| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Défi céleste du 20 février 2016 [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 3 »


Défi céleste du 20 février 2016
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 1952
Niveau : 36; EXP : 62
HP : 178 / 890
MP : 650 / 11051
Hors Ligne
Chères Loréennes et chers Loréens,

Ce matin, s’est affichée à plusieurs reprises sur mon ordinateur une lettre bien étrange dont voici le contenu :

« Mes cher(e)s ami(e)s,

Depuis que j’ai quitté ce bas monde, je prends des vacances éternelles et je voyage dans le monde entier, saisi par le bonheur de revoir les terres que j’avais déjà visitées et d'en découvrir tant d’autres auxquelles je n’avais pas encore rendu visite.

Je regrette le manque de communication avec vous toutes et vous tous. Avec tous ces satellites qu’il y a là-haut, cela devrait être possible. Nenni, j’ai dû me rendre à l’évidence qu’il me fallait envisager une autre option pour connaître de nouveaux moments avec celles et ceux qui me sont connus à l'Orée mais aussi avec les nouveaux membres du site qui poursuit sa belle vie. Et comme je m’en réjouis !

J’ai décidé d’ouvrir la fenêtre de l’espace temps et d’organiser une grande réunion de famille de l’Orée des rêves. Vous y êtes toutes et tous invités, mais cette réunion de famille sera ce que vous voudrez bien qu’elle soit : douce, folle, pantagruélique, littéraire…
Les élans poétiques seront de la fête au milieu des gibiers, des volailles, des vins de Corse, de Touraine et peut être de Bourgogne…
Je désire vraiment que vous me fassiez écho de cette fête qu’il vous faudra imaginer.

J’aurai grand plaisir à vous retrouver toutes et tous à cette fête.

Signé : Bacchus »

Avouez que le défi de cette semaine s’impose à vous : racontez la rencontre avec Bacchus et tout autant la fête céleste, galactique. Et songez bien qu’elle sera ce que vous voulez bien qu’elle soit.

A vos plumes.

Amitiés de Bourgogne.

Jacques


Posté le : 19/02/2016 21:55

Edité par Istenozot sur 20-02-2016 10:18:12
Edité par Istenozot sur 20-02-2016 10:18:42
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi céleste du 20 février 2016
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 19419
Hors Ligne
Invitation céleste

Un message étrange est apparu sur la box de l’Orée invitant ses habitants à se rendre au sommet du Mont Olympe afin de retrouver un ancien du site, un patriarche, bien connu et apprécié pour ses mots justes, ses encouragements et son don pour la prose et la poésie. C’est ainsi qu’Athéna apprêta son petit avion. En tant qu’ancienne hôtesse de l’air, elle avait mis un point d’honneur à obtenir son permis de voler, ce qui arrangeait les affaires des oréens. Après quelques heures de trajet dans les airs, l’appareil se posa tout en haut de ce magnifique mont Grec. La première à sortir et poser les pieds dans les neiges éternelles fut Loriane qui se précipita au cou de l’être qui était venu à leur rencontre. Elle enlaça tendrement son ami parti trop tôt en disant « Bacchus, tu nous manques tant… »
Ensuite les autres passagers sortirent un à un. Il y avait Kjtiti avec des chapons farcis et plusieurs bouteilles de vin de Touraine issues de sa cave secrète. Ensuite, à son instar, Istenozot sortit chargé de foies gras frais et de vins de Bourgogne. Juste après lui suivait son frère Ermite, à l’allure de troglodyte avec un champignon poussant sur le bout de son nez et de la mousse en guise de cheveux. Puis vint Emma, sa longue chevelure lui chatouillant les chevilles, un tas de livres sous le bras. Derrière elle, sortit un personnage à la démarche de canard, avec des cheveux psychédéliques, multicolores et arborant un T-shirt « I met ET », c’était bien sûr Donald. Grenouille fut la suivante, sautillant joyeusement, elle avait mis l’ambiance dans l’avion avec ses bons mots et ses anecdotes croustillantes. Arielleffe avait failli rater le décollage car son GPS avait encore fait des siennes et son amie Chlotilde avait tenté de la retenir en lui proposant un dernier café avant le départ. Une petite brunette rigolote fit son apparition ; Mafalda avait le don de raconter les fables les plus farfelues. Un homme portant une cape sombre et un masque descendit l’escalier. Il apportait des spécialités bretonnes. Son parler était local et il répondait au nom de Cavalier. Il ne connaissait pas encore son hôte mais en avait beaucoup entendu parler. En dernier lieu apparut une femme portant un panier gourmand empli de bières et fromages de son cher pays, la Belgique. Les autres la connaissaient sous le pseudonyme de Couscous.
Tout ce petit monde suivit le patriarche moustachu jusqu’à une grande table dressée en leur honneur. Les vivres et boissons délicieuses furent partagés. La fête dura plusieurs jours qui ne leur parurent que quelques heures car ils étaient hors du temps. Bacchus leur expliqua son regret d’avoir du les quitter si vite car il avait été appelé à cette tâche de Dieu du Vin car son prédécesseur s’était déchargé de cette fonction. Il expliqua comment il était parvenu à rester connecté avec les oréens après une rude négociation avec Zeus pour installer le WIFI dans tout l’Olympe. Il était fier de l’ambiance bon enfant et de l’esprit créatif qui continuait à souffler sur les auteurs du site. Il explique à demi-mots qu’il n’y était pas étranger.
Ils repartirent, le cœur serré et les yeux larmoyants. Mais, grâce à ses pouvoirs divins, Bacchus fit en sorte que chaque dégustation d’un bon verre de vin par un membre de l’Orée des Rêves permettait d’être instantanément connecté avec lui. Depuis lors, des rencontres secrètes s’organisent régulièrement dans des caves tourangelles et bourguignonnes.

