| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Défi du 24 octobre [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 3 »


Défi du 24 octobre
Administrateur
Inscrit:
30/05/2013 12:47
Messages: 1501
Niveau : 33; EXP : 4
HP : 160 / 801
MP : 500 / 15748
Hors Ligne
Bonjour à tous chers l'ORéens, comme annoncé hier, dans un piètre poème, pour des rasons d'emploi du temps, gustativement chargé !!!!!! ,je vous adresse, dés aujourd'hui, le sujet du défi de la semaine:

A l’approche de la Toussaint ; je vous propose de sourire devant un sujet qui d’habitude ne fait rire personne. Seuls les poètes, en effet, sont de nature à prendre du recul et à plaisanter sur la camarde.

Aussi, puisqu'elle est inéluctable, mais que pour autant, rien ne presse, choisissons d’en rire, pendant qu’il en est encore temps !!!! en lui adressant un message, ou en parlant d'elle sous forme de pied de nez .

Pour le plaisir et pour inspiration, laissez-moi-vous conter l’anecdote du Duc de Charost qui, dans la charrette qui le conduisait à l’échafaud, lisait un livre savant, Indifférent aux cris de la foule et au sort qui lui était réservé.
Au moment ou les bourreaux allaient se saisir de lui, il les regarda sans haine, déjà ailleurs, puis il y corna soigneusement la page de son livre ……....

A vos plumes et faites comme moi : si un jour il vous est donné la possibilité de choisir le jour de votre mort, choisissez………….. le lendemain…….

Posté le : 23/10/2015 04:49
_________________
Titi
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 24 octobre
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 1992
Niveau : 36; EXP : 91
HP : 179 / 897
MP : 664 / 13130
Hors Ligne
Cher Serge,

Ton défi est mortel!
Je t'écris ces quelques lignes pour te dire que je suis encore bien vivant, et que, sans que la mort ne s'en suive et qu'elle ne me précède, bien sûr, je vais te répondre.

En attendant, porte toi bien mon ami!
Eh, je constate que tu as fait mieux que moi en matière d'impatience à l'égard de l'émission d'un défi!
Décidément de toi, je ne suis que le modeste disciple!

Amitiés de Dijon.

Jacques

Posté le : 23/10/2015 19:47
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 24 octobre
Modérateur
Inscrit:
02/02/2012 21:24
De Paris
Messages: 1494
Niveau : 32; EXP : 96
HP : 159 / 799
MP : 498 / 18801
Hors Ligne
hello !

Je fais une halte des plus rapides pour poster ma réponse au défi !
Suis actuellement noyée dans le travail. La vie est ainsi faite !

voici ma petite participation à ce défi mortel !



La mort est une jeune femme moderne…


Oubliez les visions que vous vous faites habituellement de la mort : austère Charon, hideuse faucille, Cerbere à trois têtes ou spectres indociles…

La mort est en fait une jeune femme de son temps, qui s’habille en Prada et aime le rouge à lèvres Chanel. Elle porte souvent de hauts talons Louboutin et ne déteste pas les sacs à main de chez Lancel

La mort est un peu matérialiste ces temps ci. Elle a déserté les froids cimetières. Aux nécropoles, elle préfère les lumières des mégapoles et n’a que dédain pour les antiques ossuaires

La mort a un rendez-vous, ce soir. Qui sait ? Peut-être un futur amant ? Longtemps elle a fréquenté Peste Bubonique, Tuberculose et Choléra mais - il faut bien l’avouer- les morts violentes n’ont pas vraiment d’avenir… Il y a quelques siècles, elle a eu un gros coup de cœur pour Maladie Vénérienne. Celui-là manquait un peu d’hygiène intime mais avait son charme discret

Ce soir la mort a rendez-vous avec Paul. Ça n’a rien de spectaculaire comme nom, Paul. La mort a un peu peur qu’il ne soit pas de son standing

La mort en a marre de ces amants pas très sortables. Comment voulez-vous qu’elle trouve un gendre acceptable à dieu le père ? La Faim dans le Monde, par exemple, ne restait jamais pour diner – soi-disant une question de principe. La Guerre transformait les réunions de famille en champs de bataille. Le meurtre profitait d’un tête-à-tête pour planter un couteau dans le dos… Bonjour la compagnie !

