| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Défi du 27 juin 2015 [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 3 »


Défi du 27 juin 2015
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 20990
Hors Ligne
Bonjour à tous !

Je reviens des remises des bulletins de mes trois bambins avec le coeur plein de fierté car ils ont bien fait ça !

Du coup, un thème me vient à l'esprit : "Remise des prix".

Je laisse votre imagination voguer sur cette idée pour nous livrer vos oeuvres.

Gros bisous.

Couscous

Posté le : 27/06/2015 07:18
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 juin 2015
Modérateur
Inscrit:
02/02/2012 21:24
De Paris
Messages: 1495
Niveau : 32; EXP : 97
HP : 159 / 799
MP : 498 / 18205
Hors Ligne
Le cancre




Le cancre, par malheur
N’avait rien appris
Il attendait que sonne l’heure
A la remise des prix

Que sonne l’heure telle un glas
Qui lui martèle le cœur
Et ses parents d’un air las
Regardent les ailleurs

Ça y est, le premier de la classe :
Le prix d’excellence
Sa mère qui l’enlace
Et son père qui s’élance

S’enchainent les récompenses
De ceux qui ont du mérite
De ceux dont on pense
Ouvrir les portes des réussites

Le cancre n’est pas content
Depuis l’ornière
Mais ce n’est pas pour autant
Qu’il regrette
Qu’il regrette

L’école buissonnière

Posté le : 27/06/2015 11:40
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 juin 2015
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 20990
Hors Ligne
Chère Emma,

Tu as bien décrit ce personnage que l'on a tous connu dans nos classes de primaire, secondaire ou même supérieur.

Il faut de tout pour faire un monde et les cancres en font partie.

Merci pour ta participation.

Bises

Couscous

Posté le : 27/06/2015 19:29
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 juin 2015
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1093
Niveau : 29; EXP : 5
HP : 140 / 701
MP : 364 / 11637
Hors Ligne
La fin du bagne


La remise des diplômes de fin d’études, c’était la plaie, surtout au collège Maryse Bastié de Saint-Julien Molin-Molette. Si j’avais pu, je serais resté chez moi avec mes potes, à écouter de bons disques d’Eddie Cochran et de Gene Vincent. Avec un peu de chance, on aurait même eu droit à la visite de Stéphanie et ses copines.

Le problème, c’était mon vieux. Il avait toujours rêvé de voir un de ses rejetons arriver au lycée, à apprendre des conneries en latin, des théorèmes inutiles et des poésies pour midinettes. Ma mère n’osait pas lui dire non, du coup c’était tombé sur moi, le premier de la portée, le chat noir de la famille Dugommeau. Pourtant, j’avais tout tenté pour les dissuader : redoubler ma sixième puis ma quatrième, battre le record d’heures de colles, monter une version collégienne de « l’Equipée sauvage » avec ma pomme dans le rôle du beau Johnny. En vain. Mon père avait fait jouer ses relations à la mairie, au département, au ministère Machin-chose, auprès de gars hauts placés pour me sauver la mise et me laisser suivre le droit chemin de ses ambitions paternelles. Au lieu de me retrouver en apprentissage chez un artisan du coin, à visser des boulons et scier des planches pour devenir l’ouvrier de demain, j’avais ainsi continué dans la voie générale, celle des futurs fonctionnaires des impôts et des binoclards de l’éducation nationale.

A ma seconde quatrième, la première ayant été consacrée au rockabilly et à mon identité d’adolescent, loin des programmes scolaires de l’époque et de la vision de notre principal, ma mère avait rattrapé le coup à maintes reprises face à mon père un tantinet excédé de lire mes bulletins scolaires exécrables et le récit hebdomadaire de mes frasques juvéniles.
— Tu veux vraiment terminer cuisinier dans un boui-boui infâme comme le père du gros Raymond ? C’est ce qui te pend au nez mon grand si tu continues à glander, m’avait-il crié dans les oreilles.
— Je serai une vedette du rock’n roll, point barre !
— Marie, retiens moi sinon je le cogne !
— François, il est encore jeune. Laisse-lui le temps d’apprécier le collège à sa juste valeur. Je connais son potentiel.

Ma mère avait raison. Apprendre était facile pour moi. Ma mémoire d’éléphant, mon cerveau ultra-rapide, ma logique implacable me permettaient largement de briguer les premières places du classement régional. Seulement, je trouvais ça has-been d’être bon à l’école alors je torpillais mes copies une fois sur deux, histoire de plonger mes professeurs dans le doute et de faire chier mon paternel. Jusque-là, ça avait plutôt bien marché sauf que mon père s’entêtait à me diriger vers le lycée.

