| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Défi du 6 février 2016 [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 »


Défi du 6 février 2016
Accro
Inscrit:
13/01/2016 19:13
De France
Messages: 151
Niveau : 11; EXP : 34
HP : 0 / 258
MP : 50 / 2658
Hors Ligne
Bonjour à toutes et à tous, chères Loréennes et chers Loréens,
On est samedi et voilà le nouveau défi de cette semaine :

César penché à la fenêtre :

— Té, Marius le Vieux-Port est encore bouché ! Et vé, par uneee grosseee sardineeeu, con !

Combien de fois des histoires étranges vous furent racontées, des légendes urbaines sans doute, en minces frontières parfois entre la réalité et l'imagination - voire la douce mythomanie (littéraire bien sûr)...

Frontières si minces qu'on ne savait... que penser !

Oui, souvenez-vous...

Et peut-être en avez-vous raconté aussi, des histoires... non ? Bon !

Mais là, il va falloir le dire ici en poème, en haïku, en prose, en texte ou en nouvelle, pour notre grand plaisir.

Et lisant, on se dira : non, c'est inventé... mais, à moins que... quoique...

Bien amicalement, et à bientôt.

Amitiés du Kreiz Breizh.

Cavalier

Posté le : 06/02/2016 08:02
_________________
Fabricando fit faber est un proverbe de vérité, car il est plutôt rare qu'en poétisant dru on en devienne petit télégraphiste, voire même mannequin de haute couture...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 6 février 2016
Accro
Inscrit:
13/01/2016 19:13
De France
Messages: 151
Niveau : 11; EXP : 34
HP : 0 / 258
MP : 50 / 2658
Hors Ligne
INFOS Environnement

Le Cigaro‎ - Il y a 3 heures : Islande et Etats-Unis accord de coopération contre l'effet de serre.

Le président vient d'annoncer, enfin, une première mesure concernant les économies d'énergie et la lutte anti-pollution pour les USA

Lors de la conférence de presse, donnée à Reykjavik, le président américain a déclaré " Nous avons conclu aujourd'hui un accord historique concernant la lutte contre l'effet de serre ".

Pour Reykjavik commence une grande aventure régionale qui contribuera à faire fonctionner une amitié sans faille entre les deux pays, et permettra ainsi la création d'emplois et de compétences diversifiés sur le sol islandais.

En milieu de semaine, huit-cent cargos, remplis de containers de la variété de céréale ZeaMays "Tom Pouce", ont quitté secrètement le terminal de Red Hook, dans le port de New York, en direction de la mer d'Islande, pour les ports de Njardvik, Keflavik, Hafnir et Helguvik.

Des milliers de camions bennes, remplis à raz bord de blé d'inde, ont ensuite traversé une partie du pays puis se sont engagés sur les nouvelles routes construites sur le glacier Vatnajökull. Ils déversent actuellement leurs cargaisons directement dans le cratère du volcan Grimsvötn.

Les flocons encore chauds et crépitants sont ensuite récupérés manuellement par des centaines de travailleurs lithuaniens. Trente millions de sachets de pop-corn devront être produits cette année. Objectif pour l'année prochaine : vingt fois plus.

Nous vous conseillons de goûter ce produit " naturel " qui vous sera présenté à l'entrée de vos magasins habituels par de magnifiques hôtesses scandinaves, blondes comme des champs de maïs au soleil de l'aurore, et ce, sans plus tarder.

Posté le : 07/02/2016 09:29
_________________
Fabricando fit faber est un proverbe de vérité, car il est plutôt rare qu'en poétisant dru on en devienne petit télégraphiste, voire même mannequin de haute couture...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 6 février 2016
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 19963
Hors Ligne
Rumeurs

