| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> C'est le pompon - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : C'est le pompon
Publié par Loriane le 15-02-2012 09:50:00 ( 700 lectures ) Articles du même auteur



C'est le pompon
 

Il était un jour,
Ou peut-être une nuit",
Le saurons nous jamais ?
Notre rêve s'enfuit.
Un gentil poète si maladroit,
Père d'un facétieux pompon,
Qui fit trois petits tours puis s'échappa.


Ah ça ! c'est le pompon !
Tonna la savante voix.
Du haut de sa chaire en pâte à bois.
Là haut, perché, un grand mamamouchi,
Promu par lui seul docteur es poésie
Se leva et de l'ordre exigea.
Depuis peu ce censeur,
Titulaire en chaire magistrale,
Tenait sans frémir les règles, les lois,
De la syntaxe, la typo, l'orthographe,
Satisfait de la subite valeur de son paraphe
Pourvoyeur d'erreurs et de questions,
Chasseur de virgule et point de suspension
Pourchassant chez les autres,
L'ignorance et la déraison.

Pendant ce temps en liberté,
Le pompon, lui, voletait avec grâce,
De ci, de là,
Insouciant et léger,
De son univers faisait la trace,
Séduisant et aimé,
Goguenard, il alla voir la mer,
Mais la mer s'était retirée
Et tout était à l'envers !
Il conquit des âmes élégantes,
Enthousiasmées par sa fantaisie,
Sous les mots fous qui chantent
Le pompon était sourire et douceur,
Il soufflait des songes de vie;
il était le poète et le bonheur.

Mais la voix dans sa souveraineté,
Du fond de sa raideur se gaussa :
Mais où est passé le pompon ?
Mais enfin, où est-il donc ?
Et où donc est la mer ?
Corrections, corrections !
Ordonna le hutin en colère.
Il fallu poser les questions,
Justifier, éclaircir cette affaire.
Mais de l'ordre que diable!
Si la poésie en prend ainsi à son aise,
C'est l'intolérable gabegie.
La liberté est un crime inexpiable.
Du sens, mais du sens je vous dis.
S'écria le grand mamamouchi.
A ce jour,c'est moi, qui aie le pompon,
Un avis contraire me fera offense.
Je suis au commande et je mets mon veto.
Le pompon ou moi, il faut que l'on tranche;
Bien ! qu'il virevolte et s'amuse,
Mais qu'il sache bien que seul je suis la muse,
Je sais, il vous distrait je n'en puis mais,
Or, il n'empêche qu'il est maladroit et sot.
Et que l'on sache bien que, moi,
Je vote, décide pour toutes les voix.
J'ai offert à ce pompon mon savoir, mes mots,
Qu'il s'y soumette, et l'on verra,
Ou, je le dis, jamais aux honneurs il ne sera,

Dans la foule qui faisait clap, clap
Une maudite femelle garda son cap.
Echappée de l'école des femmes,
Elle entendait les souffles qui parlent à son âme
Ignorant le teacher mortarboard Hat
Qui ceignait le chef du calife de Bagdad,
Sourde à l'air de la bêtise,
Aimante des mots qui poétisent.
Ma Pauvre ! lui dit menaçant sa grandeur
De derrière ses mensonges et sa fureur.
Que n'as tu de regard pour ce marin !
Pour ce pompon sans shako ! ce vaut rien.
Gare! Je serais, pour toi, vipérin
La poésie sera réglementée ou au cachot.
Ah, tu t'opposes, tu as décroché le pompon.
Je n'aurai de cesse de t'agonir.
Mes désirs ne souffrent contradiction,
C'est dit, je vais tous vous punir.
Toi et celle qui à moi veut s'opposer
Et ça c'est le pompon,
Car toutes, vous serez toutes "virées"!

Et un jour ou une nuit,
Ailleurs, sans heurt,
Le pompon sur la mer rousse voguait
De concert avec les rêves et la paix.



Lydia Maleville

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
33 Personne(s) en ligne (13 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 33

Plus ...