Et puis j’avais rencontré Arielle, professeur d’anglais. Je me souviens encore de son entrée dans la classe de quatrième, en plein second semestre alors que je continuais tranquillement à plonger dans les abysses du classement des élèves pour la deuxième année consécutive, au grand désespoir de ma mère. Elle remplaçait un petit gros du genre barbu à lunettes juste bon à présenter la météo sur une chaine régionale. La grande blonde, habillée en motard, s’était rapidement présentée puis nous avait demandé de pondre une petite histoire sur la base de nos aspirations futures, du genre « qu’est-ce que vous allez branler quand vous aurez dix-huit ans ? ». Branché sur le courant alternatif côté notes, j’avais décidé de montrer à Miss Harley Davidson qui j’étais réellement. Au cours suivant, elle avait rendu les devoirs sans piper mot puis s’était placée devant moi, c’est-à-dire au fond de la salle.
— Je découvre le sieur Dugommeau, avait-elle commencé en me toisant sans vergogne. Jeunes gens, sachez-le et profitez de cette unique occasion. Vous avez la chance d’héberger en vos rangs un rare spécimen d’homo rebellicus.
— On n’a pas appris ça en cours de biologie, avait fait remarquer le gros Raymond, un cancre qui me suivait depuis l’école primaire. Qu’est-ce que c’est, madame ?
— Voilà une question d’importance, avait répondu la motarde. Mais plus qu’une explication scientifique, je vais vous en livrer une version musicale, plus adaptée selon moi.

Miss Harley Davidson avait alors rejoint son bureau, sorti un ukulélé du fin fond d’un sac de cuir puis mise à chanter en anglais sur une mélodie hawaïenne. Mes compagnons d’infortune l’avaient alors regardé avec stupeur avant de commencer à frapper en rythme dans leurs mains jusqu’à la fin de la chanson.
— Elle est géniale votre définition, avait lancé Marie-Béatrice la fayote de service.
— L’avez-vous comprise au moins ?
— Je crois. Il s’agit de l’histoire d’un garçon qui se croit plus intelligent que les autres, qui veut quitter l’école et monter son groupe de musique, pour les beaux yeux de Stéphanie, la fille de ses rêves.
— En plein dans le mille !
— Vous avez écrit ces paroles exprès pour Dugommeau ? Vous êtes forte, madame, avait coassé le gros Raymond avec son air de crapaud mort d’amour.
— J’aimerais bien avoir ce talent, Raymond. En réalité, rendons à César ce qui lui appartient, je vous ai seulement interprété le devoir de votre camarade Dugommeau, agrémenté d’une musique de circonstance pour un garçon de son genre.

Me voilà à dix-sept ans en fin de troisième, enfin diplômé en coupage de cheveux en mille-vingt-quatre et prêt à aller me faire pendre au lycée général de Saint-Etienne. Arielle est sur l’estrade, avec les autres professeurs. Elle porte une tenue officielle, du genre tailleur et talons hauts, qui lui va plutôt bien même si je la préfère en Miss Harley Davidson. Le gros Raymond commence à baver en la reluquant.

Enfin c’est mon tour. Le principal, un gras du bide bouffi de suffisance, égrène lentement mon nom. Mon père bombe le torse, fier de voir ses efforts récompensés. Ma mère essuie une larme furtive. Stéphanie me sort son plus beau sourire, un soleil éclatant dans une journée d’apparat. Je me dirige vers le jury. Arielle affiche son air de Joconde, du genre « je te l’avais bien dit que tu réussirais ! ». Je serre la pince de monsieur le ventru, avant de recevoir des mains d’une tortue à lunettes mon sésame de fin d’année. « Premier prix en anglais ! » résonne dans mes oreilles comme un solo de guitare de Bill Haley et ses comètes. Je regarde une dernière fois mes camarades de collège puis reviens à ma place avec mon bout de papier imprimé. Ce soir, je jouerai « Le rock du bagne » avec mes potes, devant Stéphanie et ses copines, une dernière fois, histoire de fêter dignement la fin d’une époque d’insouciance.

Posté le : 28/06/2015 04:14
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 juin 2015
Administrateur
Inscrit:
30/05/2013 12:47
Messages: 1497
Niveau : 33; EXP : 1
HP : 160 / 800
MP : 499 / 15122
Hors Ligne
AH::emma,comme je suis déçu de cet écrit!!!


Tu m'avais pourtant promis de ne pas évoquer mes difficiles années de scolarité!!!

Enfin ,le coté positif,sera que chacun ne me tiendra plus rigueur des fofotes (comme dirait loriane) d'orthographe!!!

Plus sérieusement, j'adore quand tu écris en vers, (et non pas contre tous!!!) j'aime ce coté court, mais efficace,et explicite de ce type de poème.

Allez, sans rancune emma pour avoir divulgué la nature de mon passé scolaire,d'autant que, comme le disait Félix Leclerc:'' les signes d'intelligence sont l'école buissonnière, l'indiscipline, le grain de folie, le refus d'obéit'' du coup j'ai tout bon!!!!

Bises à toi emma.

