| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Défi anticipé du 14 juillet, aprdon du 11 juillet [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



« 1 (2) 3 »


Re: Défi anticipé du 14 juillet, aprdon du 11 juillet
Administrateur
Inscrit:
30/05/2013 12:47
Messages: 1529
Niveau : 33; EXP : 29
HP : 161 / 807
MP : 509 / 16972
Hors Ligne
Du fond du Panthéon, il doit bien se marrer,
Victor, en consultant le défi de l’ORée,
Voyant d’où vient les mots et d’où viennent la langue,
Peut être apprécie t-il nos litanies exsangues ???

Le poète éploré se lamente, écrit il,
T’emmerde pas Victor, je lui réponds, subtil,
Les defieurs, passent voir, sous le joug de Delphine
Si leurs propos sont vifs, l’écriture, elle, est fine !!!

C’est là, l’obligation donnée par la patronne,
Délicieuse Couscous, qui parfois nous sermonne !!,
En fait c’est un bobard, mais c’était pour la rime,
Pour l’accord de deux vers, moi j’irai jusqu’au crime !!!

Tout est joie, innocence, espoir, bonheur, bonté,
Alors si t’es un homme viens donc nous affronter,
Poser quelques mots tristes pour faire pleurer Margot
D’accord ça tu sais faire, mais rire, tu sais Hugo ??

Et faire des jeux de mots idiots, comme Titi,
Qui ne font rire personne à part, peut être, lui
Oseras-tu Victor ? écrire telle imposture :
IL se pensait Rimbault, mais n’était que rature…

Viens nous rejoindre Hugo et, quelques vers, poser,
Un sonnet , un pantoum, tu peux tout proposer,
S’il manque une syllabe, ici nulle censure,
Ici pour chaque pied…………, on trouve sa chaussure.......


Posté le : 12/07/2015 18:03

Edité par kjtiti sur 13-07-2015 15:48:04
Edité par kjtiti sur 20-09-2016 12:24:44
_________________

Le bonheur est une chose qui se double,..…..si on le partage …

Titi
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi anticipé du 14 juillet, aprdon du 11 juillet
Administrateur
Inscrit:
30/05/2013 12:47
Messages: 1529
Niveau : 33; EXP : 29
HP : 161 / 807
MP : 509 / 16972
Hors Ligne
Donald, tu donnes là, une autre dimension à ce défi !!

La qualité de l’écriture est, comme toujours, remarquable et le regard que tu portes sur certains pans de notre époque, très judicieux, ne sont pas pour me déplaire….

Dans les titre que tu cites, j’ai cru reconnaître, des ‘’œuvres’’ dont les auteurs sont passés dans des émissions, Cul-culturelles et télévisuelles (ce qui est un pléonasme).

Régal et bonheur à chaque lecture, Donald, une restriction peut être: ton regard négatif sur les Mac Do ??? quand on se prénomme Donald !! un peu de fraternité, envers nos engraisseurs de l’oncle Tom !!!

Merci pour ce bon moment, comme dirait l’ex- future 1ére dame de France !!!

Amitiés Donald

Posté le : 12/07/2015 18:34
_________________

Le bonheur est une chose qui se double,..…..si on le partage …

Titi
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi anticipé du 14 juillet, aprdon du 11 juillet
Administrateur
Inscrit:
30/05/2013 12:47
Messages: 1529
Niveau : 33; EXP : 29
HP : 161 / 807
MP : 509 / 16972
Hors Ligne
Ah, emma , superbement bien amenée ton histoire , et naturellement fort bien contée !!


Voir Hugo, au pied de ton lit, aurait dû t’inquiéter, quand on sait la verdeur dont il faisait preuve jusqu'à plus de 80 ans !!!


‘’Toi qui n’es que fesse molle, ancrée bas dans ta fange’’ il manque un peu de courtoisie l’ami Victor, tu aurais du le remettre à sa place !!
Ce ne sont pas les poètes de l’ORée qui s’exprimeraient ainsi à ton encontre !!!


Je me suis bien régalé , ma chère emma et bien marré, !!