Posté le : 20/02/2016 15:35
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi céleste du 20 février 2016
Accro
Inscrit:
13/01/2016 19:13
De France
Messages: 151
Niveau : 11; EXP : 34
HP : 0 / 258
MP : 50 / 2528
Hors Ligne
brochette jolie d'amis de plume
Dieu du vin, dieu divin
j'ai aimé ce texte, couscous




Posté le : 20/02/2016 16:10
_________________
Fabricando fit faber est un proverbe de vérité, car il est plutôt rare qu'en poétisant dru on en devienne petit télégraphiste, voire même mannequin de haute couture...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi céleste du 20 février 2016
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 1952
Niveau : 36; EXP : 62
HP : 178 / 890
MP : 650 / 11051
Hors Ligne
Chère Delphine,

Lucky Luke n'a qu'à bien se tenir, si lui tires plus vite que son ombre, toi, tu écris plus vite que ta plume.
Que de douceur, que de spontanéité, que d'émotions dans ton texte!
J'étais parti sur une une idée du même genre. Je vais devoir réajuster le tir. Eh, moi, je ne suis pas Lucky Luke, je ne suis qu'Isté!

Et que j'ai aimé ta conclusion, l'idée d'un banquet annuel des affidés de l'Orée. Quelle belle idée!
Qu'il est bon de lire des textes comme celui-là. On est revigoré, on est fortifié!

Merci à toi.
Je te souhaite un magnifique week end et je te couvre de baisers amicaux. Après un tel texte, je ne peux pas faire moins, chère Delphine.
Demain à midi, je boirai en l'honneur de ton texte et de la muse qui l'a inspiré.

Amitiés de Bourgogne.

Jacques

Posté le : 20/02/2016 16:49
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi céleste du 20 février 2016
Accro
Inscrit:
13/01/2016 19:13
De France
Messages: 151
Niveau : 11; EXP : 34
HP : 0 / 258
MP : 50 / 2528
Hors Ligne
Le syndrome de l’écrivain, ou le Défi perdu puis retrouvé de L'ORée des Rêves

Du Big Bang aux textes postés et commentés, en passant par la lettre perdue de Bacchus. Un sacré détour par le futur…

Ouf ! Il était temps… et il est des coïncidences ! Comme ici dernièrement, la rencontre d’une invention révolutionnaire et du Défi perdu de L'ORée des Rêves. Un juste à temps bien venu, mais qui n’exclut pourtant pas sa part de mystère, bien au contraire…

Un modem ADSL à démonter le temps
Après dix années de recherche active, les laboratoires de la startup Bell’ et trop la Bête de la Silicon Valley étaient enfin prêts. Prêts pour lancer les derniers tests de leur prototype : le modem temporel. Un modem à démonter le temps, capable de naviguer sur le Net dans les années 2025. Un exploit. Du jamais vu.
Au même instant, le week-end dernier, à des kilomètres de là, notre ami Istenozot était en train de mettre la dernière main au Défi Céleste du 20 février 2016. La lettre de Bacchus dans l'autre main, enfin sur un autre onglet de son PC...