Posté le : 28/06/2015 11:49
_________________
Titi
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 juin 2015
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1093
Niveau : 29; EXP : 5
HP : 140 / 701
MP : 364 / 11637
Hors Ligne
Bravo Emma, tu as réussi à me rappeler le gros Raymond, un cancre de première quand j'étais à l'école.
Regrette-t-il l'école buissonnière ? C'est ce que je me demande parfois quand je le vois découper de la viande dans la boucherie familiale, sous l'œil attendri de son gérant de frère.
Bises
Donald

Posté le : 28/06/2015 12:08
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 juin 2015
Administrateur
Inscrit:
30/05/2013 12:47
Messages: 1497
Niveau : 33; EXP : 1
HP : 160 / 800
MP : 499 / 15122
Hors Ligne
Mon cher Donald, le père de ton héros aurait dû se douter qu'une personne qui écoute du’Eddie Cochran et du Gene Vincent, n'est pas loin de la vérité vraie!!!

Toute une époque,toute ma jeunesse!!!!

Belle envolée sur les raisons d’être cancre, et sur la description de cet établissement scolaire ,plus vrai que nature!!!! sans doute une part de toi même dans ce récit...

je me suis régalé avec la lecture de ce récit, qui me semble pourtant dater d'une autre époque!!!!!! de notre époque!!

Merci pour ce retour en arrière (en avant, cela n'aurait pas de sens!!) j'ai retrouvé mes 14 ans quand mon père au mois d'avril 1961,m'a annoncé un soir en rentrant du boulot:''Demain tu rends tes bouquins et tu embauchesà la boucherie familiale!!!'' la discussion s'est d'ailleurs arrêtée là!!
A l'époque les échanges avec les parents étaient le plus souvent réduits à leurs plus simples expressions!!!

merci Donald pour ce petit instant ....d'hier!!

Comme quoi, la boucherie mène à tout ................???

Posté le : 28/06/2015 12:11
_________________
Titi
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 juin 2015
Administrateur
Inscrit:
30/05/2013 12:47
Messages: 1497
Niveau : 33; EXP : 1
HP : 160 / 800
MP : 499 / 15122
Hors Ligne
Chaque fin de l’année, à la distribution
Des prix, il ressentait une étrange pression,
De celle qui vous laisse, détendu et serein,
Sachant qu’aux noms cités, il n’aurait pas le sien !!!

Le français, écrivant façon texto-matique,
Il se savait fort loin des textes dit classiques,
En math aucun espoir, matière qu’il vomissait
Disant c’est pas beau de voir quelqu'un qu’a l’cul laid.

L’histoire il s’en foutait, se moquant du passé,
La Géo, a quoi bon, savoir ou sont placés
Sur le globe terrestre, les pays exotiques,
Ou jamais je n’irai, faute d’avoir du fric.

Il lui restait les langues, étrangères, une affaire
Qui lui semblait curieuse, et surtout pour quoi faire ??
Parler une autre langue, quand le mime Marceau,
S’exprimait par des gestes et sans dire un seul mot !!!

Dés lors qu’attendait-il en cette fin d’année,
Sachant qu’aucun des prix ne lui serai donné ??,
Il était juste là, pour voir les arrogants
Qui se pensaient très bons, repartaient comme des glands.

Aujourd’hui, il honnie sur ses erreurs d’hier,
L’ayant empêché de faire honnête carrière,
Son cursus minable, oyez comme c’est triste,
Lui permettant, c’est dur, de n’être que …..…ministre !!!!



'Le silence tient lieu de sagesse au sot''

Posté le : 28/06/2015 17:46
_________________
Titi
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 juin 2015
Plume d'Or
Inscrit:
23/10/2013 18:00
Messages: 1480
Niveau : 32; EXP : 86
HP : 159 / 796
MP : 493 / 14121
Hors Ligne
Je dois avouer que Vous avez tous ensemble (Emma, KJtiti, Donaldo) levé la barre très haut! Je n'étais ni cancre, ni génie. Mais vos descriptions me rappellent mes années de college, ces années qui demeurent les plus belles et les plus douloureuses. Bises à tous.

Posté le : 28/06/2015 18:47
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 27 juin 2015
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1093
Niveau : 29; EXP : 5
HP : 140 / 701
MP : 364 / 11637
Hors Ligne
Sacré kjtiti,

Tu manies encore la verve et la vanne dans ce poème jusqu'à la chute, forcément décalée. Je recherche encore le ministre qui pourrait t'avoir servi de modèle (Nadine Morano, Benoit Hamon ?).

Bravo

Donald

PS: Gene Vincent et Eddie Cochran ont bercé ta jeunesse ? Sache que j'ai écrit ma réponse à ce défi en écoutant les Stray Cats (je suis de cette génération) qui ont pondu une chanson en l'honneur de ces deux pionniers du rock'n roll.

La voici: https://www.youtube.com/watch?v=afkfos_oQro

Posté le : 28/06/2015 19:02
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 3 »




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
41 Personne(s) en ligne (21 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 41

Plus ...