Alors la mort s’est cherché un fiancé un peu urbain, un peu branché, un pur produit de son époque. Quelqu’un qui s’intéresse aux belles bagnoles et qui n’a pas peur de claquer son fric pour le dernier portable dernier cri.

Il sonne. Il est à l’heure. Elle lui ouvre tout sourire.

Il a de l’allure, ce Paul Ussion.

Posté le : 24/10/2015 15:09
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 24 octobre
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1095
Niveau : 29; EXP : 7
HP : 140 / 701
MP : 365 / 12174
Hors Ligne
Quelle réponse à ce thème !
J'ai bien aimé ce texte court, avec une chute bien marquée et une vision critique de notre monde.
Une fois de plus Emma, ça a été un plaisir de te lire.
Bon, je retourne au travail,
Bises
Donald

Posté le : 24/10/2015 15:15
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 24 octobre
Plume d'Or
Inscrit:
10/07/2014 10:51
De vignes de la pettie fin
Messages: 404
Niveau : 18; EXP : 70
HP : 0 / 442
MP : 134 / 7262
Hors Ligne
Merci Emma ,j

Emma , Emma, elle l'a.......un sacré talent.....
.

Merci

Belle et lumineuse soirée

Athena

Posté le : 24/10/2015 17:01
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 24 octobre
Administrateur
Inscrit:
30/05/2013 12:47
Messages: 1501
Niveau : 33; EXP : 4
HP : 160 / 801
MP : 500 / 15748
Hors Ligne
Nous parler de la mort, voila curieux défi,
Que propose, ce jour, ce couillon de Titi ;
Il songe, sans nul doute, que le sujet dérange,
Que les gens de L’ORée parlent plutôt des anges
Que de la grande faux…….., (qui ne sonne pas vrai….),
Et que les L’Oréens, cela va les navrer
D’évoquer le trépas, étant plus habitués,
A parler du bonheur, d’amour et d’amitié.
Le Tourangeau se dit, que ce sujet morbide
Sera pour une fois, un échec, un vrai bide,
Pensant, car que le loustic est de nature oisive,
Qu’il n’aura pas à faire, de manière intensive,
De nombreux commentaires, pour mieux se reposer
D’un week enk chargé en abus de rosé !!!!

Erreur des plus funeste, et je dirai mortelle,
La mort étant sujet, qui largement appelle
A grande réflexion, à ce questionnement :
Qu’il y a-t-il donc après, rendu au firmament,
Personne n’a réponse, mais on peut avancer:
Si nul ne revient c’est, qu’on vit bien…….trépassé !!!

D’ailleurs, cette posture à nourri, de tous temps,
Les poètes au travers de termes percutants :
Ainsi le clown, dit on, tire sa révérence,
Pendant que le soldat lui est mort pour la France,
Ou bien qu’il est tombé, épique, au champ d’honneur ;
Tandis que le notable est mort de sa bell’ mort
On prétend : ‘’le martyr a finit de souffrir’’
Et que le suicidaire à préféré mourir…
Le Roi est mort, alors crions :’’ vive le roi’’
Quand un chinois mourant dira :’’…. et moi, et moi…..

Merveilleux et lyriques, ainsi sont les poètes
Qui convertissent en vers, en proses les plus chouettes,
Le départ d’un ami, qui en terme de vers,
Qui vont le dévorer, lui sera un expert !!!,

C’est ainsi, acceptons la fin inéluctable,
Qui nous est imposée de façon implacable,
Mettant au même pied, nantis et indigents,
Qui rendus dans la tombe, sont en rien divergents !!!,
La seule différence, remarquable et marquante
C’est au cours des obsèques, qu’elle est la plus flagrante,
Et qu’on perçoit la chose, sachant que le nanti,
Par une foule en pleurs, son corps sera suivi,
Des larmes de croquo, séchées dans la seconde,
Juste pour la photo, car la peine est profonde,
Dans ce monde d’argent, que si le testament,
En justifie l’effort; tandis que l’indigent,
Sera, au cimetière, accompagné par ceux,
Qui très sincèrement, fort des larmes aux yeux,
Regretteront l’ami, le fidél compagnon
Qui partageait son pain, son modeste quignon.

