| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Défi du 27 aout au 2 septembre 2016 [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 »


Défi du 27 aout au 2 septembre 2016
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10967
Hors Ligne
Les vacances et l actualité m ont pas mal inspirés pour ce défi, que diriez-vous de :

"Tous à poil !"

Ça réglerait pas mal de problèmes non?

A vos plumes ????

Posté le : 27/08/2016 18:32
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 aout au 2 septembre 2016
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 1974
Niveau : 36; EXP : 78
HP : 178 / 894
MP : 658 / 11988
Hors Ligne
Chère Arielleffe,

Sois remerciée pour ton commentaire. Je me sens un peu Panurge. J'ai envie d'un peu de folie.
Eh, peut être vais-je me mettre à nu?

Non je vais me mettre au naturisme; de la pensée, seulement, je te rassure. Mon corps n'est plus ce qu'il était.

Je te souhaite un magnifique week end.

Amitiés de Dijon.

Jacques

Posté le : 27/08/2016 21:46
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 aout au 2 septembre 2016
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 1974
Niveau : 36; EXP : 78
HP : 178 / 894
MP : 658 / 11988
Hors Ligne
Chère Arielleffe,
Chères amies et chers amis,

Mais serais-je donc le premier cette semaine, pour toutes les fois où je fus plutôt le dernier.
Le nu m'a inspiré. Non, je ne suis pas un obsédé.

J'ai appelé la réponse : je veux être nu.


J’aime me souvenir du jour où je fus nu,
Lorsque je vins au monde sans être charnu.
Certes, en cet instant, j’étais biscornu,
Tout en étant assurément le bienvenu.
Mais pourquoi la folie de vouloir m’habiller
Ont poussé ces femmes et ces hommes embastillés
A me mettre un vêtement tel un prisonnier ?

Laissez moi libre, criai-je, sans les renier !
Mais plus je braillais et plus c’était décevant,
Ils se réjouissaient de me voir ainsi vivant !
Mes frères et sœurs les animaux sont plus tranquilles,
On ne les couvre pas de toutes ces broutilles.

J’ai appris, bien après, que pour mille raisons,
Il nous fallait des habits en toutes saisons.
J’ai fini par m’habituer à ces actes antiques,
Tant que cela allait du beau à l’esthétique.

Mais, diable, devoir m’habiller par dogmatisme,
Cela constituerait pour moi un despotisme.
Avec le temps, j’ai préféré les mises à nu
Et j’aime le faire à un rythme soutenu.

Une mise à nu par les mots est un bonheur
Dont la douce efflorescence aux mille senteurs
Charme votre âme d’espérances inconnues.
Il y a plus de bravoure à se sentir nu.

Mais dans l’intimité peut sévir la pudeur,
Qui, sous le prétexte d’une fausse candeur,
Vous éloigne des chemins de la vérité,
Que l’on vide alors de toute sa nudité.
Quand cela me prend, je mets un zeste d’humour,
La nudité revient alors en troubadour.

Je vous rassure, je suis resté fidèle au nu.
La beauté d’une femme demeure la bienvenue.
Chassons de nos esprits la pudeur hypocrite,
Et que dans nos us et nos mœurs demeurent inscrites
Nos passions pour les nus et les mises à nu.

Amitiés de Dijon.

Jacques

Posté le : 28/08/2016 16:24
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 aout au 2 septembre 2016
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10967
Hors Ligne
Quel plaidoyer pour la nudité Jacques ! Aujourd'hui la température s'est rafraîchie, la mise à nu me parait difficile, je vais ressortir mes pulls.

Posté le : 28/08/2016 18:54
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 aout au 2 septembre 2016
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1093
Niveau : 29; EXP : 5
HP : 140 / 701
MP : 364 / 11306
Hors Ligne
Naturisme

Ce matin mémorable, arriva le roi nu
Devant tous ses sujets, une foule hystérique.
Sûr de son naturisme, il resta magnifique,
Bannit le vêtement, à ses yeux convenu.

Un opposant osa traiter de malvenu
Cet apparat de poils, même aristocratique.
Il récolta du roi rires et rhétorique,
Et devint le bouffon d'un peuple bien cornu.

La mode dénudée orna la capitale,
Habilla de festif la manœuvre royale,
Érigea le gingembre en dessert au menu.

Durant ces jours heureux, sevrés de politique,
Le nudisme fleura le bond démographique,
Des milliers de bourgeons nés de père inconnu.