Je suis chanteur depuis plusieurs décennies. J’ai fait trois mariages et quatre enfants. Ma carrière décline peu à peu mais je continue à briller sur scène pour mes millions de fans. Après une série de concerts, la fatigue m’a gagné. Mon médecin est venu me voir pour me prescrire quelques fortifiants et autres vitamines pour vieux. Il m’a fait une injection en arguant qu’elle me ferait du bien et il est reparti. Ensuite, je me souviens m’être allongé dans mon fauteuil avant qu’une sensation d’engourdissement envahisse tout mon corps. Et puis, le néant, le vide sidéral, un sommeil sans rêve ni cauchemar, une impression de disparaître.
Un vent tiède vient me souffler sur le visage. Des bruissements peu familiers me parviennent et suscitent ma curiosité. J’ouvre lentement mes paupières qui semblent peser une tonne. Je suis dans une chambre inconnue. La baie vitrée est ouverte et une brise joue avec le rideau. Je m’assieds et observe tout autour. Vêtu d’un pyjama léger, je suis dans un lit aux draps de soie. On frappe à la porte. J’émets un oui peu convainquant. Une femme de chambre m’apporte un plateau de petit-déjeuner. Je l’interroge :

– Où suis-je ?
– Au paradis, me dit-elle avec un petit clin d’œil.

Mince ! Je pensais que ce concept était une arnaque religieuse pour inciter la populace à la vertu. Moi qui ai toujours été du genre iconoclaste. Sans en dire plus, elle quitte la pièce. Serait-elle un ange ? Je meurs de faim et dévore tout le contenu comestible du plateau avant d’aller me doucher. Le miroir me renvoie le même visage buriné et les cheveux blanchis par le poids des ans. Je pensais que l’on nous rendait notre apparence de vingt ans au ciel. J’enfile des vêtements trouvés dans la penderie avant de partir à la découverte de cet éden inattendu.
Une plage de sable fin borde un océan bleu azur. Je suis un chemin de galets blancs jusqu’à une villa, identique à celle que je viens de quitter. Le paradis ne serait donc pas privatif ? C’est vraiment la crise à tous les étages.
Un homme vient à ma rencontre. Son visage me rappelle quelqu’un. Il me tend la main et me salue en anglais avec un accent à la « chewing-gum ». J’en déduis qu’il doit être américain. Personnellement, je parle anglais comme une vache espagnole alors je décide de lui répondre dans ma langue maternelle.

– Français ? Bonjour et bienvenue sur l’île des immortels ou presque.
– Presque immortels ou presqu’île ?
– Presque immortels !
– C’est bien le paradis ici ?
– Dison plus son antichambre. Mais il est possible que tu reprennes ta vie. C’est plutôt exceptionnel mais certains tentent de négocier leur retour.
– Je ne comprends pas. Je suis mort ?
– Pour les autres, oui !
– C’est-à-dire…
– On t’a fait passer pour mort.
– Qui « on » ?
– Ton producteur, ta maison de disques, ton manager. Ils se concertent et décident de te faire disparaître. À un moment, on génère plus d’argent mort que vivant. D’où ce tour de passe-passe.
– Donc, on m’a tué.
– C’est ça. Tes funérailles sont prévues demain. Tu pourras les voir à la télé ou tu peux y participer avec un bon déguisement et le maquillage adéquat. Certains l’ont déjà fait !
– Non ?!
– Si, mais il y a un risque de se faire démasquer. Le petit Michael a tenté le coup. Et depuis des rumeurs sont nées sur la mise en scène de sa mort. Des gens pensent le voir partout : en Suisse, en France, dans sa ville natale…
– Michael ? L’amerloque ?
– Hé ! J’en suis aussi un ! Et fier de l’être ! Alors reste poli le mangeur d’escargots !
– Désolé Elvis ! En fait, la rumeur que tu n’étais pas mort était bel et bien fondée !
– En effet ! Il me fallait de longues vacances.
– Et ton compatriote, il est revenu ici ?
– Oui mais il est reparti récemment pour préparer son grand retour en juin prochain. Il va faire son come back pour les cinq ans de sa disparition.
– C’est glauque.
– Mais ce sera payant ! Il a déjà enregistré un album posthume qui a redonné espoir à ses fans.
– Pas facile de quitter la célébrité.

