille bien pour toi ? Que faut-il comprendre ?
- Je te l’assure, tout va pour le mieux… Je te propose trois vœux : le premier vœu te permettra de corriger une erreur commise pendant l’année 2014, les second et troisième vœux te permettront de réaliser deux résolutions que tu prendras pour l’année 2015. Libère toi, sois flexible dans ton temps présent, fais ton bilan de l’année 2014 et sois imaginatif et fou dans le choix de tes résolutions. C’est moi seul qui choisirai les trois vœux avec comme seul critère que leur réalisation puisse irriguer le bien être de ton temps présent.
- Je trouve ta proposition bien étrange.
- Etrange, non ! je te propose simplement dans ton présent, de mettre en perspective le présent de ton passé et le présent de ton futur, sans sans que tu ne puisses culpabiliser.
- Et où cela me conduira-t-il ?
- Peut être à plus de sérénité, et de redécouverte de la magie de la vie !
- Je vais réfléchir à ta proposition.
- Mais attention Jacques, ma proposition ne tient que jusqu’à la pleine lune du 5 janvier 2015…
- Que de mystère!

Depuis quelques minutes, le génie s’est tu et m’a laissé à mon étonnement. Devais-je croire à sa proposition? Je décidai de me laisser aller à cette folie des temps de Noël.
Que pouvais-je retenir comme erreur de mon année qui puisse donner lieu à un vœu qu’honorerait mon génie de la lampe? Je vais oublier mes soucis professionnels bien mineurs à côté des joies et des bonheurs partagés avec toutes celles et tous ceux qui m’entourent. De manière intéressée, sans doute, je ne vais retenir que mes omissions d’amitié qui m’ont éloigné de la richesse des partages, m’ont entraîné dans les taillis touffus des représentations émotionnelles.

- « Génie ! Je veux que tu lèves les voiles de ces représentations de mon âme qui l’empêchent de se connaître et que les vives émotions deviennent des oiseaux multicolores, des toucans, des amarantes du Sénégal, des Cotingas de Cayenne, des Quetzals qui me fassent davantage voyager en moi-même, pour mieux me connaître moi-même.
- Te voilà bien vite ! As tu déjà fait un bilan complet.
- Non, sinon par tradition du moins par habitude, j’ai préféré aller tout de suite à l’essentiel, à la formulation de mon vœu… Comment le trouves tu ?
- Je préfère réserver ma réponse et attendre tes trois vœux.
- C’est injuste. Autrefois, l’on pouvait te demander trois vœux dissociés.
- Que veux-tu, les temps ont changé !
- Tu es devenu têtu… Si je comprends bien, il me faut maintenant identifier mes résolutions.
- Oui, tu m’as bien compris. »

Un nouveau silence s’installe entre nous et me laisse sans voix, coi. Ce génie postmoderne commence vraiment à m’agacer avec ses exigences originales et décalées. Puisqu’il en est ainsi, je décide de lui proposer des résolutions bizarres et loufoques.
Je me concentre et mon imagination se mit à courir de neurones en neurones.
Puisqu’une société australienne a racheté 57% des actions du groupe de santé où je travaille, je décide que je ferai un voyage d’étude en Australie et mes projets professionnels feront alors des sauts de kangourous.
Je décide de prendre un abonnement annuel dans un spa et je prends l’engagement de respecter l’agenda de mes rendez vous de soins corporels. Si cela ne me fera pas obtenir un corps de rêve, il pourra au moins en résulter un semblant de jeunesse.
Une fois par trimestre, je m’impose de tout oublier pendant au moins une journée.
Je m’engage également à faire l’éloge de la lenteur, une fois par trimestre, en prenant systématiquement du temps avant d’agir.
Je décide d’arrêter d’acheter des livres que je ne lirai pas, y compris ceux que j’avais l’intention de lire.
Je décide de chanter un air d'opéra une fois par semaine.
Je décide aussi d’arrêter de rire devant un énarque qui s’encense et s’autocongratule.
Je décide de ne plus importuner aucun barde de l’Orée des Rêves avec mes humeurs et mes états d’âme.
Je crois enfin que j’oublierai de culpabiliser bêtement pour des choses qui ne dépendent pas de moi.