Permettez pour finir, que j’émette ce vœu :
Quand je devrai partir, pour aller jusqu’aux cieux,
Surtout pas de discours, et nul panégyrique,
Je veux vivre ma mort de manière authentique,
Sans faux semblant, sachant que de toutes manières,
Il faut, pour en finir passer au cimetière !!
Eviter donc les larmes qui risquent de tomber
Dans le vin de Touraine, qui viendra arroser,
Mon ultime départ; il ne faut pas gâter,
Ce qui fait mon bonheur et………….. ma joie d’exister !!!!

A votre santé, jusqu'à ce que mort s’en suive !!!!!!!!!!!!




Posté le : 25/10/2015 07:52
_________________
Titi
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 24 octobre
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1095
Niveau : 29; EXP : 7
HP : 140 / 701
MP : 365 / 12174
Hors Ligne
Sacré kjtiti,
Tu vois la mort comme dans la chanson de Brel "le dernier repas" avec tout le cérémonial poussif qu'on accorde à ce moment pourtant si naturel. J'ai bien aimé les références aux phrases toutes faites et surtout aux Chinois et moi et moi et moi.
Bravo pour cette impertinence,
Je vais me recoucher, j'ai gagné une heure de sommeil en plus.
Donald

Posté le : 25/10/2015 09:25
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 24 octobre
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 1992
Niveau : 36; EXP : 91
HP : 179 / 897
MP : 664 / 13130
Hors Ligne
Cher Serge,

Mais que nous dis tu là!
En pensant à toi, je pense au film "Mon oncle Benjamin", et je vois la scène sublime du dîner d'Adieu et sa célèbre tirade :
"l'ivresse est l'un des plus grands bienfaits du ciel!

Et je me verrai bien à ton côté, avant que tu ne partes, et que l'on boive à la gloire de la vie et de l'ivresse, avec modération bien sûr. Avec un grand vin de Touraine ou de Bourgogne, on les boit moult mais avec sagesse! Autant finir sa vie avec sagesse, n'est-ce pas!

Vive la sagesse du vin.

Amitiés de Bourgogne.

Jacques

https://youtu.be/zp5vTOCN4lU

Posté le : 25/10/2015 11:08
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 24 octobre
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 21801
Hors Ligne
Emma,

Pur un production rapide, c'est une production chique et choc ! De l'humour grinçant, des jeux de mots fins !

Je suis fan.

Un grand merci pour ce moment trop court.

Il est charmant ce Paul...

Bises

Couscous

Posté le : 25/10/2015 11:10
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 24 octobre
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1095
Niveau : 29; EXP : 7
HP : 140 / 701
MP : 365 / 12174
Hors Ligne
Le juste prix


Je marchai au milieu des décombres fumants d’une ville au passé sulfureux, le symbole de la décadence et de l’argent roi. Nous avions brulé le futur de nos enfants, dépensé les économies de nos parents et parié sur des valeurs en papier. De nos excès, notre manque d’humilité devant Dame Nature, notre envie de dépasser Dieu le Père, il ne restait rien. Nous n’avions pas été capables de laisser de vagues traces, que des débris informes et une fumée grisâtre.

Je ne pensai pas m’en tirer mieux que les autres, condamnés à l’exil éternel, mais je tentai quand même ma chance, au cas où. Perdu dans mes sombres pensées, j’entendis une voix, partout et nulle part.
— Tu sais qu’il faut payer le juste prix, Caturix !

Cette voix, je la reconnus entre toutes, elle avait toujours habité mon cerveau, depuis mon premier mensonge. Je n’avais jamais réussi à mettre un visage dessus, malgré les nombreuses légendes autour des esprits malins, les films de série Z ou les blagues du samedi soir. Pour moi, ce n’était ni une entité diabolique, ni le côté obscur de ma conscience et encore moins la manifestation symbolique d’un quelconque désordre mental. Je l’appelais TOI, en l’absence d’un nom plus adéquat.
— Je le sais, TOI. C’était inéluctable. Je ne pouvais éternellement vivre à crédit.
— As-tu les moyens de payer ?
— Non, évidemment, sinon je ne serais pas moi.
— Comment comptes-tu t’acquitter de ta dette, alors ?
— Ce n’est pas mon problème mais celui de mes créanciers.