Alors que brusquement le contenu de la lettre de Bacchus reçue d'une jolie fenêtre de l’espace-temps, et prévue pour un postage imminent était portée disparue dudit PC. Mince. Quelle poisse…

Une réactivité hors pair
L’histoire aurait pu en rester là si Isté, le bien nommé, n’eût contacté dare-dare, par mon entremise bénévole, tous les hauts responsables de chez Bell’ et trop la Bête pour se porter candidat au test du modem à démonter le temps.
Le prototype du modem sitôt branché, Isté put naviguer sur le Web des années 2025. Il ne perdit pas son temps à rechercher tous les numéros du Loto jusqu'à la fin de l’année 2016. Non. Il consulta les archives 2016 du site de L'Orée pour récupérer le Défi fameux. Celui-là même avec lequel vous travaillerez dru les mains tendues cette semaine.

Une question qui taraude
Il ne perdit pas non plus son temps à noter les résultats des tiercés et quartés des neuf prochaines années. Non. Il rendit le modem magique. Et le message retrouvé fut posté vendredi soir, dernier, à 20H55, en catastrophe. Il était temps. La table pourra être préparée !
Une question pourtant le taraude. Jour et nuit. Notre ami Istenozot. Une question bien connue sous le nom si doux du Paradoxe de l’Écrivain :

" Mais qui donc est réellement le rédacteur de ce Défi fameux sorti ex nihilo du futur ????? "

Posté le : 20/02/2016 16:55
_________________
Fabricando fit faber est un proverbe de vérité, car il est plutôt rare qu'en poétisant dru on en devienne petit télégraphiste, voire même mannequin de haute couture...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi céleste du 20 février 2016
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 1952
Niveau : 36; EXP : 62
HP : 178 / 890
MP : 650 / 11051
Hors Ligne
Cher Cavalier,

Je crois que je vais devoir améliorer le prototype du modem, ne serais-ce que pour faire une réponse à ce défi.
Je le consulte pour identifier la nature de ma réponse.
J'espère que les "ondes radiogravitationnelles" de Bacchus vont fonctionner.

Merci à toi pour cette réponse très originale et si drôle.

Amitiés de Bourgogne.

Jacques

Posté le : 20/02/2016 17:46
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi céleste du 20 février 2016
Accro
Inscrit:
13/01/2016 19:13
De France
Messages: 151
Niveau : 11; EXP : 34
HP : 0 / 258
MP : 50 / 2528
Hors Ligne
Arrivé ici, sur L'ORée, il y a peu, et ne sachant rien ni des oréens ni de leurs passés, j'ai posté en premier mon poème/prose préféré (eh oui, si, si, j'en ai).

Le hasard !!! Je ne connaissais pas Bacchus, ce patriarche moustachu, ni d'ève... Et puis d'abord...

Aimait-il le Clos Reginu ?

Etions-nous cousins éloignés ? En effet je descends généalogiquement et logiquement de Vincente ALCALA IMPERIAL et de Maria CECILIA mariés vers 1700, catalans-sardes originaires de la Sardaigne (voisine de la Corse, donc) à Alghero - où l'on parle et où l'on enseigne toujours ce jour le catalan !

Etait-il un Sage ?

S'asseyait-il sur une murette pour discuter avec d'autres compatriotes ?

Connaissait-il le Père Badi, Mado et Sampiero Corso, ou d'autres personnes leur ressemblant ?

Ripaillait-il parfois dehors sur une grande table de bois ?

Et participait-il aux "Chjamà e rispondi" avec ses amis du patelin ?

Je ne sais pas pourquoi, mais je pense que oui...


