| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Défi du 29/10/2016 [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Défi du 29/10/2016
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 19:08
De Belgique
Messages: 3183
Niveau : 43; EXP : 97
HP : 429 / 1074
MP : 1061 / 12850
Hors Ligne
Bonjour à tous,

Je pense que Iste n'a pas vu mon invitation à poster le défi. Ce n'est rien. Je vais improviser...

Nous sommes arrivés à la période d'Halloween, une fête qui n'est pas de chez nous mais qui a pris ses marques.

Alors, profitons de ce thème pour nous faire peur, un peu ou beaucoup..

Après "Aie", "Waouw", voici le défi "Booo !".

à vous lire


Couscous

Posté le : 29/10/2016 13:55

Edité par couscous sur 30-10-2016 12:08:55
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 29/10/2016
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 17:40
De Paris
Messages: 954
Niveau : 27; EXP : 45
HP : 132 / 661
MP : 318 / 6015
Hors Ligne
« Les gens doivent savoir. »
Fox Mulder


Halloween 1947, Nouveau Mexique

On raconte à Roswell, la nuit du petit gris,
Un cas longtemps caché grâce au pas vu pas pris.
Ce cousin de l'espace, un nabot famélique,
S'était aventuré en plein Nouveau Mexique.

Le jour du trente et un, en quête de bonbons,
Les garnements locaux hantaient les environs,
La plupart habillés d'une tenue gothique,
Un jeu pour amuser l'adulte sympathique.

Octobre finissait en rires et chansons,
De filles maquillées ou monstrueux garçons.
Happé par la fête, les chants et la musique,
Le petit gris s'était mélangé à la clique.

Aucun dans la troupe n'avait trouvé curieux
Cet être biscornu, une ampoule à gros yeux.
Sa teinture grisâtre, son corps d'anémique,
N'avaient pas étonné la tribu boulimique.

Tout aurait pu marcher pour l'arrivé des cieux
Mais c'était sans compter le côté facétieux
D'un gamin polisson, qui en bon catholique
Avait poussé le gris, pas vraiment athlétique.

A l'ultime maison, un digne colonel
Avait levé le bras, d'un air très solennel,
Dispersé les enfants, et déclarée toxique
La créature affalée devant son portique.

Posté le : 30/10/2016 17:10
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 29/10/2016
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 19:08
De Belgique
Messages: 3183
Niveau : 43; EXP : 97
HP : 429 / 1074
MP : 1061 / 12850
Hors Ligne
Un petit gris ? Il n'était pas vert ET ? C'est bête qu'il se soit fait chopé, il était si mignon avec ses yeux d'ampoule...

Un histoire plus mignonne qu'effrayante !

Merci mon Don.

Couscous

Posté le : 03/11/2016 12:36
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 29/10/2016
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 19:08
De Belgique
Messages: 3183
Niveau : 43; EXP : 97
HP : 429 / 1074
MP : 1061 / 12850
Hors Ligne
Allez, je me lance :


Boo !