J’ai déambulé sur l’île avec Elvis, son indémodable banane et ses quelques kilos superflus. J’ai rencontré Marlon Brando et Walt Disney. Le lendemain, j’ai vu mon enterrement sur le petit écran. Mes épouses, mes enfants et mes amis étaient en pleurs. Il y a avait même le président de la République. Je n’ai pu retenir une larme. C’est idiot de se morfondre sur sa propre disparition. Je vais donc rester sur cette île jusqu’à ma seconde mort, la vraie !
Je sors le portefeuille qui a été glissé dans la poche arrière de mon pantalon. Je découvre que je ne suis plus Michel Sardou mais Michael Sardine, peut-être qu’à l’instar de celle qui a bloqué le vieux port de Marseille, ma survivance deviendra une rumeur.

Posté le : 07/02/2016 16:16
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 6 février 2016
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 19963
Hors Ligne
Cavalier,

Ton idée devrait être proposée à des dirigeants... sauf si elle vient d'eux... on ne sait jamais avec les rumeurs.

Merci pour ce défi qui m'a titillé les neurones.

Couscous

Posté le : 07/02/2016 19:51
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 6 février 2016
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10672
Hors Ligne
Histoire à dormir debout


Do ré mi do ré. La musique coule, et court de manière fluide sous mes doigts. J’ai passé des heures à jouer ce morceau, mais je suis au point, rien à dire là-dessus. Le piano c’est ma vie, je suis une virtuose, il n’y a aucun doute, la meilleure des meilleures, tout le monde m’envie.


Le problème est qu’il me faut déménager, je pars pour Vienne, je dois donner des cours dans une prestigieuse Hochschule. New York et Londres me réclamaient, mais j’ai choisi la patrie de Mozart pour essayer de transmettre mon talent.

J’ai suivi le camion qui transportait mon précieux piano, j’avais tellement peur qu’il ne lui arrive quelque chose. La route m’a parue longue et tortueuse, bordée de forêts de très hauts arbres mais nous sommes enfin arrivés. Mon nouvel immeuble se situe en plein centre-ville de la capitale autrichienne. Des calèches tirées par de très grands chevaux transportent les touristes, certains sont même habillés comme au dix-neuvième siècle ! Le camion se gare en double file, mais aucune voiture ne klaxonne, nous sommes dans la patrie de la musique, ça se voit tout de suite.

Mauvaise surprise, en montant dans l’escalier, je me rends compte que l’escalier est très très étroit, je suis même obligée de me tenir de travers pour passer entre la rampe et le mur ! Après des centaines de petites marches vermoulues j’accède enfin à mon appartement. Les pièces sont grandes mais les fenêtres étroites. Misère ! Mon instrument ne passera jamais, ni par l’escalier, ni par la fenêtre ! Heureusement, celle de ma future chambre semble plus large. Le déménageur qui me suit, n’est pas convaincu.

- Ça ne passera jamais, même en le mettant de travers, dit-il en secouant la tête.

Je n’en démords pas, je sais que c’est possible. J’arrive à le convaincre, une poulie est fixée, et une corde est passée autour. En bas, le piano est solidement attaché. Les deux malabars que j’ai engagé attrapent l’autre bout du lien et commencent à tirer de toute leur force.

- Ce piano pèse une tonne ! Impossible de le hisser, je ne comprends pas.

Les déménageurs suent à grosses gouttes. Après plusieurs tentatives, je décide de les aider. Mon intervention est décisive, nous arrivons à tirer l’instrument jusqu’à mon étage en allant au bout de notre puissance. Les muscles de mes bras sont en feu. Je vois mon magnifique piano qui bringuebale, des mètres au-dessus de nos têtes. Visiblement il est plus grand que la fenêtre. Je monte les escaliers aussi vite que je peux, mais l’ascension semble durer des heures. Je n’en finis pas de monter. Je me cogne les épaules de chaque côté de la cage d’escalier, mes bras me faisaient souffrir, maintenant je vais avoir des bleus ! Quand j’arrive enfin dans l’appartement mes jambes me font mal, tout mon corps est endolori. Je me précipite vers la fenêtre, je vois mon magnifique piano pendouiller au bout de la corde. J’ouvre les deux battants, et j’essaie d’attirer l’instrument vers moi. Il est loin, je dois me pencher dangereusement, je le touche du bout des doigts, il se balance et s’éloigne de moi, puis revient.