Bonnes vacances à toi si tu pars bientôt,……………et si tu ne pars pas bientôt, bonnes vacances quand même !!!

Bises de Touraine.

Posté le : 12/07/2015 18:53
_________________

Le bonheur est une chose qui se double,..…..si on le partage …

Titi
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi anticipé du 14 juillet, aprdon du 11 juillet
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 2052
Niveau : 37; EXP : 33
HP : 181 / 908
MP : 684 / 14527
Hors Ligne
Que Dieu nous pardonne et Victor Hugo aussi
De nous livrer ainsi à mille facéties.
Si cela t’agrée, Dieu, reste là où tu es.
Toi Victor, je t’en prie, rejoins notre banquet.

A la pensée du cher Kjtiiti je m’arrime,
A tant désirer l’imiter dans quelques rimes.
Et tout comme lui je rends mes hommages à Delphine,
Qui est de nos défis la muse divine.

De là à le suivre pour aller jusqu’au crime,
Malgré mon amitié pour lui et mon estime,
Pour ma part, je préfère la folie d’ailleurs,
Pour en être auprès de vous un ambassadeur.

Ecoute Victor, si tu veux plaire à Delphine
Afin de demeurer dans toutes ses combines,
Ecris des vers sur la magie, les fées clochettes ;
Avec elle, tu feras de belles cueillettes,
De mots où l’humour fera voler les paillettes !

Reste au milieu de nous, je t’en prie, très cher Hugo,
Nous te promettons de ne pas être dingos.
Juste un petit peu, alors, pour nous faire rire,
Et dans le désir de bien vivre, nous inscrire.

Nous sommes protégés par Loriane et Delphine.
Dans tous nos textes, aucun coup de chevrotine
Ne peut atteindre la beauté noble des mots.
Elles ont la sagesse de nous remette à flots.

Posté le : 12/07/2015 21:18
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi anticipé du 14 juillet, aprdon du 11 juillet
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 23286
Hors Ligne
Kjtiti,

Hugo t'aurais sûrement pris comme fils spirituel. Tu as su nous faire réviser un de ses poèmes classiques en le saupoudrant d'un peu de "Titi 2015" pour notre plaisir.

Merci.

Couscous

Posté le : 13/07/2015 13:25
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi anticipé du 14 juillet, aprdon du 11 juillet
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 23286
Hors Ligne
Emma,

Ta version m'a happée, amusée et j'en reste baba d'admiration. Ton style se mêle si bien à celui d'Hugo et ce discours galvaniseur ! Le final reste réaliste et m'a bien fait rire car je me suis reconnue dans ton personnage.

Bravo et merci !

Bises

Couscous

Posté le : 13/07/2015 13:32
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi anticipé du 14 juillet, aprdon du 11 juillet
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 23286
Hors Ligne
Istenozot,

Tu as mis la barre très haut. Te voici enfant du grand Victor indéniablement. Tu rends hommage au maître et à notre belle langue française qui unit plusieurs nationalités de par le monde. Au passage, j'ai ajouté des mots à mon dictionnaire personnel.

Quel talent !

Merci

Couscous

Posté le : 13/07/2015 13:39
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi anticipé du 14 juillet, aprdon du 11 juillet
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 23286
Hors Ligne
Donald,

Tu t'es surpassé. On sent que tu sais utiliser au mieux ton fameux Tiburce. je suis contente de faire connaissance avec son épouse. Et quel personnage ! Leurs conversations sont épiques. Je les ai imaginés face à face avec cette répartie piquante.

Ta culture littéraire a parfaitement servi le sujet. Je me suis amusée à imaginer le style de bouquins qu'il a dû se taper. Ils ne donnent pas envie !

Merci mon Donald, laisse tomber ton Oncle Mac, il n'y a pas d'avenir à faire des frites sauf dans une barraque en Belgique.