Je viens de décrocher un job de concierge dans un immeuble au Nord de la ville de Charleroi, la « Résidence de Minuit ». Nous sommes le 31 octobre et j’ai rendez-vous avec mon prédécesseur pour la remise des clés. Je découvre un homme cerné, le teint livide et dont l’âge est impossible à déterminer. Il me tend péniblement un lourd trousseau en susurrant « Bon courage. »
Il attrape ses deux grosses valises en tapisserie et sort d’un pas rapide. J’installe mes affaires et prend possession des lieux. D’après les boîtes aux lettres, il semble qu’il y ait trois appartements. Les locataires semblent calmes car je n’entends aucun bruit dans l’immeuble.
Le soleil se couche, laissant place à un épais brouillard. Lorsque je me prépare à me glisser sous les draps, un grand fracas me fait sursauter. Le bâtiment semble même avoir tremblé. Et puis de longs râles se font entendre. Je pense que c’est au premier étage que se joue un drame humain. J’enfile mon peignoir et monte jusqu’à la porte de Monsieur Mandrac. Je frappe avec un peu d’hésitation. Des grognements se rapprochent et une clé est tournée dans la serrure. La porte s’entrouvre et je découvre un homme au visage blafard et à l’embonpoint marqué. Sa respiration est saccadée et sifflante.
– Bonsoir, je suis le nouveau concierge. Vous avez un souci ?
– Mon lit… cassé… encore !
– Je peux vous aider.
Il ouvre grand sa porte et me fait entrer.
– Deuxième à gauche.
Je traverse un couloir peint en noir. Dans la pièce servant de chambre à coucher, je vois une sorte de grande caisse en bois qui trône en plein milieu. C’est le seul meuble, pas de garde-robe, d’armoire ou même de table de nuit. Une ampoule nue pend du plafond dont la peinture s’écaille. Monsieur Mandrac pointe de son doigt crochu deux planches qui se sont détachées de la caisse. C’est alors que je constate des taches de sang sur sa chemise de nuit blanche. Un frisson de dégoût me parcourt l’échine. Je descends chercher mon marteau et quelques clous. En trois coups de cuillère à pot, la caisse, ou plutôt le lit, est réparée. Mon locataire arbore un sourire aux dents blanches et aux canines légèrement surdimensionnées.
Pour me remercier, il me propose de partager avec lui son plat de boudin noir fraîchement préparé, sa spécialité ! Je décline l’invitation, prétextant une grande fatigue et non une aversion totale pour ce mets peu ragoûtant.
Je positionne ma couverture lorsque le téléphone sonne. Une voix nasillarde me demande :
– Z’êtes le nouveau concierge ?
– Oui, bonsoir.
– Ze suis Madame Bistein du deuxième. Montez prendre le café.
– Non, merci. Je suis déjà couché. Je passerai demain.
– Demain, il sera froid. Venez tout de suiiiiiiiite !
Son cri strident me vrille le tympan. Je ne peux que m’exécuter. Sa porte est déjà ouverte lorsque j’arrive au deuxième. J’entends un « Entrez ! ». Je traverse le couloir et arrive dans la salle de séjour. Une femme me tourne le dos, occupée à préparer deux grands bols de café. Elle fait volte-face et je ne peux réprimer un petit cri de surprise. Son visage arbore un teint verdâtre et des yeux exorbités.
– Asseyez-vous !
Je prends place sur la première chaise venue et reçois ma tasse, de la taille d’un pot de nuit, dans les mains. Pendant que mon hôtesse se rend dans la cuisine pour aller chercher du sucre, j’ai le temps de détailler la décoration assez particulière de la pièce. Sur tous les murs sont accrochées des prothèses diverses : de l’avant-bras, en passant par la mâchoire, le dentier jusqu’à la jambe complète. Elles ont toutes l’air d’avoir été utilisées jusqu’à la corde. Madame Bistein revient à mes côtés. Pendant qu’elle boit son café, je constate que ses mains sont gantées.
– Vous êtes frileuse ?
– Non, mais une femme de bonne famille doit cacher ses mains.
– Vous avez une décoration originale.
– C’est toute mon histoire !
Et j’ai droit à la description détaillée de chaque prothèse qui orne le mur, ses avantages, ses inconvénients, les matériaux qui la constituent, etc.
Deux heures plus tard, je parviens à mettre un terme à son exposé en promettant de revenir prendre le café un autre jour.
Il est déjà près de trois heures du matin. Par la fenêtre, je constate que le brouillard s’est dissipé. La pleine lune illumine ma chambre. Je sens mon cœur palpiter dans ma poitrine, mes membres puis tout mon corps se couvrent de poils sombres. Ma mâchoire et mes canines s’allongent. Je ne peux m’empêcher de pousser un long hurlement. Quelques secondes plus tard, on hurle au troisième étage en réponse à mon appel. Je crois que je ne dormirai pas cette nuit.

Posté le : 03/11/2016 12:45
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 29/10/2016
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 12:39
De Dijon
Messages: 1713
Niveau : 34; EXP : 81
HP : 338 / 845
MP : 571 / 5390
Hors Ligne
Helo la compagnie de l'Orée,

Le fantôme de la Bourgogne revient avec sa petite fable ou une comptine.