Posté le : 28/08/2016 19:26
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 aout au 2 septembre 2016
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 20481
Hors Ligne
Cher Jacques,

Je suis d'un naturel pudique mais tu m'as donné envie de mise à nu. Là je suis seule dans ma salle de bain (avec mon téléphone) et je regarde mon corps dans son état naturel... Ça fait un peu peur... ;)

Merci.

Couscous

Posté le : 28/08/2016 20:39
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 aout au 2 septembre 2016
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 20481
Hors Ligne
Cher Donald,

Il est bien connu que le gingembre fait exploser le taux de natalité... Tu me feras toujours rire.

Merci mon canard.

Bises

Couscous

Posté le : 28/08/2016 20:41
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 aout au 2 septembre 2016
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 1974
Niveau : 36; EXP : 78
HP : 178 / 894
MP : 658 / 11988
Hors Ligne
Cher Donald,

La dernière fois que je me suis livré à un enveloppement au gingembre, mon corps a été traversé de bouffées et de chaleur intense. Au sortir de l'enveloppement, j'aurais dû me laisser aller à ta suggestion poétique.

Tu devrais postuler pour les primaires de la présidentielle. Le naturisme, quel programme! Je voterai pour toi.

J'ai beaucoup aimé ton sonnet qui sonne délicieusement le naturisme.

Amitiés de Dijon.

Jacques


Posté le : 28/08/2016 22:28
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 aout au 2 septembre 2016
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 1974
Niveau : 36; EXP : 78
HP : 178 / 894
MP : 658 / 11988
Hors Ligne
Chère Arielleffe, chère Delphine,

Soyez remerciées pour vos commentaires.

Hi hi! On peut lire ma mise à nu comme une mise à nu intellectuelle, faute de pouvoir me mettre nu.
Il faut bien reconnaître que mes lignes corporelles à 60 ans ne sont plus celles que j'avais à 20 ou 30.
Mais bon, la seule manière de vivre longtemps, c'est de vieillir et de se mettre à nu en toute sagesse.

J'espère que tes vacances se passent très bien, chère Delphine.

Bises à vous deux.

Amitiés de Dijon.

Jacques

Posté le : 28/08/2016 22:32
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 aout au 2 septembre 2016
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 20481
Hors Ligne
Des vacances au poil !