Sur la Murette du Sage

Derrière la montagne, le soleil se couchant
Aux creux des vallons colore le maquis.
D’un reflet rose,
Sur un ciel bleu, tout embaumé.

Les carabes cuivrés, les abeilles,
Les oiseaux et les papillons s’activent encore.

Là-haut sur la colline
Dans les frondaisons de la forêt,
L’air s’emplit de l’écho du chant sonore des sittèles.

L’agitation du monde me semble si lointaine.

La grande bâtisse un peu délabrée,
Toujours pleine de charme, me fait de l’œil.
Les huisseries écaillées, les gros linteaux de granit,
Les murs de pierres sèches
Les interstices remplis de fleurs, gorgées de soleil.

Et les tuiles rouges du toit presque plat
Sommeillent encore.

Près de la maison, les murettes,
Les grands romarins bien taillés, les escaliers fleuris,
M’accueillent comme Ulysse, après un long voyage.

Chaleur de la pierre, odeurs offertes.

Le bon chien vient vers moi, il me reconnaît.
Tommy, fidèle. Oui, je suis bien Ulysse.
Le Père Badi avait raison.
En contrebas, le gargouillis du lavoir.
Un garçonnet et une fillette,
Jean Jean et Fanfan, courent autour.
Et chassent des papillons blancs,
Mais ceux–ci sont bien trop agiles.

Je suis un peu fatigué.
La poussière du chemin sans doute.

Sur le rebord de la fontaine,
Deux autres gamins sont plus sages.
Ils lisent, rient.
Je sais que ce livre est leur roman. Comment ?
Grâce au Mur où je suis assis,
Sans doute.

La Murette du Sage.

Mais dites, comme c’est bon, là !
Je bois sa douce chaleur.
Par tous les pores de ma peau.
La vieille Mado m’offre un verre de vin
Du Clos Réginu. Elle a toujours vécu ici,
Ça je le sais aussi.

Elle sourit.

Se rides me parlent. L'occhju è rottu !
Oui, ça je le savais aussi.

Son homme près d’elle est si prévenant.
Escogriffe, de velours, Nydåm le Grand,
Sampiero Corso, les oreilles poilues,
Les mains larges comme des bachiles,
Comme de grandes batulles.
Il l’entoure de sa tendresse.
Sa signatora.

Entre les romarins, sous la tonnelle de vignes
une grande table de bois.
Du lait de brebis, du miel, et aussi du jambon,
Des saucissons, une grosse miche,
Une fiasque de vin, du fromage, des fraises.

Et cette odeur tenace, envoûtante –
Qui ouvre grand mon appétit.
Odeur qui remonte des lentisques, des bruyères,
Des genêts, des lauriers thym, des cytises, des tamaris,
Des prunelliers, des arbousiers.

Et ces deux-là, attablés, sont amants, je le sais.
Pierre et Hélène, ils mangent du raisin.

Les papillons blancs ont les ailes tagués
De souffrances, de regrets,
De cœurs qui saignent, de chagrins.
Ils volent et bruissent près de la grande maison.
Dans tout le jardin.

Leurs écrits sont presque effacés,
Déjà.

Antønje et Petru lisent toujours,
Au fur et à mesure que les mots
De leur roman s’écrivent,
Se gravent, sur les pages.
Ils rient aux larmes. Best Seller.
Et ne s’en alarment.

Maria Helena et U Saviu s’échangent encore des grains de raisin.
Tendrement, comme des colombes.
Les cheveux de cuivre de la belle illuminent le couchant.
Quelle douceur, quel silence.

Juste le son d’une Chjamà e rispondi, un peu plus loin,
Qui nous parvient.
J’y reconnais mes ténors.
Ce n’était pas dans l’Odyssée, mais que m’importe.
Si sbaglia u préte à l'altare…

Ulysse, ou Vévé, je suis entouré
De centaines de papillons blancs,
Graciles, aux ailes maintenant immaculées.

Le sentier, mon chemin, ma route de la Consolation,
A traversé le miroir sans tain, sans un seul bris de glace.

Cela ne me laisse pas froid, bien au contraire.

Ici, au Pays de l’Amour,
J’ai le cœur, chaud, tout gonflé.