Cet argument, imparable, m’avait servi de religion dès mes débuts de détrousseur patenté. J’avais plumé des naïfs, vendu des vessies sous couvert de lanternes, promis des rentabilités insensées à des capitalistes de campagne, sans sourciller un instant sous une prétendue morale. L’homme était un loup pour l’homme, le chien mangeait le chien, le monde n’était pas juste et je n’étais pas né pour le rendre meilleur. Quitte à survivre, autant le faire bien.

Seulement, à force de courir contre les évidences, de fabriquer des faux-semblants, j’avais fini dans le mur, celui de la réalité. Comme mes pairs, les princes de la pyramide de Ponzi, j’avais vidé le monde de sa valeur, érigé des principes contre nature et dressé les fils contre leurs pères, prostitué les filles et perverti les mères, au nom du vénéré dollar. TOI m’avait patiemment observé, louant mes manœuvres audacieuses à la bourse des matières premières, applaudissant mes campagnes de presse en faveur des fonds de pension, admirant ma facilité à dépenser aussi vite que j’avais amassé.
— Tu n’as plus de créanciers maintenant, Caturix. L’argent n’existe plus. Les gens se battent dorénavant pour une miette de pain ou une goutte d’eau.
— Nous sommes quittes, alors, eux et moi.
— Tu es le cadet de leur souci. A part te manger, je ne vois pas ce qu’ils feraient de toi.
— Pourquoi me parles-tu de payer, dans ce cas ?
— Parce que tes choix, les bons et les mauvais, ont des conséquences. Tu dois les assumer.
— C’est ça que tu appelles ma dette ?
— Oui. Je te parle dans un langage familier à tes oreilles. Évoquer des valeurs altruistes, essayer de réveiller ta conscience, jouer sur la corde sensible, ce serait du temps perdu. En plus, entre nous, ce n’est pas ma tasse de thé.

J’arrêtai de marcher. TOI, mon compagnon de toujours, s’exprimait tel le Sphinx, à quelques minutes de minuit et de la fin du monde, comme si j’avais le temps de résoudre des énigmes, de braver des charades, de casser des rébus.
— Si nous cessions de tordre du neurone, de tortiller du derrière, je t’en serais gré, mon cher TOI. Ne le prends pas mal, mais les hiéroglyphes te vont mal.
— Je te parle de mort, de ce que les autres décrivent comme un repos éternel, Caturix.
— C’est ça le prix à payer ? Pour un scoop, tu as fait dans l’éventé ! On ne pratique pas la roulette russe comme je l’ai fait sans en connaitre les risques. Je suis encore vivant, non ?
— Non, Caturix, tu es mort. Avec ton monde.

Mon cerveau hoqueta. Mes jambes se dérobèrent sous mon poids. Je me retrouvai à terre sans comprendre ce qui m’arrivait. TOI m’avait pointé du doigt ce que je soupçonnais depuis des kilomètres de marche inutile.
— Je crois que tu commences à saisir, Caturix, pérora TOI.
— Pour une surprise, c’en est une mauvaise.
— Pourquoi mauvaise ? Tu as fait le tour des plaisirs, de la luxure et de la richesse matérielle. Tu devrais être content de terminer ainsi, de ne pas vivre dans la pauvreté, la souffrance, le pain quotidien des pauvres et des laborieux. Est-ce assez clair ou encore un idéogramme abscons à tes yeux ?
— Ne te vexe pas pour si peu, TOI, parce que je t’ai comparé à un vieil Égyptien.
— Je veux juste m’assurer que tu me comprends bien.
— Message reçu cinq sur cinq, TOI. Je ne savais pas que j’étais mort. Mets-toi à ma place dix secondes, c’est quand même une sacrée nouvelle. On n’est pas en train de parler de quand j’ai perdu ma première dent de lait ou de mon dépucelage. Je suis mort, hors-jeu, sorti du réel. Avoue que ça calme !
— Je ne sais pas vraiment, Caturix, vu que je suis immortel.

