| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Femme imparfaite - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Femme imparfaite
Publié par Loriane le 09-02-2012 21:20:00 ( 749 lectures ) Articles du même auteur



Femme imparfaite

La femme parfaite te scrute,
Ton regard devenu meurtrier a glissé sur le magazine.
Ton corps lourd te rebute,
Cette créature si désirable, sensuelle vient d'une autre usine.

Si lasse, si meurtrie
Tu fuis avec circonspection ton reflet, et tous les miroirs,
Les kilos t'ont envahie
Depuis ta prétendue défaite te voici vaincue, blâmable dérisoire;

Tant de fois en espoir,
Tant de combats avortés, inutiles efforts, tant de régimes menteurs,
Ne plus manger, ni boire,
Les insupportables restrictions, sitôt suivi du gras vainqueur.

Interdite de shopping,
Meurtrie, tu ne viens pas rêver devant les vitrines des magasins.
Adepte du shopping,
Peut-être retrouveras-tu l'estime, normalité et l'absolution du voisin.

Bannie de la plage,
Mortifiée en maillot de bain, tu te dissimules le visage hagard,
Tu fais barrage,
A l'instar des lépreux, tu fuis la peur de l'affront des regards.

Tes genoux en feu,
Tu transpires massive, pesante et lourde dans ton fauteuil
Car bouger tu ne veux,
Dans la chaleur de l'été tu n'espères personne sur ton seuil.

Ce corps encombrant
Tu l'abhorres, tu l'éconduis, le répudies, tu fais scission
Ce corps écrasant,
Sujet de déception, tu lui imposes un divorce, une répudiation.

En conflit avec ta chair,
Tu n'entends que de sots conseils, admonestations, réprimandes
Tu penses à ta mère,
A-t-elle démérité ? responsable d'un dérèglement de tes glandes.

J'ai mal, je te vois souffrante,
Dans tes mains tendres, ton regard subtil, dans tes mots généreux,
Derrière ta lutte incessante,
Vibre une âme belle, ton désir légitime d'être tel un enfant heureux.

Qui décrète la beauté ?
Quel malheur de naître aujourd'hui dans la dictature des squelettes.
Rubens t'aurait fêtée
Et peint avec amour tes jolies douceurs rondes de femme replète.

Ton corps est ta maison
Il abrite un esprit aérien, des amours fines, évaporés si fragiles
Il n'est pas contrition
Aime le, offre lui la paix, ton corps pour toujours est ton asile.

Loriane Lydia Maleville

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
37 Personne(s) en ligne (11 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 37

Plus ...