Postscriptum

Autre titre par moi parfois donné Nantu à a Muraglietta di u Saviu : sur la Murette du Sage

L'occhju è rottu : le mauvais œil est brisé, conjuré...

Bachile, batulles : grands battoirs de bois

Signatora: femme capable d'exorciser le mauvais œil

Chjamà e rispondi : "En Corse où il ne reste qu’une dizaine de poètes chanteurs pratiquant ces joutes, les soirées chjama e rispondi connaissent un nouvel engouement. La dernière a eu lieu dans la plaine de Peri à l’occasion de la fête de la figue. Une autre se déroulera cet hiver dans la vallée de la Gravona.

Imaginez. Vous partez de l’écorce qui flotte sur le ruisseau et vous en arrivez au taux de participation de l’Etat dans le tour de table de la recapitalisation de la SNCM. L’un d’entre vous plaide pour 25 %, l’autre pour 50. Celui qui souhaite que l’Etat reste majoritaire raille le partisan de la privatisation en l’accusant de vouloir placer ses copains dans l’affaire. L’autre lui rétorque qu’en tant que défenseur d’une Corse autonome, voire indépendante, il est bien ridicule de faire appel à Paris. Et ainsi de suite. Le tout en chanson et en rimes. Un troisième débatteur, puis un quatrième, voire un cinquième, se mettent de la partie, défendant l’un ou l’autre ou encore soutenant un point de vue encore différent. Tout cela au coin d’un comptoir, d’une table de bar. Rythmé éventuellement par une consommation croissante de vin, de pastis, de charcuterie et de fromage.

C’est un peu ça, le chjama e rispondi (littéralement : appel et réponse). in http://www.camperemu.com/viewtopic.php?f=14&t=8186

Certains noms évoqués ici dans mon poème sont vikings, norvégiens, ancêtres présumés de chevaliers normands, eux même ancêtres présumés de siciliens, sardes et autres corses actuels...

Si sbaglia u préte à l'altare : le prêtre, lui, se trompe bien aussi à l'autel...


Bonne lecture


et aussi in http://www.loree-des-reves.com/module ... /article.php?storyid=7473

Posté le : 21/02/2016 11:04
_________________
Fabricando fit faber est un proverbe de vérité, car il est plutôt rare qu'en poétisant dru on en devienne petit télégraphiste, voire même mannequin de haute couture...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi céleste du 20 février 2016
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 1952
Niveau : 36; EXP : 62
HP : 178 / 890
MP : 650 / 11051
Hors Ligne
Cher Cavalier,

Loriane avait raison lors du commentaire de ton premier poème.
Vous êtes deux maintenant sur ce site à porter en vous une part de l'âme de Bacchus : Kjtiti et toi.
Il faudra bien que vous finissiez par nous l'avouer. Dans votre conscient ou dans votre inconscient, vous communiquez avec lui! J'en suis sûr.

Si j'ai un modem, toi, en revanche, tu es équipé de la technologie la plus avancée, certainement celle de la 124ème planète d'Emma : machine à remonter le temps, lecture des âmes disparues dans les espaces intergalactiques, déchiffrage des ondes gravitationnelles et bien d'autres inconnues à mes yeux,...

Nous sommes gâtés cette semaine : deux textes pour ce défi.

Merci à toi.
Vive la Corse qui a des fidèles ici.

Amitiés de Bourgogne.

Jacques

Posté le : 21/02/2016 13:59
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi céleste du 20 février 2016
Administrateur
Inscrit:
30/05/2013 12:47
Messages: 1457
Niveau : 32; EXP : 65
HP : 158 / 791
MP : 485 / 13802
Hors Ligne
‘’Nul sans quelques folies, ne peut être poète’’
Usant de ce dicton vantait par un aède
Mon esprit, quelquefois, à la tentation cède
D'interrompre le temps, d’en effacer la dette.

Aussi, dés cet instant, le présent perd son sens,
Alors que le passé, au futur se mélange,
Les ans n’ont plus d’emprise, vieillir n’a plus de sens,
Les hommes ont la durée d’existence des anges.