Bises

Couscous

Posté le : 13/07/2015 13:55
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi anticipé du 14 juillet, aprdon du 11 juillet
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 23286
Hors Ligne
Sur les traces de Victor
Me voici bien ennuyée, Jacques nous demande d’écrire en rendant honneur au grand Victor Hugo. Moi, petit écrivaillon, je ne me sens pas de taille à parvenir même à l’ombre de l’ombre du grand Maître. Que faire ? Soit je me résous à ne rien proposer en faisant la morte ou la vacancière, soit je me creuse la tête et tente de pondre quelques phrases maladroites sur des thèmes qui étaient chers à Hugo tels que la nature et l’amour. Je me pose face à ma feuille blanche et attends l’inspiration. Mais, comme la sœur Anne, je ne vois rien venir. Dépitée, je décide d’interroger mon ami Google pour en savoir un peu plus sur la vie du grand Victor. Je découvre qu’il s’est exilé sur l’île de Jersey où il a enchainé des séances de spiritisme pendant lesquelles il a dialogué avec sa fille Léopoldine, morte noyée dans la Seine lors d’une balade en barque, ainsi qu’avec beaucoup d’autres personnages célèbres. Cette information attise ma curiosité naturelle.

Je décide de passer un petit coup de fil à mon ami gothique Laurent. Il a vu tous les films sur le spiritisme et lu tout ce qui existe sur le sujet. Il m’a déjà raconté les séances qu’il organise avec ses copains. Je sais qu’il sera l’homme de la situation. Je lui expose mon projet et il est de suite emballé. Juste le temps de mettre quelques jeans noirs et des chemises à têtes de mort dans une valise et il est prêt à me suivre.

Nous voici donc dans le bateau qui nous dépose à Saint-Hélier, la capitale de la petite île anglo-normande de Jersey. De là, nous prenons un taxi qui nous amène à Saint Clément. Nos pas nous mènent vers la côte où nous tombons nez-à-nez avec le rocher des proscrits, rendu célèbre grâce à une photo prise par Charles Hugo. Je sais que nous approchons de notre destination : Marine Terrace. Une bâtisse à la façade blanche se profile à l’horizon. Je reconnais ses fenêtres étroites assorties de volets bancals et ses trois imposantes cheminées. Une plaque à côté de la porte nous confirme qu’il s’agit bien de la maison où Victor a vécu une partie de son exil. Je sonne et me retrouve bien surprise lorsqu’une dame nous ouvre. Elle est habillée d’une longue robe noire rehaussée d’un gilet brodé couleur bordeaux. Ses cheveux frisés sont aplatis au sommet de son crâne et séparés par une raie mais montrent tout leur volume sur les côtés. Elle semble tout droit sortie d’un roman du XIXème siècle.

Un échange de sourires et je lui demande si on peut visiter. Apparemment, ce type de requête lui est habituel et elle nous fait faire le tour du propriétaire avec force anecdotes sur l’histoire particulière du lieu. Elle nous confie qu’elle ne dort jamais là, préférant la tranquillité d’un cottage de l’autre côté du village. En effet, la bâtisse est réputée être le lieu de manifestations surnaturelles dès le coucher du soleil. Je suis très heureuse de l’apprendre malgré la peur qui vient me titiller les entrailles. Laurent, lui, est extrêmement enthousiaste. À la fin de la visite, j’exprime mes desiderata à la gardienne des lieux qui semble hésiter avant d’accepter moyennant un petit substantiel pourboire.

Le soleil se couche sur une mer d’huile. Lorsque les rayons rougeâtres disparaissent totalement, laissant les ténèbres nocturnes prendre possession de la plage, nous nous mettons en place. Laurent et moi nous asseyons face à un guéridon en chêne. La dame nous explique qu’il a servi à Delphine Gay, connue pour avoir converti le maître Hugo aux pratiques du spiritisme. Je suis tremblante d’excitation et de frayeur. Laurent ferme les yeux et commence ses incantations lugubres. Sa voix de baryton résonne dans la pièce éclairée par une simple bougie. La flamme de cette dernière se met à vaciller alors qu’aucun souffle ne traverse le salon. Le guéridon commence à être pris de sursauts et s’élève à quelques centimètres du sol. Laurent ouvre ses paupières sur des yeux blancs et murmure : « Il est présent ! Tu peux lui parler. »

