| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> La flèche dans l'âme - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : La flèche dans l'âme
Publié par Loriane le 01-01-1970 17:00:00 ( 781 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes confirmés



La flèche dans l'âme

samedi 13 juin 2009, par Lydia Maleville

La flèche dans l'âme, mon coeur de mère abandonné.
En deuil dans la douleur du désenfantement.
Je vacille pour l'amour en disgrâce, esseulée.
Votre désertion éteint votre attachement.

Épiphyte, rejetée par la plante mère,
Arrachée, durement charriée par la rafale
Je me suis livrée au bois pourri, goût amer.
J'ai vu l'orchidée, dans une plante cannibale

L'esprit ouvert sans défiance, en quête d'amour,
J'ai planté mes plus jolies fleurs dans le béton.
Ignorant en ce temps, la froideur des hommes sourds,
Et, le cortège des blessures qui tuent l'affection.

Matrice de votre vie, je fus avec désir
Votre toit, votre source, votre asile.
Aucun sortilège ne pourrait nous désunir.
Nos tendres câlins ne seraient pas en péril.

J'étais votre repaire, votre refuge, votre abri.
Vous mes petits, mon adoration, mes complices.
Avec ferveur, je vous protégeais sans oubli.
J'ai prié le ciel que votre vie soit propice.

Votre venue au monde fut une longue fête.
Une ardente promesse d'amour, de liens intimes.
Vous aviez l'attrait du génie, du poète.
Je vous préservais des peines les plus infimes.

Nous suivions l'ordre des choses, et vous êtes partis.
Adolescents, alors confus et enflammés.
Des propos méphitiques ont soufflés le mépris.
Et la haine a couvert de glace votre brasier.

Étourneaux dans la vigne, vous prîtes votre envol
Au premier son du fusil, vers moi dirigé.
Terrassée, défigurée, désignée folle,
Je vis Torquemada, trompeur, vous enrôler.

Puis, le désamour confus, la déchirure,
Soudain sans mérite, j'ai titubé dans l'abîme,
En quarantaine, je chancelais, en rupture,
Niée, ombre d'une autre que l'on élimine.

En suspension dans les abysses, nulle, sans allié,
Seule, égarée, je refusais l'arrachement.
Toute entière dans le vouloir, nos liens j'ai cherché,
Rebelle, je récusais votre enlèvement.

Et, je vous vis flous, irrésolus, vaciller.
Maintes fois partagés, incertains, vers l'un, puis l'autre,
Ou, sans doute, vous soumettre par loyauté,
Épousant l'anathème que vous fîtes vôtre.

Délaissée pourtant, malgré votre désertion,
pour moi, pas de convois, pas de funérailles ;
Toujours en attache pour vous, sans désunion,
Toujours pour vous, mon inclinaison sans faille.

Morte de la calomnie, triste fantôme,
Déchue, en geôle, murée dans leurs mensonges.
Je suis une autre. Rayés mes arômes,
En contours obscurs, l'accablement me ronge.

Le précipice se creuse, pauvre figure.
Exclue, déchue, délaissée, trop mes plaies saignent.
L'attente de vos tendres présences me dure.
Verrons-nous à nouveau l'amour dans son règne ?

Si souvent, la dure indifférence me tue.
Alors, je veux périr, brisée, me délier.
Affamée de vous, solitaire, je vais nue.
Quête vaine de vos yeux distants, mère évincée.

Et, de mon attente de vous je sens le deuil.
Égaré l'espoir de vos gestes favorables.
Échouée, rompue, du gouffre je vois le seuil.
Et, s'impose la renonciation dommageable.

De mes pleurs dérisoires, je dois faire omission,
Et me ravir au frimas de la coupure.
J'oscille, je balance, vide, vague, sans passion
Et que l'indifférence soit ma parure.

Prostrée, brisée, devant la lutte stérile,
De mendier l'attention, vient la lassitude.
Lointains, distants, à la négligence facile,
J'aborde par vous l'aérienne solitude.

De votre amour, j'ai trop souffert les lacunes.
Hésitante, sans don, en demande, champ vacant.
Mélancolie, morose nostalgie reculent.
Extirpée la plainte, tourment du triste parent.

Traînée devant les juges, en pauvre criminelle,
Par des pères dévoyés, guerriers du quotidien.
Disparue ma vérité, mes amours si belles,
Des soins câlins, de ma tendresse, ne restent rien.

Me garder du danger de vos désistements,
Ne pas me voir dans vos yeux, mère obsolète.
Jetée, dite sans valeur, inutile, cependant,
Croire encore être riche, et digne d'une fête.

Je fuis mes obsèques, plus jamais abattue.
Que jamais je n'explose, je tais mes pensées.
J'étire mes attaches vers des rêves inconnus.
il est temps d'avorter, je vais me dénouer.

Puis, tisser ailleurs, d'autres liens enrichissants,
Refuser la vacuité d'être que le médire.
Et fuir ma détresse, par des regards aimants.
Rester en vie, m'aimer, d'être moi, me réjouir.

Loriane

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
icare
Posté le: 28-11-2015 22:00  Mis à jour: 28-11-2015 22:00
Semi pro
Inscrit le: 01-09-2015
De: Elysée
Contributions: 125
 Re: La flèche dans l'âme
Vivre pour soi aussi. Puisque la vie doit continuer grâce a nous mais aussi sans nous.
Quelle beau texte de ce que je peux en comprendre. Qu'est ce qu'un homme peut comprendre de la vie? en tout cas moi j'y comprend rien :)
Loriane
Posté le: 29-11-2015 09:40  Mis à jour: 29-11-2015 09:40
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9033
 Re: La flèche dans l'âme
Merci Icare pour ton passage.
C'est la vie que tu ne comprends pas ou mon texte ?
C'est l'histoire d'une femme, d'une maman victime d'un pervers narcissique et de ses calomnies.
Certains humains sont très toxiques et il est difficile d'y survivre.
Merci pour ton commentaire.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
62 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 62

Plus ...