Quand mon ciel se fait lourd, quand mon trop plein de larmes,
Inondent mes pensées, j’aime à me transporter
Dans ce rêve impossible ou réside le charme,
D’un monde, sans chagrin à devoir supporter.

J’y retrouve dés lors tous ceux trop tôt partis,
Appelé, me dit-on, par celui qui nous aime?
J’eusse tant apprécié qu’il en soit départi
De cet amour virtuel, que d’aucuns nomment aubaine !!!

J’étais en réflexion de cette dissonance,
Quand soudain j’entendis au détour d’un nuage,
Une voix amicale, dont j’ai la souvenance……..
Sans jamais n’avoir vu son visage de sage !!!

C’était l’ami Bacchus qui ici résidait,
Dans cet endroit nommait, l’Eden des poètes.
‘’Salut Kjtiti, viens donc boire un godet,
Il ne manquait que toi pour commencer la fête ?

Pour commencer la fête ?, lui dis un peu surpris,
Mais pour quelle occasion, et que doit on fêter,
Non pas mon arrivée, moi j’ai trop de mépris
Pour un départ hâtif, nullement apprêté.

Que nenni dit Bacchus, il s’agit d’une idée,
Germée par un cerveau qui nous vient de bourgogne,
Portant un avatar raccourci en Isté,
Expression exotique qui nous vient de Pologne.

Il voulait rassembler, en ce lieu tout L’Orée
Autour d’un grand buffet avec moult victuailles,
Et du vin de chez nous, Bourgogne ou bien Vouvray
Et faire toute la nuit, bombances et ripailles.

Tout L’Orée était là, bien gaie et pas peu fière
Loriane déclamait un cantique en hébreux
Couscous offrait des frites qu’elle trempait dans la bière
Isté avait enfin sorti de ses vins les plus vieux.

Athéna, qui rêvait de côtoyer le ciel,
Tentait d’apercevoir le maitre de ces lieus,
Ermite, nous parlait d’hiver et son soleil
Poème déposé sur le site il y a peu.

Et chacun d’apprécier ce moment utopique,
A sa juste valeur, celle venant du cœur,
En instant l’amitié touchait le véridique
En ne laissant pas place à l’indigne arnaqueur.

Mais il fallait partir, hélas, mettre les voiles,
Quitter ce doux endroit ou repose le sage,
L’insulaire rebelle qui posait sur la toile
Ses écrits qui ce jour, me manque davantage.

Moi, je ferme les yeux, pour atténuer ma peine,
La route du retour sera longue et pénible,
Pour prolonger l’instant, l’occasion souveraine:
Je replonge en mes rêves à jamais disponibles.

Bacchus, tu sais combien, j’adore la bombance,
Mais sachant que là haut t’auras pas la dispense
De venir partager l’andouillette, si tu vois
De ton nuage, un gars faire l’andouille, c’est moi !!

Et l’envie te prend par une nuit sans lune
De venir nous saluer, j’ai encore quelques une
De ces bonnes bouteilles, en cave de Montlouis
Qu’ensemble, on devait boire, on se l’était promis………..












Posté le : 21/02/2016 15:20
_________________
Titi
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi céleste du 20 février 2016
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 1952
Niveau : 36; EXP : 62
HP : 178 / 890
MP : 650 / 11051
Hors Ligne
Cher Serge,

Je te l'avoue. En choisissant ce défi, je me suis dit que j'arriverai bien à faire sortir de sa tanière notre ami Serge pendant son temps de convalescence.
Cela est très touchant de lire ta réponse!

Après vous avoir lu l'un et l'autre, j'ai pu mesurer que vous aviez deux âmes jumelles.
Et l'âme de Bacchus plane en Touraine au dessus des vignes de cette belle contrée. Et nul doute qu'elle s'offre parfois une incursion en toi.

Merci pour ce poème que j'ai relu avec bonheur quatre fois. Je l'ai d'abord dégusté puis savouré. Sans doute qu'il inspirera ma réponse.

Porte toi bien et remets toi vite de tes ennuis de santé.
Au plaisir de te relire encore et toujours.

Amitiés de Bourgogne.

Jacques

Posté le : 21/02/2016 16:05
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 3 »




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
42 Personne(s) en ligne (24 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 42

Plus ...