Ma respiration est rapide et mon cœur semble vouloir sortir par ma gorge lorsque je prends la parole :
« Bonjour, Maître. Je souhaitais vous rencontrer afin de me permettre d’écrire une nouvelle digne de votre talent. Je viens chercher l’inspiration auprès de vous. Pourriez-vous m’aider ? »

La réponse est donnée en coups frappés. Un coup vaut A, deux pour B, etc. Je reçois un « oui ». Laurent me suggère de prendre un papier et un stylo pour retranscrire les mots d’Hugo. Une idée un peu folle me traverse l’esprit. Je sors mon portable de ma poche en annonçant :

« Maître, nous sommes maintenant à l’ère de la technologie. Pourriez-vous simplement taper sur le clavier de mon téléphone ? »

Quelques minutes de silence, des minutes interminables avant que les bips du portable attirent mon attention vers celui-ci. Des mots se mettent à défiler sur l’écran. Il s’agit d’un poème avec la fougue reconnaissable du grand Hugo. La séance dure plus d’une heure. Soudain, le guéridon retombe sur le sol et le dernier mot s’affiche « Adieu ». Je regarde Laurent, il a une tête de déterré et semble exténué. Après avoir remercié et rémunéré notre hôte, nous partons nous reposer dans un petit « B & B » du coin.

Avant de m’endormir, je relis les mots du maître qui chantent dans mon esprit et galvanise mon âme. Il nous encourage à faire vivre la langue française, à la respecter en évitant sa pollution par des termes venus d’ailleurs et qui font oublier toute sa richesse. Je suis persuadée que mes amis des défis seront enchantés de parcourir ces vers et croiront difficilement la façon dont je les ai récoltés. Comme j’ai hâte.

De retour en Belgique, je sors mon téléphone de ma poche, allume mon ordinateur et m’apprête à retranscrire le texte avec une certaine émotion. Mais là, impossible de retrouver la création de Hugo, je fouille les moindres recoins de la mémoire de ce foutu portable. Tout a été effacé ! C’est une catastrophe. Des points lumineux clignotent devant mes yeux. Je ferme les paupières quelques instants pour reprendre mes esprits. Aurais-je rêvé ce contact, ce don inestimable ? Le Maître serait-il revenu sur sa décision de livrer une dernière œuvre posthume ? Aurait-il eu peur que je récolte tout le mérite, moi, un quidam dépourvu de talent ?

Voilà donc les amis pourquoi je n’ai aucun texte à vous livrer pour ce défi. Que Dieu, Victor Hugo et Jacques me pardonnent !

Posté le : 14/07/2015 20:29
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi anticipé du 14 juillet, aprdon du 11 juillet
Administrateur
Inscrit:
30/05/2013 12:47
Messages: 1529
Niveau : 33; EXP : 29
HP : 161 / 807
MP : 509 / 16972
Hors Ligne
Quelle énergie ma chère Coucous!!, pour tenter de masquer qu'au retour de tes vacances tu as continué de flemmarder, et de te dorer la pilule au soleil de ton plat pays!!


il n’empêche ,l'angle pour traiter le sujet est original, malicieux et ingénieux, et l'ensemble étant conté avec ton talent habituel, c'est un petit bijou qu'il nous est donné de parcourir et d"apprécier!!!

Délicieux moment couscous, que Victor et Jacques te pardonneront sans doute d'avoir raconté ainsi!

Pour ce qui est de Dieu, avec le boulot qui sien actuellement, je ne suis pas certain que malgré toute l'affection que le sainte homme doit avoir pour toi, il est eu le temps de consulter le défi de Jacques ,

A l'image des dirigeants européens qui discutent entre eux pour remettre de l'ordre dans la maison Europe, il discute avec ses autres collègues créateurs, pour remettre de l'ordre dans la maison des religions.......

Bises de Touraine Couscous.

Posté le : 14/07/2015 21:38
_________________

Le bonheur est une chose qui se double,..…..si on le partage …

Titi
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
« 1 (2) 3 »




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
40 Personne(s) en ligne (22 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 40

Plus ...