Tout à coup, c’est le drame, la corde cède et mon piano tombe comme au ralenti vers le sol, je le vois descendre, s’éloigner de moi. Au moment où il s’écrase par terre, je me réveille en sursaut. Les Vingt-Quatre Préludes de Chopin joués par Samson François se terminent. Je suis en sueur, j’ai eu tellement peur, quel cauchemar !

Pourtant mes ennuis ne sont pas finis. Je regarde l’heure, il est temps de me rendre à l’école de musique. J’ai prétendu que j’étais une virtuose du piano alors que je n’y connais rien. J’ai besoin de travailler, je triche souvent sur mes compétences, mais là je suis allée un peu loin. Je ne pourrai même pas faire de chant chorale, je chante comme une casserole. Quelle histoire vais-je pouvoir inventer ? Je mets un faux plâtre autour de mon poignet, et je vais chercher deux écharpes, une pour mettre autour de mon bras, l’autre autour de ma gorge. Je dirai que j’ai une extinction de voix. Le remplacement dure neuf mois, il faudra que je trouve autre chose plus tard, mais pour l’instant, je devrais être tranquille. Les histoires à dormir debout ça me connait, dans mon précédent boulot j’ai prétendu être conductrice routière alors que je n’ai même pas le permis. J’ai aussi vendu des œuvres d’art et entraîné une équipe de football qui a gagné tous ses matchs ! Je suis confiante.

Posté le : 07/02/2016 19:57
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 6 février 2016
Accro
Inscrit:
13/01/2016 19:13
De France
Messages: 151
Niveau : 11; EXP : 34
HP : 0 / 258
MP : 50 / 2658
Hors Ligne
Couscous j'adore ton texte ! sardine : harf

Ce défi pour les dirigeants des pays je sais pas, mais pour leurs collaborateurs j'ai trouvé une petite formation ici :

Pour visualiser la fiche formation, cliquer ici : Format word
ou Format pdf

à bientôt

Cavalier

Posté le : 07/02/2016 20:14
_________________
Fabricando fit faber est un proverbe de vérité, car il est plutôt rare qu'en poétisant dru on en devienne petit télégraphiste, voire même mannequin de haute couture...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 6 février 2016
Accro
Inscrit:
13/01/2016 19:13
De France
Messages: 151
Niveau : 11; EXP : 34
HP : 0 / 258
MP : 50 / 2658
Hors Ligne
ariellelfe, j'aime beaucoup ce contraste que tu poses

entre l'onirique débridé efficace et le réel opportuniste

et un peu filou...

ne travailler qu'en rêve quel bonheur...

merci pour ce texte défi

à te lire encore

Cavalier

Posté le : 08/02/2016 10:18
_________________
Fabricando fit faber est un proverbe de vérité, car il est plutôt rare qu'en poétisant dru on en devienne petit télégraphiste, voire même mannequin de haute couture...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 6 février 2016
Accro
Inscrit:
13/01/2016 19:13
De France
Messages: 151
Niveau : 11; EXP : 34
HP : 0 / 258
MP : 50 / 2658
Hors Ligne
USA - Vacances sans retour

Troublant trou noir

Notre voyage d’une semaine d’étude au Canada, gagne à être agrémenté, comme c’est encore possible, par un long week-end d’imprégnation et de détente aux chutes du Niagara, et même au-delà, pour décompresser un peu.

Certes, dans une contrée mystérieuse à découvrir, ou pendant un périple à l’étranger, on a la tentation d’arpenter les sites célèbres, presque à se conformer seulement à ce que l’on est censé avoir admiré de plus typique. Ici, au contraire un élan d'improvisation nous tiraille, après avoir arpenté les rues de Montréal, respiré l’air vivifiant du Mont Tremblant aux "couleurs", et traversé, en bac, l’embouchure du Saint Laurent, pour oser une escapade aux Etats-Unis.

Nous vivons cette ouverture plus intensément car, la destination n’étant pas préméditée, cela nous donne enfin à voir, ce à quoi nous aspirions en abordant ce Nouveau Monde, que la vie ici, si simple soit-elle, si on prend le temps de s’en imprégner, est pour le moins pleine de surprises.