Sur le moment, TOI m’apparut dans sa vérité primordiale. Si j’étais mort et qu’il me parlait encore, alors il était probablement immortel, une qualité inutile dans mon univers basé sur les taux d’intérêt et l’appat du gain supplémentaire. En un sens, je ne l’enviai pas de ne pas comprendre pourquoi apprendre ma mort me choquait à ce point.

Une fois la révélation digérée, ma curiosité reprit le dessus. Je voulais en savoir plus, qualifier mes chances dans cette nouvelle dimension appelée MORT, me placer au rang des vainqueurs et non sur un pauvre strapontin.
— Bon, j’ai payé le prix, je suis mort. Na ! On ne va pas en faire tout un plat. Le tout, c’est de connaître les règles en vigueur chez les morts.
— Tu n’as rien compris, Caturix, une fois de plus.
— Il n’y a pas de règle, ici ?
— Tu n’as pas payé le juste prix.

TOI ne m’avait jamais gratifié d’un tel humour froid. Devant ce contrepied, j’éclatai d’un rire franc et massif, au risque de passer pour un fou dès mes débuts au royaume des morts.
— Qu’est-ce qui te fait rire, Caturix ? J’ai dit une bêtise ?
— Pire que la mort, je ne vois pas. Et pourtant, en termes de décadence, j’en connais un rayon. J’en ai vu des nantis, des fils à papa pleins aux as, devenir sans domicile fixe du jour au lendemain, mendier dans la rue, pointer à la soupe populaire, terminer en bas de la rubrique des faits divers dans le journal local.
— Sans t’en apercevoir, tu es dans le sujet, Caturix.
— On arrête de jouer au Sphinx, TOI !
— Il ya pire que la mort. Tu l’as décrit dans ton exemple précédent.
— La déchéance ?
— Réfléchis, Caturix !

TOI commençait à sérieusement m’énerver avec sa philosophie existentielle habillée d’idéogrammes. Malheureusement, pour le pratiquer depuis des années, je savais qu’il ne lâcherait pas le morceau facilement. C’était son truc, à TOI, jouer avec les nerfs des autres, les pousser à bout jusqu'à ce qu’ils accouchent d’une vérité ultime. Il se prenait pour Dieu le Père ou l’un de ses instituteurs.

Je n’avais donc pas le choix. Mes neurones zombies entamèrent la danse de la réflexion, telle une gigue pathétique pour un pauvre gars déclaré décédé cinq minutes auparavant.
— Franchement, TOI, tomber aussi bas qu’un de mes anciens clients milliardaires, condamné à jouer avec des savonnettes dans une prison fédérale ou abonné aux sermons fatigués des bonnes sœurs de Brooklyn, me parait bien pire que la mort.
— Tu préférerais mettre fin à tes jours plutôt que de vivre ça ?
— Sans hésiter.
— Finalement, la mort te va bien, malgré tout.
— Dans un sens, oui.
— Tu n’as pas à affronter le regard de tes anciens clients, les reproches des autres.
— Je m’en tape de leur avis. Ils avaient le choix.
— Toi aussi, Caturix.
— Amen !

Jamais je n’aurais imaginé TOI aussi susceptible. Parce que je me dérobai à son jeu des énigmes, il décida de me terminer, au sens figuré. De mort, je devins vivant, pauvre et noyé dans la masse informe des ignorants. Mon nouvel univers ressemblait à la planète des singes, à ses débuts, où chacun se battait pour la moindre banane, où le faible tentait de ne pas trop souffrir sous les assauts des forts. Mon expertise en psychologie humaine, en sciences économiques et en argumentation fallacieuse ne me servait désormais plus vraiment. De puissant dominant, je passais à esclave soumis. Le juste prix à payer, selon ma voix intérieure.


Posté le : 25/10/2015 11:21
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 3 »




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
42 Personne(s) en ligne (20 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 42

Plus ...