En quelques clics de souris, je réserve mes vacances au soleil de la Méditerranée. C’est sur un coup de tête après un coup de gueule avec mon patron que j’ai eu l’envie de me changer les idées pour un week-end. Mon réactionnaire de boss me reproche mes tenues un peu trop colorées à son goût. Tout le monde ne peut pas vivre en noir et blanc comme lui. Je lui ai expliqué que cela mettait un peu de gaité dans son entreprise terne et froide qui me fout le bourdon. L’horloge affichant dix-sept heures mit un terme à une conversation stérile, un vrai dialogue de sourds.
C’est ainsi que mon vol low cost atterrit le vendredi soir à Marseille. Un minibus me dépose devant l’entrée du club nommé l’Eden. Le chauffeur me lance :
– N’attrapez pas froid, Mademoiselle, ce serait bien malheureux.
Je lui adresse un petit sourire gêné, ne sachant s’il se moque de ma mini-jupe ou de mon débardeur échancré.
À la réception du club, un homme attend derrière un comptoir. Il m’accueille avec ses dents blanches et le torse, qu’il a nu et musclé, bombé un peu à l’excès. Je crois que son patron tente de faire des économies sur les tenues des employés.
– Bonjour, Madame Dupique je présume.
– Tout-à-fait !
– Vous avez le bungalow « Chimpanzé ».
– Je me suis rasée pourtant ! Vos logements portent tous des noms d’animaux ?
– Oui, nous valorisons le côté nature et originel. Les animaux sont nos modèles.
– Je me sens plutôt vache à lait. Mais à un moment, le pis est vide !
– D’où vos vacances parmi nous ! Il y a une soirée espagnole dans notre bar privé, situé près de la plage. N’hésitez pas à aller en profiter. Voici votre clé. Vous sortez du bâtiment et c’est après le deuxième bananier à gauche. Bon séjour.
– Merci !
Je tente de différencier les bananiers des autres arbres, n’étant pas spécialiste en horticulture, je mets un certain temps pour trouver mon logement d’autant plus que les lieux sont peu éclairés. Le bungalow « chimpanzé » est vaste et bien agencé. J’entends le son de la soirée espagnole. Ce sera idéal pour faire un peu connaissance avec mes voisins du week-end et pour me mettre dans l’ambiance. Un bon bain avant d’enfiler ma petite robe à fleurs. Un verre de sangria finira bien par me détendre totalement.
Je me dirige à l’oreille et grâce aux quelques panneaux de bois avec un dessin de verre à cocktails. L’ambiance a l’air chaude car des applaudissements retentissent, mêlés d’éclats de rire. J’espère ne pas tomber comme un cheveu dans la soupe. Je pousse la porte en bambou et entre dans le bar éclairé par des centaines de bougies. La lumière est faible mais elle me permet tout de même de remarquer un détail, ou plutôt un point commun à tous les clients : ils sont complètement nus ! Même pas un petit caleçon, une petite culotte ou même une feuille, de bananier ou de n’importe quel foutu arbre alentour ! Des enfants d’Adam et Eve qui dansent le flamenco ou encore le paso doble. Les castagnettes côtoient les coucougnettes et les grands éventails rouges et noirs de ces dames aèrent des poils pubiens.
Mon arrivée ne passe pas inaperçue car un petit groupe de dames âgées de la cinquantaine viennent à ma rencontre. L’une d’elle me demande :
– Vous êtes nouvelle ?
– Oui, je viens d’arriver.
– C’est la première fois que vous venez dans ce club naturiste ?
– Disons que je ne savais pas que c’en était un ! Et il y a aussi des personnes… euh je veux dire avec des vêtements ?
– Des textiles ? Non, pas ici. On revendique tous la nuditude ! On va vous apoiliser ma petite, même si votre robe est bien mignonne.
– C’est affreux ! Moi qui suis si pudique.
– Mais le fait que nous soyons tous nus peut vous aider. Regardez, nous sommes sur un pied d’égalité, pas de différence sociale. C’est le pied, non ? Venez avec moi.
Je suis ma guide naturiste jusque dans son bungalow tout proche. Elle m’invite à retirer ma robe, mon soutien-gorge. Pour la petite culotte, c’est plus difficile. Je termine donc face à elle dans mon plus simple appareil, les mains devant le pubis, les joues rouges et le cœur battant.
– Imaginez que vous reveniez à l’état sauvage, comme nos ancêtres du paléolithique, comme Lucie.
– Ils avaient tout de même des peaux de bête !
– Juste pour se protéger du froid. Mais ici, il fait plus de trente degrés, pas besoin d’autre couche que votre cuir. Maintenant, venez avec moi, on retourne au bar ! Faut vous détendre !
Plus facile à dire qu’à faire. J’entre à nouveau dans la gargote de la plage, derrière mon coach « nudité ». Elle m’amène au petit groupe de dames de tout-à-l-heure. Elles m’applaudissent et me félicitent de mon courage en m’offrant un grand verre de sangria que je bois cul-sec pour me remettre de mes émotions. Les verres vont s’enchaîner et je ne me souviens plus trop de la fin de la soirée.
Le lendemain matin, je m’éveille dans mon lit, la tête dans un étau. Une douche me rafraîchit les idées. Je dois me rendre au buffet petit-déjeuner mais dans quelle tenue ? J’ai bien compris que les « textiles » comme ils disent, les gens habillés, ne sont pas bien vus par ici. C’est le règne du naturisme absolu. Cela m’apprendra à réserver le premier club disponible sans en lire les spécificités.
Je prends mon courage à deux mains et me dirige nue comme un ver vers le bâtiment principal. Dès mon entrée dans le salon, la dame d’hier soir vient à ma rencontre.
– Bien dormi ? Vous avez un peu abusé sur la sangria hier soir.
– Oui, je crois.
– Vous vous sentez plus à l’aise dans votre nouvelle tenue ce matin ?
– Cela reste tout de même difficile pour moi.
Je prends mes croissants et mon café fort avant de m’installer avec ma nouvelle amie. J’apprends qu’elle a été miss nue en 1988 et qu’elle s’appelle Eve, prénom prédestiné. Tout en mangeant, j’observe les autres en évitant que mes yeux ne tombent en-dessous de la ceinture, histoire de ne pas avoir la nausée. Eve m’expose la philosophie des naturistes, les puristes, loin de l’image des voyeurs ou autres pervers. Elle me parle de randonue ou de zérokini, des concepts qui m’étaient jusqu’alors totalement inconcevables.
Finalement, j’ai passé un superbe week-end, loin de tout complexe, de toute préoccupation de garde-robe et sans lessive à faire de retour au bercail. Le dimanche soir, étendue dans mon lit, je pense à ma journée de demain. Et si je me pointais totalement dévêtue au bureau, mon patron y verrait-il encore un argument pour me critiquer ?

Posté le : 01/09/2016 17:41
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 »




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
42 Personne(s) en ligne (26 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 42

Plus ...