Toutes ces résolutions me paraissent finalement très raisonnables et m’agréent. Je suis curieux de savoir les trois vœux que le génie va retenir. Qu’il se réjouisse de cette offre limitée, j’aurais pu lui en proposer bien davantage, car j’ai la tête remplie de projets.

Ah, il semble que la lampe vibre!

- « Alors, je crois comprendre que tu es arrivé au terme de ta réflexion qui semble avoir été épique, Jacques !
- Epique, épique ! Je suis curieux Génie de savoir auxquels de mes vœux tu vas donner une issue heureuse.
- Ton premier vœu me plaît, je le retiens donc. J’hésite encore pour le second et le troisième vœu. J’écarte les résolutions loufoques.
- Elles me plaisaient pourtant bien !
- Jacques, je ne peux pas y répondre. En revanche, celles sur l’oubli et la lenteur retiennent mon attention. Et je crois que je vais pouvoir y répondre aisément.
- Alors, tu as donc fait ton choix.
- Je réponds à ton premier vœu. Croire en moi et en ma magie te ramène à une âme d’enfant et à la connaissance de toi. Mon premier vœu est donc exaucé. Quand au second vœu sur l’oubli, commence par m’oublier et à vis ta vie, ainsi il s’exaucera. Ce premier exercice d’oubli en appellera d’autres que tu cultiveras avec bonheur. Quand au troisième vœu, tu t’étonnes déjà et tu réfléchis à ce que je viens de te dire, et l’amplitude de ta lenteur à réfléchir est à l’aune des grandes voies de ton étonnement. Son exaucement est donc sur la bonne voie.
- Finalement, il me revient à moi-même d’exaucer mes vœux, si je comprends bien.
- Eh bien voilà, tu es sur la bonne trajectoire. Mais n’oublie pas que la magie est essentielle. Elle ne détermine pas tes choix, elle les illumine, les éclaire et les enchante.
- Ah Génie, comme je t’aime finalement. A tant faire que d’aimer la magie, je vais la cultiver. Je vais de ce pas m’en entretenir avec ma fée clochettes, ma chère et tendre fée clochettes. J’entends déjà ses clochettes vibrer puis sonner à toutes volées. De ses ailes dorées, elle couvre l’azur de sa poudre magique qui m’émerveille et m'ensorcelle avec bonheur. Sa présence m'est essentielle.

Bon dimanche à toi chère Couscous.
Amicalement.

Jacques

Posté le : 27/12/2014 22:09
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: défi du 27 décembre 2014
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 23657
Hors Ligne
Alexis !

Quelle joie de te retrouver ici dans les défis. J'espère que tes examens se sont bien déroulés.

Un bilan sombre, comme tu as le don de nous décrire. Le tabac, une addiction mortelle en effet.

Merci

Au plaisir

Couscous

Posté le : 28/12/2014 09:33
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: défi du 27 décembre 2014
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 23657
Hors Ligne
Cher Istenozot,

Ton génie ne serait-il pas un peu psy sur les bords. Il a l'avantage d'apporter de la magie à tous, même ceux qui ne sont pas pourvus de lampe magique. C'est une belle réflexion que tu nous proposes là comme perspective de l'année écoulée.

Merci pour ta belle participation.

Comme disait Lorie, une autre grande philosophe : "La positive attitude !"

Bises

Couscous

Posté le : 28/12/2014 09:45
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: défi du 27 décembre 2014
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 12773
Hors Ligne
Istenozot, " Aide toi, le ciel t'aidera" ! Ce génie ne prend pas beaucoup de risques dis moi. En même temps, tout sera réalisé et tu n'en seras que plus heureux, ce génie est un très bon génie.