Ouh, ouh, voici ma réponse au défi que j'ai appelée Hallo 'wine


Une petite histoire, je vais vous conter,
Et d’une contrevérité vous détromper.

Il était une fois dans un pays lointain
Quelques garnements à l’esprit très puritain,
Qui, voulant s’éloigner de leur monde latin,
S’emportèrent pour devenir de vrais lutins.
Ah, se dirent-ils, nous sommes de vrais coquins
Voulant saouler les hommes avec nos baratins.
Nous nous présenterons chez eux en dieu Samain
Et nous leur ferons tous peur en un tour de main.

Halloween fut le nom de leur cosmos obscur,
Mais leur univers ne s’avéra pas très sûr.
Ouh, ouh, criaient-ils devant toutes les maisons,
Sans trop savoir s’ils généraient de grands frissons.
Ne citez pas nos noms à la terre endormie,
Nous sommes des incubes dignes d’infamie !
Alors qu’ils se présentaient chez un bourguignon,
Qui sur la rue de notre orée a son pignon,
Ne voilà-t-il qu’ils furent saisis de frayeur
A la vue des amis de Bacchus aboyeurs.
Ils abandonnèrent alors tous leurs oripeaux,
Et des amis des grands vins prirent les drapeaux.

Cette fête, à l’ambiance très mutine,
Ils veulent maintenant l’appeler Hallo’wine.

Promis, je n'étais saoul quand j'ai écrit ce texte.

Amitiés de Bourgogne, bien sûr.

Jacques

Posté le : 03/11/2016 22:04

Edité par Istenozot sur 04-11-2016 21:14:34
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 29/10/2016
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 12:39
De Dijon
Messages: 1713
Niveau : 34; EXP : 81
HP : 338 / 845
MP : 571 / 5390
Hors Ligne
Cher Donald,

J'ai enfin compris la fête d'Halloween.
C'est la fête des envahisseurs.
"Les envahisseurs, ces êtres étranges venus d'une autre planète. Leur destination : la Terre. Leur but : en faire leur univers. David Vincent les a vus. Pour lui, tout a commencé par une nuit sombre, le long d'une route solitaire de campagne, alors qu'il cherchait un raccourci que jamais il ne trouva. Cela a commencé par une auberge abandonnée et par un homme devenu trop las pour continuer sa route. Cela a commencé par l'atterrissage d'un vaisseau venu d'une autre galaxie. Maintenant, David Vincent sait que les envahisseurs sont là, qu'ils ont pris forme humaine et qu'il lui faut convaincre un monde incrédule que le cauchemar a déjà commencé..."

Je me suis un peu retrouvé dans l'ambiance de cette série mythique.

Remarque, je peux dire aussi : "maison, maison,...!

Je suis tout à fait d'accord avec notre grande manitou des défis qui me pardonnera ma modeste absence!

Merci pour cette histoire douce et mignonne.

Amitiés de Bourgogne.

Jacques

Posté le : 03/11/2016 22:22
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 29/10/2016
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 12:39
De Dijon
Messages: 1713
Niveau : 34; EXP : 81
HP : 338 / 845
MP : 571 / 5390
Hors Ligne
Chère Delphine,

Je vais partir me coucher à l'instant.
Après avoir lu ton histoire, je vais aller faire quelques vérifications, notamment aller regarder sous le lit.

Boo! C'est toi qui a crié ou c'est un fantôme! Je vais peut être faire comme mon frère, dormir avec la lumière allumée. Cela me rappellera des souvenirs d'enfance.

Merci pour l'ambiance fantomatique de ta nouvelle que j'ai bien aimée.

Bises.

Amitiés de Bourgogne.

Jacques

Posté le : 03/11/2016 22:28
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 29/10/2016
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 19:08
De Belgique
Messages: 3183
Niveau : 43; EXP : 97
HP : 429 / 1074
MP : 1061 / 12850
Hors Ligne
Cher Iste,

Voilà que le vin de Bourgogne possède des porte-drapeaux. J'espère qu'ils sont majeurs, histoire de ne pas avoir de problème avec la police... ;)


Merci pour cette petite contine et à ta santé !

Bises

Couscous

Posté le : 04/11/2016 07:08
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
14 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 14

Plus ...