Mais l’autoroute, qui possède une vitesse minimum autorisée, ne se laisse pas facilement apprivoiser quand on admire des paysages des plus grandioses. La maréchaussée a encore en remplissant ses fiches une question sur notre pays de provenance qui est bien sûr le Canada, pays situé juste au-dessus des USA, mais, semblant interloquée, elle ne nous entend absolument pas.

— Il n’y a rien au-dessus des Etats-Unis !

— Si… si, quand même, il y a le Canada…

Cop s’engouffre dans sa voiture, s’extirpe fanfaron avec une carte froissée.

— On ne me la fait pas ! Regarder, il n’y a rien. Rien du tout ! Nothing !

Mince, bordel, il a raison, nous sommes coincés... tout est blanc, là, autour des frontières de son beau pays...


Cavalier








Posté le : 08/02/2016 10:23
_________________
Fabricando fit faber est un proverbe de vérité, car il est plutôt rare qu'en poétisant dru on en devienne petit télégraphiste, voire même mannequin de haute couture...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 6 février 2016
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1089
Niveau : 29; EXP : 1
HP : 140 / 700
MP : 363 / 10952
Hors Ligne
@Cavalier : des popcorns dans des volcans islandais ? Il fallait y penser ! Je pense néanmoins qu'il est temps de baisser ta consommation de chanvre indien.
@Couscous : non, Michel Sardou est bien là où il est, loin de mes oreilles fragiles. Remarque, tu aurais pu le faire arriver en paquebot France, son transport favori.
@Arielle : ma Normande préférée est de retour, son GPS ne l’a pas perdu, pour changer. J’ai bien aimé cette histoire d’imposture et ce rêve freudien. Elle pourrait être consultante en management, ton héroïne.
@Cavalier : tu manies bien l’absurde des Américains, ces grands enfants qui croient que le monde s’arrête à leur bac à sable.

Bref, je vous le dis tout de go les amis, vous êtes en forme, alors je vous tire mon chapeau, parce que ce défi, foi de consultant estampillé rock’n roll, je ne le trouve pas simple.

Donald

PS : que font les poètes du site ? Ils sont partis comparer les mérites du Gamay et du Chablis ?

Posté le : 08/02/2016 20:34
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 6 février 2016
Accro
Inscrit:
13/01/2016 19:13
De France
Messages: 151
Niveau : 11; EXP : 34
HP : 0 / 258
MP : 50 / 2658
Hors Ligne
Merci Donald pour ces appréciations jolies (ou presque)
Pour remplir les blancs, ce jour, ici, je vous propose une histoire vraie ou fausse (????)Cliquez pour afficher l
"Je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître…"


Tirer le diable par la queue

Au fil de mes gestes, au fil de mes idées.

Déjà moins électronicien dans la magie de mon art.
Déjà plus mal chaussé dans mon habit de cordonnier.
Déjà la tête blasée de tout ce qui est découvert,
l’ayant en moult étincelles bien trop souvent rêvé.

Déjà empreint de véléitude
et d’incomplétude au droit de mes actions.

Déjà obsédé par ces hasards tôt entrevus.

Encore, encore, encore.

Je regarde l’emballage coffre-fort,
et de ne me blesser me fait fort,
cisaillant le milieu du prodige,
extirpant du plastique armé, déchiré, la souris,

ce mulot prodigue

sans fil, sans boule, juste une lucarne magique.
Je suis saisi d’effroi : elle a donc une queue.
Un fil servant d’antenne, mon Dieu
que de miracles l’Homme
est encore capable-de, ici-bas.

Puis j’extirpe la racine qui
au PC reliée,
juste une clef Us bée
avec un fil au bout.

Après des essais, nombreux
comme les étoiles au ciel,
Ciel ! Je reprends la notice
déjà en sa poubelle. Et
un juron me lance. Miel !

J’avais par tous les ciseaux
ceints,
coupé le fil en deux !

Cavalier


Vérité ou affabulation ? Oui, et ça date d'avant le wi-fi, c'est vous dire...


Posté le : 09/02/2016 14:28
_________________
Fabricando fit faber est un proverbe de vérité, car il est plutôt rare qu'en poétisant dru on en devienne petit télégraphiste, voire même mannequin de haute couture...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 »




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
29 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 29

Plus ...