Posté le : 28/12/2014 11:54
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: défi du 27 décembre 2014
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 23657
Hors Ligne
Le poids de l’écharpe

Voilà enfin le moment fatidique que j’attends depuis quelques jours, comme une libération. J’ai l’impression qu’on me laisse sortir de prison, une prison dorée avec toutes les commodités, une vue sur la Tour Eiffel, un service d’étage et tout. Personne ne m’avait dit qu’une écharpe pouvait devenir aussi lourde à porter qu’une chaîne en acier trempé.

Mon année 2013 s’était terminée en apothéose, avec la consécration, digne récompense de mes efforts fournis tant au niveau de la pratique régulière de sport, de l’apprentissage de langues étrangères, des cours de diction et de l’intérêt porté à tous les événements culturels. J’étais comme Rocky après un entraînement intensif, prêt à en découdre avec tous ses adversaires. « The eye of the tiger », c’était moi !
Lorsque le présentateur chauve annonça la gagnante, contrairement à la plupart de ces donzelles naïves, je ne fus pas surprise car la victoire était inscrite sur ma liste au Père Noël. Et ce que femme veut, Dieu le veut, le Père Noël étant un peu son bras droit.
Un couronnement, des applaudissements, des félicitations hypocrites et empreintes d’une profonde jalousie de la part de mes concurrentes et je fus entraînée dans un tourbillon d’interviews, passant de maquilleuse en habilleuse avant les spots des plateaux télé, radio et les flashs des photographes. On m’accorda enfin quelques heures de répit pour me remettre mes cadeaux : les clés d’un appartement pour un an, celles d’une voiture neuve, des bijoux, des parfums, des vêtements, etc. Moi, je ne rêvais qu’un peu de sommeil, surtout dans le but de récupérer une mine un peu fraîche pour le marathon des jours suivants. On me remit le calendrier avec le programme de l’année 2014. Ce n’était pas les travaux forcés qui m’attendaient mais ceux d’Hercule !
Cette année, j’ai donc participé à plus de trois cent événements comme des jeux télé afin de récolter des fonds pour des associations, des inaugurations de marchés de tous poils, de foires à la saucisse, à la choucroute, au harengs, j’en passe et des meilleurs. Je ne compte plus le nombre de repas mondains où j’ai joué la potiche, sourire accroché aux lèvres et un mot gentil pour chacun, même le pire malotru. Mes zygomatiques sont maintenant les muscles les plus développés de mon corps.

Je vais enfin pouvoir passer le relai, me reposer, manger tout mon saoul sans me préoccuper de ne plus rentrer dans ma robe Chanel pour le cocktail de samedi prochain. Je vais de nouveau pouvoir draguer en soirée, boire à en perdre la raison, raconter des blagues salaces sans susciter l’indignement, engueuler vertement celui qui me vole ma place de parking au supermarché sans faire la couverture de Cloosy, Publer ou Voicic !
Plus de chaperon pour me faire la morale sous prétexte qu’elle est passée par là, ni de garde chiourme pour éloigner mes prétendants. Fini d’être la petite fiancée des français ! Je rends la bague et tout ce qu’elle signifie.
Un tonnerre d’applaudissements résonne dans la salle, une jeune femme blonde se met à crier, sautiller sur place et essuyer quelques larmes de joie. Je me dirige vers elle, avec mon plus beau sourire accroché au visage, afin de lui poser la couronne sur la tête. J’ai envie de lui susurrer « Sincères condoléances » mais elle ne comprendrait pas mon ironie. Ma dernière mission accomplie, je me retire dans l’ombre et m’éclipse discrètement en coulisses pendant que le présentateur, qui s’est enfin acheté une moumoute cette année, s’exclame : « Voici notre miss France 2015 ! »

Posté le : 28/12/2014 16:20
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
51 Personne(s) en ligne (36 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 51

Plus ...